Nos députés nous doivent-ils des comptes ?

Nous élisons tous les 5 ans des députés censés nous représenter pour faire des lois dans le sens de l’intérêt public. Dans une démocratie digne de ce nom il est normal qu’ils nous rendent compte de ce qu’ils font, comme il est normal que nous le leurs en demandions. Mais dans la réalité ça ne marche pas comme ça !

Le mercredi 30 mai dernier le parlement a voté le projet de loi « Agriculture et Alimentation ». Dans ce projet de loi l’interdiction à terme du pesticide « glyphosate », considéré comme dangereux pour la santé de la population, pourtant promise par le président Macron en novembre 2017 n’a pas été décrétée.
L’interdiction de ce pesticide fait l’objet d’une âpre bataille mobilisant les lobbies de l’agro chimie et de l’agriculture industrielle contre les partisans de l’interdiction de ce produit déclaré « cancérigène probable » par l’OMS (Organisation Mondiale de la santé).

Les conditions dans lesquelles ce vote a été acquis posent de nombreuses questions notamment en ce qui concerne les députés de l’Aude !

  • Est-il normal en démocratie que le vote sur le rejet d’un amendement aussi important que celui fixant l’interdiction du glyphosate se fasse à 2 heures du matin dans une séance « prolongée », où seulement 63 députés sur 577 sont encore présents ?
  • Lors de ce vote du parlement 2 députés occitans du parti présidentiel ont voté pour l’interdiction de ce pesticide et 5 députés occitans –tous partis confondus- ont voté contre, tandis que 42 députés de tous bords étaient absents. Parmi ces absents figurent les 3 députés audois, membres du parti présidentiel « La République En Marche » Est-il normal que sur une sujet aussi grave qui concerne particulièrement le département agricole de l’Aude, important consommateur de pesticides, aucun député ne soit présent ?
  • Le député Alain Perea, représentant la 2ème circonscription de Narbonne, n’a à ce jour donné aucune explication publique ni sur son absence lors du vote de cet amendement, ni sur ses postions sur la question de l’interdiction du glyphosate ni plus généralement des pesticides largement employés dans sa circonscription. Cela ne relèverait-il pas d’un exercice normal de la démocratie ?

D’une manière générale la communication du député Perea ne rend pas assez compte à son électorat de l’exécution du mandat qui lui a été confié.

Régulièrement pourtant, ceux qui le souhaitent peuvent suivre ses messages, sur Facebook ou sur Twitter. (A noter que les informations de l’un complètent les informations de l’autre…pourquoi pas une unicité d’information ?).

Mais les informations véhiculées sont-elles à la hauteur du mandat qui lui a été confié ?

  • Il adresse souvent des messages sans aucune importance dans lesquels il nous informe qu’il prend l’avion très tôt le matin à Béziers ou ailleurs, afin de rejoindre Paris. D’autres Français et ils sont nombreux font eux aussi face pendant toute une vie professionnelle à de tels horaires. Ces horaires font partie de l’engagement d’un élu, engagement pour lesquels il s’est porté volontaires. Engagement qu’il rappelle d’ailleurs en reprenant sur Twitter le message de Gabriel Attal, Porte parole d’« En Marche »: « On s’est tous battus pour en arriver là, et surtout on s’est engagés devant les électeurs à tout donner la 1ere année. Donc on est au taquet. ». le mandat étant de 5 ans, espérons juste que ça se poursuivra au delà de la 1ere année…
  • Parfois Alain Perea nous présente des « selfies » sur lesquels il nous montre qu’il est encore sur les bancs de l’Assemblée, « selfies » habilement mis en scène présentant en arrière plan des bancs d’Assemblée Nationale vides ou fortement clairsemés, comme pour nous dire : « Vous voyez, j’y étais ! ». On n’en attend pas moins de lui !
  • Le plus souvent ses messages n’apportent que peu d’information sur le fond…On apprend qu’il a rencontré les gendarmes, que le parlement va travailler sur telle ou telle loi essentielle…sans plus.

Afin de rendre compte de sa mission à ses mandants de manière démocratique, il serait bon que la communication du député Perea soit mieux structurée, moins superficielle, beaucoup plus explicite, plus politique quant aux engagements pris et beaucoup moins politicienne…

Le vote sur l’interdiction du glyphosate (interdiction sur laquelle Emmanuel Macron s’était prononcé lors de sa campagne électorale), était un signal fort attendu d’une majorité de Français de tous bords, attachés à leur santé, à la préservation de nos rivières, de notre environnement. Bref, attachés à une vie saine. Alors pourquoi prendre cet engagement et ne pas le tenir ?
Alain Perea qui fut Directeur du Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, connait plus que d’autres, sans doute, les dégâts que cet herbicide occasionne aux milieux naturels humides et plus particulièrement aux étangs de notre territoire….
Alors pourquoi ce silence assourdissant de sa part ? Pourquoi cette absence au vote ?
Un engagement fort qui aurait du être aussi tenu en raison d’un autre engagement de notre député audois, celui de la chasse… C’est lui-même qui le dit dans l’un de ses messages Facebook repris dans un article de la Fédération des chasseurs de Charente maritime  « Le député Alain PEREA, co-président du groupe chasse à l’Assemblée Nationale, a soutenu sans équivoque cette réforme qui permettra d’avoir une chasse unie autour d’une fédération nationale forte et d’une vision d’avenir positive. Il a également promis de ne pas reculer face aux opposants traditionnels de la chasse française, rappelant que les « chasseurs sont les premiers écologistes de France  ».
Seront-ils déçus eux aussi par cette reculade ?

II serait à ce propos judicieux que notre député audois apparaisse comme un député de tous les habitants de la circonscription et pas seulement comme celui des chasseurs et des viticulteurs

Certes il a été élu par ses pairs, co-président du Groupe d’études Chasse et Territoires à l’Assemblée Nationale, mais le Narbonnais qu’il représente ne se résume pas à la chasse et à la vigne, même si ces deux activités sont importantes culturellement et économiquement pour notre territoire et nos paysages.
Il ne se passe presque pas une semaine sans que notre député ne nous en parle sur ou l’autre des réseaux sociaux : on aimerait autant de précisions, autant de détermination de sa part sur d’autres lois essentielles. En tout cas sa mission de représentant des citoyens implique qu’il explique et nous donne sa position face à ces autres textes de loi.

Il serait regrettable que notre député soit caricaturé avec un verre de vin à la main et un fusil à l’épaule.

Informations sur le travail des députés

Chacun disposant d’un smartphone ou d’une tablette peut télécharger l’application « Direct Assemblée ». Celle-ci donne des renseignements, député par député, et nous informe jour après jour des votes, loi par loi, amendement par amendement, (ce qui est parfois pénible et nuit à la lisibilité), des votes pour ou contre du député, ainsi que des absences aux votes de ce dernier.
A première vue, le score d’Alain Perea apparait comme assez médiocre. A ce jour, 20 juin 2018, notre député n’a que 13 % de présence aux votes. Certes d’autres ont encore bien moins mais d’autres ont plus, beaucoup plus…

Le site précise cependant que :

  • « L’ensemble des données relatives à l’activité parlementaire affichées dans l’application viennent du site officiel de l’Assemblée nationale. Ce sont donc des données intégralement publiques. Nous récupérons ces informations 3 fois par jour afin que l’application affiche les nouveaux éléments »

Il mentionne aussi le travail hors séances de votes qu’il ne faut pas sous-estimer :

  • « Il faut savoir que le travail de député ne consiste pas uniquement à voter aux différents scrutins. Une partie du travail se déroule en dehors de l’hémicycle, par exemple le travail en commission parlementaire où sont discutées les lois et amendements ou bien la présence sur le terrain dans sa circonscription. »

L’application permet en outre de connaître le détail des votes sur un texte et de consulter, pour ceux qui le souhaitent, l’intégralité du texte de loi, de l’amendement proposé au vote des députés grâce à un lien « Voir sur le site officiel » qui renvoie sur le site de l’Assemblée Nationale.

Nous ne doutons pas du travail accompli par le député Perea : ce qui nous semble nécessaire d’être amélioré c’est sa communication. L’histoire des démocraties témoigne que le rapport entre le peuple et ses représentants a toujours été compliqué et empreint de méfiance. Mais nous sommes à présent au 21ème siècle et la société civile possède en son sein autant de compétences et connaissances que celles dont disposent les politiques : cela devrait conduire ces derniers à pratiquer une information complète et transparente.
C’est pourquoi il nous semble nécessaire de proposer au député Perea qu’il adresse à ses mandants une information, plus complète, plus explicite en matière de contenus, mieux structurée donc plus accessible, notamment en coordonnant et unifiant ses messages sur Facebook et Twitter. Ainsi ceux qui ont envie de le suivre ne seront pas contraints de multiplier des recherches parfois fastidieuses. Il nous semble aussi opportun que les comptes rendus d’« d’inauguration de chrysanthèmes » soient limités autant que possible, afin de ne pas « étouffer » des contenus plus nécessaires.

Enfin il est à présent établi, particulièrement dans le discours de LREM, qu’un député effectue un travail législatif général et national : le député Perea est donc plus que le député des chasseurs et de la viticulture.

Un dernier souhait : il faut que le député évite les messages relatifs à ses horaires de travail, ou de déplacements, c’est plus que de mauvais goût ! Qu’il n’oublie pas que d’autres, cadres ou non cadres, artisans ou chefs d’entreprise, ont des contraintes horaires identiques, peut être même dans des conditions moins favorables et qu’ils n’en tirent pas gloire.
C’est leur métier qui l’exige. C’est son engagement, qui le veut…

L’équipe de rédaction du Clairon de l’Atax le 21/06/2018

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

1 commentaire

Excellent article et point de vue concernant le député Perea qui helas est le mien et qui aujourd’hui ne m’apporte aucune raison d’en être fière fiere

Laisser un commentaire