AREVA / MALEVSI : en matière de santé publique ce n’est pas l’entreprise qui commande !

A la suite de la réunion publique d'information q ui s'est tenue le 16 février 2017 à Narbonne sur les dangers de la solution "THOR" retenue par AREVA pour éliminer les déchets nucléaires, la direction de l'usine AREVA/Malvési exprime son point de vue dans une tribune publiée par le Midi Libre. Cet article fournit une synthèse de la réponse d'AREVA et publie la réaction des citoyens du Narbonnais.

L’alerte au public

Le jeudi 16 février 2017,de nombreux Narbonnais ont découvert le projet de traitement des effluents nitratés (TDN) stockés à l’usine AREVA de Malvési. Il s’agit de réaliser un traitement thermique de ces effluents qui sont transformés d’une part en gaz, d’autre part en déchets solides en utilisant un procédé américain nommé THOR (Thermal Organic Reduction) qui, pour le moment n’a fonctionné qu’en laboratoire.

Ce projet TDN a été scrupuleusement analysé par les experts de l’association indépendante RUBRESUS (*) et relayé par le collectif COVIDEM (**). Ce sont les conclusions de cette analyse qui ont été présentées par deux experts devant une salle comble à la Médiathèque de Narbonne (voir ici l’article du Clairon concernant cette réunion).

Ces conclusions sont particulièrement alarmantes : elles établissent qu’une sur-pollution permanente sera produite toute l’année par l’usine de Malvési et que les rejets gazeux (40 000 m3 par heure) chargés d’éléments toxiques dont des particules fines, se disperseront sur toute la Narbonnaise au gré des vents.

La réponse d’AREVA

Quelques jours plus tard, le directeur de l’usine AREVA / Malvési, explique son point de vue dans un article publié par le Midi Libre. Il élude les conclusions de l’analyse de RUBRESUS en les qualifiant d’«informations erronées» et, pour preuve, tente de noyer le poisson en affirmant que le procédé de traitement thermique retenu n’est pas un incinérateur !!!

Pour justifier le choix du procédé THOR, il se réfugie d’abord derrière un cahier des charges établi par l’ANDRA qui refuse de stocker des déchets ultimes faiblement radioactifs produits en trop grand nombre (ce qui serait le cas pour d’autres solutions de traitement plus simples et moins polluantes).

Puis, à défaut d’arguments plus convaincants, il cite l’avis, mi-figue mi-raisin, de la Présidente d’une association locale de défense de l’environnement, habituellement partenaire des autorités dans le cadre de leurs obligations de consultations publiques.

A aucun moment dans cet article le directeur d’AREVA / Malvési n’oppose des contre–arguments techniques ou un démenti formel aux conclusions de l’expertise de RUBRESUS. Par contre il préjuge d’une décision favorable du Préfet à ce projet TDN et annonce que « des premiers coups de pelle devraient être donnés en septembre 2017 » !

Il est dommage qu’un cadre, à ce niveau de responsabilité, ne puisse articuler ses obligations vis-à-vis de son employeur avec un minimum d’exigences éthiques et considérer le public autrement que sous la forme d’une opinion amorphe et manipulable.

La réaction des citoyens

L’enjeu est de taille :

  • faut-il accepter la surpollution que ce procédé produira en permanence ?
  • faut-il accepter les conséquences désastreuses en matière de santé des habitants ?

Aucun objectif industriel ne justifie la mise en danger de la population !

La bataille continue : le COVIDEM a lancé une pétition qui alerte l’opinion et recueille de nombreuses signatures tant au plan local que national. Le Clairon de l’Atax encourage vivement ses lecteurs, quelle que soit leur localisation, à lire, signer et partager cette pétition, dont nous publions le texte ci-dessous.

NON A LA SURPOLLUTION ATMOSPHERIQUE D’AREVA MALVESI
SUR LA NARBONNAISE
Nous, habitants du Grand Narbonne, touristes, citoyens soucieux de la protection de l’environnement, amoureux de la Narbonnaise, refusons catégoriquement le projet de Traitement Des Nitrates (TDN) par le procédé « THOR » sur le site AREVA de Malvési pour les raisons suivantes :

  • surpollution atmosphérique mettant en danger la santé publique avec des rejets hautement nocifs :
    • oxydes d’azote (NOx),
    • particules fines,
    • oxyde de soufre, ammoniac, composés organiques volatils (COV),
    • benzène, DEHP bi-phtalate, métaux lourds,
    • interrogation sur les dioxines.

Certains ont pour effet d’agresser le système respiratoire et cardio-vasculaire, d’autres sont des perturbateurs endocriniens et/ou des éléments cancérogènes. Selon les chiffres donnés par AREVA lors de l’enquête publique, ces rejets seraient bien supérieurs à ceux d’un incinérateur d’ordures ménagères traitant les déchets d’une agglomération de plus de 200 000 habitants.

  • surconsommation des ressources (eau, charbon, gaz, électricité…) en contradiction complète avec les objectifs d’un développement durable (COP 21 , COP 22, Grenelle 1 et 2),
  • dégradation de l’image de la Narbonnaise et de ses sites classés, par des impacts paysagers majeurs (cheminée de 30 m, panache de fumées) risquant d’ affecter la fréquentation touristique de notre territoire,
  • répercussions négatives sur le secteur agricole en général et sur la viticulture en particulier.

Nous exigeons que les autorités rejettent la demande d’autorisation d’exploitation de l’installation ICPE TDN à Malvési selon le procédé THOR.

Vous pouvez signer la pétition à l’adresse suivante:
https://www.petitions24.net/non_a_la_surpollution_atmospherique_dareva_malvesi

 

L’équipe de rédaction du Clairon de l’Atax le 19/03/2017

 

(*) COVIDEM : Collectif de Vigilance sur les Déchets de Malvési

courriel = covidem@gmx.fr
page Facebook: https://www.facebook.com/covidem/

(**) RUBRESUS

association de protection et sauvegarde de l’environnement des Basses Plaines de l’Aude, fondée en 1998. Elle dispose d’une capacité d’expertise bénévole et indépendante sur une variété de problèmes comme : la prévention des risques d’inondation, les nuisances sonores, l’eau potable, etc. La qualité de son action lui a apporté la reconnaissance des autorités qui la consultent sur certains dossiers…
Pour en savoir plus : www.rubresus.org

 

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire