Souvenirs de la marée basse

THOMAS, Chantal, Souvenirs de la marée basse, Seuil, 2017, 212 p.

 Quand on est comme moi une inconditionnelle des romans de Chantal Thomas, écrivaine et spécialiste de la littérature du 18e siècle (cf. « Les adieux à la reine » et « L’échange des princesses », qui tous deux ont été portés au cinéma, tant leur écriture précise et nerveuse a pu se traduire en  scénarii de cinéma), on se précipite volontiers sur ce dernier roman, qui ne se situe pas au 18ème siècle.

On entre dans la vie de Chantal Thomas et surtout celle de sa mère Jackie, née en 1919, passionnée de natation, de la « beauté reptilienne » du crawl qu’elle tente en vain d’inculquer à sa fille, Chantal. Celle-ci nous évoque ses souvenirs d’enfance, à Arcachon, avec en particulier les enfants qui arrivent pour les vacances d’été dans les belles villas de ce lieu rêvé que l’auteur sépare en 4 lieux selon les 4 saisons et avec lesquels s’organisent des jeux qui sont l’apanage de ces enfants livrés à eux-mêmes et ardents à faire des découvertes.
Veuve à 40 ans, sa mère part s’établir sur la côte d’Azur, à Menton, où elle retrouve le plaisir des baignades, matin et soir, au Cap Martin. Séductrice, elle part à la conquête des hommes, tout en sauvegardant farouchement sa liberté. Puis c’est Nice qui l’accueille
A l’âge de 80 ans elle décide de fréquenter la plage de Villefranche-sur-Mer où elle se rend en train et part nager avec jubilation. Sa fille la retrouve au retour de ses voyages et à l’évocation de sa mère, de sa manière de vieillir, se mêle l’évocation de ses propres souvenirs d’enfance, du temps passé à Arcachon, lieu de repère et de souvenirs heureux.

D’une écriture subtile mais très élaborée, Chantal Thomas nous découvre un pan de son histoire personnelle, de sa relation à sa mère et on est saisi par l’émotion et la sincérité de son témoignage.

Catherine Burger pour le Clairon de l’Atax, le 06/07/2018

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire