Le changement, ça commence par où ?

Une réflexion, parue sur le site "slate.fr", nous rappelle que, devant l'urgence, chaque jour plus pressante, de préserver notre environnement, comportements individuels et collectifs sont intimement liés. Si l'on souhaite infléchir significativement le cours actuel du changement climatique, l'individuel et le collectif sont condamnés à agir de concert.

A l’occasion de la récente « Marche pour le climat » du 8 septembre dernier, qui a certes rassemblé pas mal de monde, mais bien peu au regard des enjeux qui pèsent sur notre « maison commune », le site « slate.fr » publie une intéressante réflexion à propos d’un livre paru quelque temps auparavant et intitulé « Ça commence par moi« , écrit par Julien Vidal.

La conclusion qui se dégage de cette réflexion est que rien de réellement efficace ne se fera sans une prise de conscience de chacun, soutenue par des actions individuelles concrètes. Mais aussi que ces « petits pas » individuels n’auront aucune efficacité globale s’ils ne sont pas soutenus et relayés, dans l’esprit et dans la lettre, par des décisions et des actions situées à l’échelle des collectivités, que seul le politique a le pouvoir d’imposer. 

Dit autrement, l’individuel ne peut rien sans le collectif et vice-versa.

A notre point de vue, cela ne vaut pas exclusivement pour la question cruciale du changement climatique, mais pour tous les changements sociétaux majeurs.

Le Clairon reproduit ci-dessous l’article paru sur le site « slate.fr ».

La rédaction du Clairon de l’Atax, le 23 septembre 2018

Si le document ne s’affiche pas ci-dessous, veuillez actualiser la page ou cliquer sur ce lien pour le visualiser dans un autre onglet de votre navigateur

 

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire