Une Perle aux Gorges d’Héric

Ou comment un projet aux intentions vertueuses peut s’appuyer sur des pratiques qui le sont nettement moins et se traduire par une réalisation préjudiciable à l’environnement

A la confluence de trois vallées de l’Héric, de l’Orb et du Jaur, dans le Haut Languedoc, se trouve la commune de Mons-la-Trivalle (Mons les Trois Vallées). Les habitants de ce village, situé sous l’arrière-train de la Dame Allongée du Caroux, ont eu récemment la désagréable surprise de découvrir une « perle » lâchée en pleine nature.

Le projet BIO ORB a  vu le jour dans le but de créer, sur le territoire du Pays Haut Languedoc et Vignobles, une filière de production, transformation et commercialisation de Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales (PPAM) et d’encourager en particulier la culture des iris.

Ce projet a donné lieu à de singulières pratiques telles que l’achat, par la Communauté de Communes, d’un terrain sans appel d’offres, a un prix supérieur de 5 a 10 fois le prix du marché et implanté sur la commune de Mons la Trivalle, contre l’avis des scientifiques qui avaient préconisé le site de Roquebrun.

Le bâtiment attaché à ce projet, bâti en contradiction avec le permis de construire, lui-même accordé de façon tacite et contre l’avis de certains services, constitue une atteinte à l’harmonie visuelle du paysage, au point que s’est constitué le collectif PERLE (Protection ERespect des Lois pour l’ Environnement) qui agint pour que le bâtiment soit remis aux normes architecturales prévues par le permis de construire initial.

La site « Le Panache Salvetois »a consacré un article complet sur le sujet, assorti d’une description très détaillée des différentes étapes de ce projet mené de façon éminemment contestable. Vous pourrez consulter cet article en cliquant sur ce lien.

 

La Rédaction du Clairon de l’Atax, le 20 Octobre 2017

 

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire