Une salle Multimodale de 5000 places à Narbonne ? Est-ce bien raisonnable ? …

Un point de vue, des propositions…

Photo dossier de présentation : ville de Narbonne

J’ai participé le 20 septembre dernier au Palais du Travail à  la présentation par M le maire de son projet de salle Multimodale « mirifique » permettant d’accueillir près de 5000 personnes pour un coût non plus de 8, mais de 23 millions d’€ …
En tant que simple habitant et eu égard à mon expérience professionnelle, je  m’étonne qu’un projet de cette dimension ne fasse pas l’objet d’une concertation en amont avec la population de Narbonne ville mais aussi avec les élus de l’Agglomération et les habitants des villes et villages de la narbonnaise ….

Comment,  alors que le pays croule sous une dette de 2200 milliards,  la seule ville de Narbonne, forte de ses 52 000 habitants considérés globalement comme peu aisés par l’INSEE (Cf. taux de RSA),  sans grosses entreprises type Michelin à Clermont ou Peugeot à Sochaux ou Airbus à Toulouse…. comment la ville moyenne de Narbonne peut-elle financer seule une telle salle aussi bien en investissement sauf à s’endetter lourdement pour des décennies qu’en fonctionnement ? Sauf à diminuer  drastiquement ses dépenses notamment les subventions contractuelles versées aux associations et stopper les grands évènements (mondial de l’aquarelle, Festival Sports Folio  …)

Il n’est qu’à se souvenir de l’affaire de la bulle de Saint Pierre : ce chantier devait coûter 16 MF et émerveiller le monde, faire de la modeste commune viticole et touristique de Fleury d’Aude l’un des fleurons de la côte languedocienne. Aujourd’hui le compteur se serait bloqué autour de 58MF-source La Dépêche du 1er février 2002)  ou de la fameuse dette Orta qui aura couté quelques 80 millions d’€ (425 millions de francs) aux contribuables de Carcassonne ….

La cour des comptes a épluché  la situation de plusieurs « salles » en émettant des avis d’alerte comme par ex :

       La fameuse salle ARENA de Montpellier (célèbre pour le non moins célèbre concert des enfoirés) cherchent désespérément l’équilibre aux alentours de 5 millions d’€ / an dont 750 000 € de sponsors (source François Barbance, directeur général d’Enjoy)

       A Béziers, la cour des compte  relève que Le Palais des Congrès nécessite un abondement du budget principal de 800 000 € pour équilibrer le fonctionnement  soit de 83 à 88% des charges courantes et de personnel  (rapport 6 janvier 2015 : https://www.ccomptes.fr/content/download/78816/…/LRR201501.pdf

       A Perpignan, La Cour des comptes épingle un déficit abyssal savamment maquillé de l’ordre de 800 000 € / an   À l’Archipel, ce sont les subventions d’exploitation qui permettent d’assurer la plus grosse part des ressources de fonctionnement. 77,4 % en 2011, 77,6 % en 2012 et près de 80 % en 2013. La cour note ainsi que « les spectacles achetés sont, à une exception près, déficitaires. Une situation courante dans les activités culturelles. Ils totalisent un déficit de 792 908 € pour 57 189 spectateurs, soit 14 € de déficit par spectateur » :
http://www.lindependant.fr/2015/09/03/les-deficits-du-theatre-de-l-archipel-dans-l-oeil-de-la-cour-des-     comptes,2079418.php
http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/pyrenees-orientales/perpignan/theatre-de-l-archipel-la-ville-de-perpignan-epinglee-par-la-cour-des-comptes-663465.html

       En Côte d’Or, la Cour des comptes a aussi émis un avis d’alerte concernant le Musée Alésia cher au président centriste François Sauvadet et l’Auditorium de Dijon lancé par Robert Poujade et assumé par le socialiste François Rebsamen … les déficits annuels de fonctionnement étant comblés par ….les contribuables …:
http://www.miroir-mag.fr/8917-museoparc-alesia-mon-trop-cher-musee/

Etat des lieux et propositions

Narbonne petite ville au carrefour de l’Occitanie a une particularité ; le très (trop) grand nombre d’associations sportives et culturelles et le très grand nombre de lieux d’exposition et de spectacles, occasion de multiples évènements :

  • le Théâtre Scène Nationale qui pourrait (devrait) être rénové – remis au gout du jour : pourquoi ne pas travailler avec un architecte pour prévoir un agrandissement sur le parvis avant, en bien mauvais état, ou sur l’arrière coté canal, tel que M Mouly Père l’avait imaginé à l’époque avec une extension «bibliothèque » ?
  • le parc  des expositions vraiment obsolète
  • le palais du travail qui serait doté d’une salle de spectacles de 1000 places jamais utilisées (à rénover d’urgence)
  • la nouvelle salle D Baudis de Narbonne plage,
  • l’Aspirateur,
  • la salle des synodes et le palais des archevêques,
  • le château de Montplaisir,
  • la chapelle des pénitents bleus, la poudrière ; l’auditorium de la médiathèque, la maison des services St Jean St Pierre, la salle du CCAS, de l’Office de Tourisme – Ostal Occitan,  la salle du conseil départemental , les salles de INESS,  Et des salles « privées »  comme la salle de spectacles dite de « l’annexe »  de la MJC ; la salle de Léo Lagrange,  le théâtre de l’Entresort, le théâtre du citron givré,  le café de la poste, le nouveau théâtre « bleu » l’amphithéâtre de la CCI, celui du lycée agricole, le CIVL, le palais du vin… , celui du Lycée agricole , la cave 1907, l’écluse de Tournebelle  etc etc  ..sans parler de la salle du Nautic Chant à la Nautique

De quoi irriguer toute la ville par une action culturelle diversifiée et impliquante …. Il n’est qu’à voir la vitalité associative (plus de 500 associations recensées à Narbonne !!!!)  Ou de comparer le succès populaire de « Barques En Scène »  avec les FIRA et autres MERCATS culturels organisés en Aragon (Huesca) ou en Catalogne (Vic, Manresa, Vila Séca …) depuis des dizaines d’années…   

Alors une salle Multimodale ?  Aux dires de responsables d’équipements de ce genre, tout comme les salles polyvalentes d’antan, qui trop embrasse, mal étreint !   Vouloir tout faire dans une même salle  ne revient-il pas à tout mal faire ou à peu près avec un surcout d’installation ?  Ce n’est pas la même chose de préparer une salle pour un tournoi sportif que pour un concert…

Pourquoi ne pas prendre l’initiative de créer 2 dynamiques complémentaires, co-organisées avec l’Agglomération du Grand Narbonne, mais aussi avec le département et la région sous l’égide de l’Etat, afin de réfléchir ensemble aux besoins d’équipements structurants pour le territoire avec établissement de priorités et de calendrier et surtout avec des tours de table financiers  tout  en suscitant l’adhésion générale  des citoyens intéressés par un projet politique concerté  ?

A titre d’exemple Que n’ai-je pas entendu sur l’ex caserne de la gendarmerie mobile construite puis rénovée à grands frais (nos impôts) avant d’être revendue alors même qu’une nouvelle caserne vient tout juste d’être construite vers Montplaisir ?  Jusqu’à quand ce gaspillage d’argent public ?  Faut-il citer  les élus en justice en montrant qu’ils dépensent sans compter l’argent des contribuables ?   

Amputer un terrain de pratiques sportives « libres » c’est aller à l’encontre de la tendance générale ou le réchauffement climatique et la pollution inquiètent les citoyens et mobilisent les responsables, Narbonne pourrait se distinguer, non pas en bétonnant un espace vert existant et fréquenté, mais au contraire en récupérant un maximum de « terrains » pour servir de poumons et augmenter la qualité de l’air …

Propositions & suggestions particulières :

1/ Emplacement : Si une telle salle s’avérait indispensable à Narbonne et à son agglo, ne pourrait-elle pas être construite ailleurs, par ex en remplacement de bâtiments existants plus ou moins utilisés ou abandonnés ? Vers le lycée agricole, ou entre le golf et la déchetterie ?  Ou au bas de Montplaisir en direction de Bages ? Ou sur les terrains des ex établissements Egretier en friche, chemin de Barbeira vers « Grand Frais », à  2 pas de la sortie d’autoroute ….

 2/ une salle Multisports : Imaginer avec les parties prenantes (clubs de sports)  une salle multisports intégrant des salles d’entrainement et d’apprentissage « école » pour  les jeunes   et des  rencontres sportives ?  Hand, basket, foot ? Volley … . Cette salle ne pourrait-elle pas être intégrée à l’actuel Stade du Parc des Sports, manière de le remettre aux normes exigées actuellement par la fédération nationale et ses sponsors ? Tout en laissant les terrains de promenade et footing en libre accès aux narbonnais ? Ou en modifiant agrandissant la salle Ex ASPTT ou en construisant sur l’espace Foot – Tir à l’arc ? …

2/ Imaginer un espace d’économie touristique et culturelle intégrant le boulodrome,  le parc des expositions à rénover,  le futur MURENA actuellement en construction,  l’aspirateur, le théâtre scène nationale à moderniser et agrandir  coté canal ou coté gradins  et le parc des sports,  Manière d’optimiser et rentabiliser les équipements et de mutualiser les moyens humains, matériels,  techniques et financiers ?  Narbonne, de par sa situation géographique devenant la ville d’accueil d’un tourisme d’affaire pour séminaires, colloques, congres, réunions, assemblées … en répondant « présent » aux demandes de salles, en proposant en «valeur ajoutée»  une offre culturelle et sportive adaptée (animations, expositions, spectacles etc . La Ville de Barcelone et le tourisme créatif est un exemple dont il conviendrait de s’inspirer. Narbonne carrefour des possible, deviendrait ainsi une capitale culturelle de l’Arc Latin ouvert sur l’Euro méditerranée (Cf. l’ouverture de l’Eurocongrès en 2000). Cela impliquerait une véritable concertation de tous les acteurs avec un comité de pilotage unique, installant une Co-direction technique et artistique collégiale qui aurait pour avantage de mutualiser les moyens … en recherchant une utilisation / remplissage maximum.

3/ « Gros spectacles » ? La ville pourrait proposer une offre de type « récompense » pour aller assister à de gros spectacles organisés à Montpellier, Toulouse, ou Marseille, voire Barcelone ….à des jeunes  qui pourraient travailler à l’intérêt général (nettoyage, brigades de renseignements lors des grandes manifestations type Fête de la musique, Barque en Scène, Féerie de Noël ou pour du nettoyage, voire du débroussaillage …). Ce qui diminuerait le cout d’organisation de ces gros spectacles et augmenterait le sentiment d’être Narbonnais (Cf. les déplacements des joueurs et supporters).

4/ Coût : le coût annoncé, (24 millions clé en main) m’étonne au regard de la dimension même du projet et alors que la quasi-totalité des projets de ce type dérapent pour finir par coûter le double ou presque du budget prévisionnel. A noter que le rapport de la chambre régionale des comptes du 6 juillet 2016 (*) concluait le projet de nouvelle salle multimodale va alourdir la dette, alors que les marges d’autofinancement risquent, à terme, d’être limitées. Au total, la collectivité ne pourra maintenir durablement ses équilibres financiers qu’en accomplissant des efforts de gestion structurels et en formalisant des arbitrages pour prioriser ses investissements.
https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/EzPublish/Cne-Narbonne—ROD2-ordonnateur.pdf

http://www.lemoniteur.fr/article/grands-projets-pourquoi-ca-derape-27503932

Ma demande serait que la Ville de Narbonne communique plus largement sur le coût réel de cette construction qui non seulement empiète réellement sur le Parcs des sports et de l’amitié mais  qui ne prévoit pas d’accès / stationnement des camions techniques, ni de parkings dédiés avec accès piétons sécurisés.  Une passerelle a été évoquée, mais alors comment se fait-il que les demandes d’une passerelle piétons émanant des habitants et commerçants sis entre la rue de Croix sud et la route de Perpignan soient systématiquement refusées pour cause d’impossibilité technique ?

                                                                                     Joël Raimondi  12 Octobre 2017 pour le Clairon de l’Atax

 

(*) Extrait du rapport de la Chambre Régionale des Comptes du 6 juillet 2016 :

7.3. Enseignements pour l’avenir

L’analyse prospective permet de tirer trois enseignements pour l’avenir :

  1. l’actuel niveau de vie de la collectivité n’est pas durable ;
  2. les efforts de gestion sont appelés à être drastiques si la collectivité ne veut pas augmenter l’impôt et si elle souhaite conserver quelques marges de manoeuvre financière ;
  3. le projet de nouvelle salle multimodale va alourdir la dette, alors que les marges d’autofinancement risquent, à terme, d’être limitées.

Au total, la collectivité ne pourra maintenir durablement ses équilibres financiers qu’en accomplissant des efforts de gestion structurels et en formalisant des arbitrages pour prioriser ses investissements.

 

Print Friendly, PDF & Email

1 commentaire

Enfin un bon résumé argumenté de la situation…

Laisser un commentaire