France : les difficultés de l’agriculture locale et bio

D’un côté près de 250 exploitations disparaîtraient chaque semaine en France, selon des chiffres du ministère de l’Agriculture. Les exploitations traditionnelles disparaissent tandis que naissent de gigantesques « fermes usines ».

De l’autre 80% des Français attendraient des produits « bio » dans les restaurants et 89% des parents aimeraient qu’on propose des produits bio et locaux à leurs enfants dans les cantines scolaires et ¼ des consommateurs français se disent locavores. C’est ce que révèle l’Agence Bio, groupement d’intérêt public français créé en 2001 par le ministère de l’Agriculture. (Site internet :http://www.agencebio.org/)

Mais la situation actuelle qui résulte des politiques agricoles successives menées au cours du demi-siècle dernier ne permet pas actuellement à notre agriculture de satisfaire cette demande. La production agricole de plus en plus « industrialisée » tend à s’exporter au-delà du contexte local. Selon une étude de l’agence de conseil en développement durable, Utopies : 97% des produits sont exportés un peu partout en France et à l’étranger avant même d’avoir répondu aux besoins locaux !

De plus suite à l’expansion urbaine et à une politique déficiente d’aménagement du territoire ce sont chaque année entre 50 et 70.000 ha de terres agricoles sont artificialisées c’est-à-dire détournées de leur vocation agricole pour des besoins divers (lotissements, zones commerciales, industrielles…). Ces terres sont généralement  situées à proximités de centres urbains historiquement établis sur des sols riches.

Des solutions existent pourtant : elles impliquent la mobilisation des collectivités territoriales qui sont en mesure d’intervenir localement sur l’affectation des sols mais aussi l’Etat qui doit conduire une politique d’aménagement du territoire propice aux modes de production bio. Cela ne semble pas être le chemin pris par le gouvernement actuel.

La rédaction du Clairon de l’Atax le 12/01/2018

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire