Théâtre Scène Nationale de Narbonne 2018 – Un nouveau départ prometteur

Fermé partiellement durant 4 mois, de septembre à décembre 2017, le TSN de Narbonne, sur l’avenir duquel planaient de sérieuses incertitudes, reprend un fonctionnement complet dès le début du mois de Janvier 2018. Inscrits dans un contrat d’engagements réciproques avec ses partenaires, ses objectifs affirment des ambitions prometteuses, tant en matière de programmation artistique et culturelle que sur les aspects de fonctionnement.

Engendré par des problèmes de gouvernance et de gestion, le déficit du TSN de Narbonne s’élevait en 2017 à 700 000€.
Plusieurs décisions, prises dans l’année 2017, ont permis l’apurement de cette dette à la fin de l’année : fermeture partielle durant 4 mois, annulation des neuf premiers spectacles de la saison 2017-2018 et prise en charge, par l’État, du salaire des 19 employés de la structure.

Contrairement à la majorité des autres structures de type « Scène Nationale », le TSN de Narbonne n’avait jusqu’alors signé aucune convention d’objectifs avec ses partenaires (Etat et collectivités). Cette absence de convention est probablement l’une des causes majeures des problèmes qu’a pu connaître le TSN plusieurs années durant, qui ont conduit aux récentes restrictions.

Le Théâtre Scène Nationale de Narbonne

Cette situation appartient désormais au passé avec la mise en place, fin décembre 2017, d’une convention pluri-annuelle d’objectifs, destinée à préciser clairement les engagements respectifs de toutes les parties prenantes (TSN, Etat et collectivités). Elle doit favoriser une meilleure gestion de la structure, tant sur le plan de ses missions culturelles que des aspects administratifs et financiers. Appuyés sur des objectifs et moyens clairement définis, des bilans d’étape réguliers doivent permettre un pilotage efficace de la structure, tout en réduisant fortement le risque d’installation de nouvelles dérives.
La signature de cette convention est prévue pour mars 2018.

Les élus des collectivités participantes ne prenant pas part aux décisions, la surveillance du fonctionnement du TSN sera assurée par l’association « Centre d’Art et de Culture de Narbonne », dont le bureau a été récemment renouvelé :

  • le président est Pierre Clouet, 68 ans, ancien directeur général de la fédération des MJC de France,
  • le vice-président est Jean-Paul Chaluleau, 59 ans, ancien journaliste et l’un des fondateurs des Vendanges du Coeur,
  • le trésorier est Philippe Rolland, 50 ans, directeur de la Médecine du Travail à Narbonne,
  • la secrétaire est Cathy David-Oustric, spécialisée dans la danse contemporaine.

Si les missions précises de cette surveillance restent encore à définir dans les semaines qui viennent, une orientation est d’ores et déjà certaine : il faut «combler le vide administratif et gérer avec rigueur», même si « le but n’est pas de faire des bénéfices ni de raisonner exclusivement en termes de chiffres».

 

Le financement du TSN (budget 2018 de 2 451 000 €) est assuré à 25 % par les recettes des spectacles et à 75 % par les collectivités, sans compter l’apport de 25 entreprises mécènes.

Les collectivités contributrices sont : le Grand Narbonne, la DRAC Occitanie, la région Occitanie et le département de l’Aude.

 

 

Au-delà des questions structurelles de gouvernance et de gestion, la directrice du TSN, Marion Fouilland-Bousquet, indique que sa priorité actuelle est de « faire passer le message que le Théatre est désormais ouvert et que le public est ici chez lui » et précise que la saison 2017-2018 s’annonce plutôt bien, rappelant au passage son attachement à « l’ouverture du théâtre au plus grand nombre, aux enfants, qui sont les spectateurs de demain et à son rayonnement dans l’ensemble du Grand Narbonne ».

Après avoir indiqué que « le cahier des charges [du TSN] c’est du théâtre, de la danse, de la musique, du cirque et du cinéma », et précisé que, selon elle, « la programmation doit refléter l’ensemble du spectre culturel, avec des créations actuelles, des découvertes nationales et une ouverture à l’international », Marion Fouilland-Bousquet rappelle que « nos objectifs en matière artistique et culturelle, nos ambitions en matière d’éducation et de transmission, sont inscrits dans la nouvelle convention pluri-annuelle d’objectifs » en passe d’être signée.

D’ici à juillet 2018, de nombreuses nouveautés sont d’ores et déjà programmées, parmi lesquelles : Les Bacchantes, de Sarah Llorca d’après Euripide, Peer Gynt, opéra-rock imaginé par Irina Brook, d’après l’oeuvre d’Henrik Ibsen, Blockbuster, du Collectif Mensuel, Dormir Cent Ans, de Pauline Bureau ou encore le spectacle familial Hansel et Gretel.

Nous souhaitons tous nos vœux de réussite à cette renaissance du Théâtre Scène Nationale de Narbonne et assurons nos lectrices et nos lecteurs que l’agenda du Clairon les tiendra informés de son actualité et des spectacles qui y seront programmés.

La Rédaction du Clairon de l’Atax, 21 janvier 2018

 

Pour plus d’informations sur le Théâtre Scène Nationale de Narbonne, voir

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire