A Narbonne « Vélocité » a inauguré le 9 septembre une étonnante piste cyclable

Narbonne n’est pas dans le peloton de tête des villes équipées de pistes cyclables : loin de là ! De gros efforts restent à faire…Pourtant le relief de la ville, mais aussi ses caractéristiques urbaines, ne constituent pas des obstacles insurmontables à l’extension du réseau des pistes cyclables. Par ailleurs la vocation touristique de Narbonne et de ses environs ne peut qu’être confortée par l’extension d’un tel réseau. Il s’agit donc surtout de faire un choix politique et de s’engager résolument dans des aménagements qui ne peuvent qu’être bénéfiques sur le plan économique comme sur celui de l’environnement…

C’est avec intérêt que des membres de l’équipe de rédaction du Clairon de l’Atax se sont joints à la sortie « vélorution » organisée par l’association « Vélocité » le dimanche 9 septembre. Il s’agissait de parcourir à vélo et d’inaugurer la nouvelle piste cyclable, 1ère  étape d’un ensemble de travaux visant à faciliter l’accès des cyclistes des quartiers périphériques au centre ville de Narbonne.

(Photo HR)

Une centaine de cyclistes de tous âges, rassemblés sur le parvis de la Médiathèque ont emprunté cette piste cyclable destinée à relier le quartier Razimbaud, la gare SNCF et le centre ville.

Quelle ne fut pas notre surprise de constater que cette piste cyclable ne correspondait que fort peu à l’idée que nous nous en faisions, à partir de ce que nous avions vu et pratiqué dans d’autres villes françaises. Peut-on parler de piste cyclable lorsqu’aucun élément du parcours ne se trouve en « site propre », lorsque les points de contact avec la circulation ou le stationnement automobile ne bénéficient d’aucun aménagement particulier ou de signalétique adéquate définissant notamment les trafics prioritaires, lorsque la circulation des piétons se confond avec celle des cyclistes ?

Certes les aménagements faits dans l’avenue Carnot qui dessert la gare SNCF, modèrent la circulation automobile et les trottoirs aménagés grâce au rétrécissement de la chaussée permettent opportunément le tracé d’une voie cyclable, pour autant parler d’aménagement d’une piste cyclable est excessif : il s’agit d’un tracé balisé par des pictogrammes et des bandes de marquage…

(Photo HR)

La réponse des aménageurs que sont la ville de Narbonne et le Grand Narbonne reste encore bien timide face à la demande croissante de développement des circulations douces en milieu urbain. Répondre à cette demande en se contentant de tracer des signes sur le sol serait non seulement inefficace, mais témoignerait aussi d’un manque de considération des « politiques » envers ceux qui les ont mandatés.

La rédaction du Clairon de l’Atax le 15/09/2018

 

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire