Nucléaire : démarrage des essais « à froid » de l’EPR de Flamanville.

Initialement, le réacteur de l’EPR [*] devait être achevé avant le 11 avril 2017 mais EDF a obtenu un délai de l’Etat jusqu’en avril 2020…Rappelons que le démarrage de l’installation était initialement prévu en 2012, qu’il avait ensuite été repoussé à 2016 puis en 2017. Les travaux semblent donc s’être déroulés jusqu’à présent dans un timing conforme à la feuille de route établie par EDF en septembre 2015. Cette feuille de route prévoit le chargement du combustible nucléaire dans le réacteur fin 2018…L’installation est actuellement entrée dans une phase importante de tests qui débutent par des essais à froid…

Alors que s’achève la phase de construction de l’EPR, celui-ci est entré dans une phase pré-opérationnelle de tests destinés à vérifier la bonne tenue de la construction et de ses équipements. Les équipes opérationnelles chargées de piloter la centrale prennent progressivement la place des équipes chargées de la construire et de monter les équipements. Depuis mars 2017 des essais de l’ensemble du réacteur ont été entamés : ceux-ci vont se continuer par des essais dits «à froid» qui devraient démarrer selon EDF à la mi-décembre 2017.

Les essais à froid de l’EPR

Il s’agit de tester l’ensemble des éléments qui constituent le réacteur pour voir s’ils fonctionnent de manière conforme. Ainsi parmi les nombreuses opérations de vérification « tous corps d’état » il s’agit par exemple de vérifier si les circuits sont bien étanches et particulièrement le circuit primaire du réacteur. Pour ce faire on va soumettre ce dernier à une pression de 240 bars supérieure aux conditions normales de fonctionnement du réacteur [**]). 

Les circuits d’un réacteur à eau pressurisée (image Wikipedia)

Cette phase d’essais à froid devra être validée, une fois achevée, par les autorités de contrôle. Elle sera suivie par une phase d’essais « à chaud ». Dans cette étape du processus de mise en service, qui devrait débuter en juillet 2018, il s’agira de vérifier le bon fonctionnement des équipements dans les conditions normales d’exploitation du réacteur, c’est-à-dire à des pressions et des températures comparables mais sans le combustible nucléaire. Et ce n’est qu’après la réussite de ces tests et leur validation que le combustible sera chargé….

EDF prévoit le démarrage du réacteur de l’EPR de Flamanville à la fin 2018 c’est-à-dire 6 mois après le début des tests « à chaud ».
Cette échéance pourra-t-elle être tenue ?

Curly Mac Toole pour le Clairon de l’Atax le 12/10/2017

 

[*] EPR = European Pressurized Reactor ou Réacteur à eau préssurisée

[**] Selon EDF. Ndlr : rappelons qu’en période normale de fonctionnement la pression s’établit à 150 bars

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire