Narbonne capitale de l’Education Artistique et Culturelle ?

Concours de dessins d’enfants à Narbonne  – conseil de quartier – parents (photo J.Raimondi)

Le jeudi 4 Octobre 2018, quelques 460 personnes de toute l’Occitanie  participaient aux premières assises régionales pour la généralisation de l’éducation artistique et culturelle au Grand Théatre – Cinéma- Scène nationale du Grand Narbonne.  

Ces 1eres assises étaient co-organisées par la préfecture de région, la direction régionale de affaires culturelles (DRAC) la direction régionale de l’Agriculture, de l’alimentation, de la forêt, les rectorats (académie de Montpellier et de Toulouse) la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (Vie associative) et l’association Dac Doc. 2 grands témoins étaient invités : Edith Dumont, directrice de l’Education au Conseil des écoles publiques de l’Ontario (Canada)  et Robin Renucci, Directeur des tréteaux de France.
Il s’agissait de confirmer en région le plan d’action commun présenté le 17 septembre au musée Rodin (Paris) par Jean Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et Françoise Nyssen, Ministre de la culture visant à ce que 100% des jeunes de 3 à 18 ans bénéficient d’un parcours d’éducation artistique et culturelle de qualité d’ici à 2022

Ces assises ont été l’occasion de partager des réflexions autour de l’état des lieux effectué dans les 13 départements entre Mai et Juillet 2018. Face aux disparités existantes, (territoires vierge de toute intervention) les témoignages d’expériences réussies ont démontré les avantages de la coopération entre institutions, collectivités et associations notamment celles relevant de l’éducation populaire ET des artistes

A noter une intervention en vidéo de Mme Nyssen, ministre de la culture expliquant : « Avec cette stratégie, nous passons quatre caps,

  • D’abord, nous assumons une politique des choix : nous donnons la priorité à la pratique artistique.
  • Deuxième cap : sanctuariser du temps dès l’école primaire. C’est une vraie nouveauté, avec l’équivalent de 2 heures par semaine qui devront être consacrées à des activités artistiques dans l’emploi du temps de chaque enfant
  • Troisième cap : garantir des moyens sur la durée. Notre politique ne réussira pas sans l’engagement des artistes et des professionnels de la culture. Je leur lance un appel aujourd’hui, car nous ne réussirons pas à construire cette école des arts et de la culture sans eux
  • Quatrième cap pour l’éducation artistique : définir une méthode. Nos deux ministères vont accompagner dix villes de France dans l’expérimentation d’une politique qui garantira 2 heures de pratique artistique hebdomadaire à tous les enfants d’ici la rentrée 2019″. »

Bien entendu nous ne pouvons que nous réjouir de cette initiative en partageant un tel objectif ambitieux : « garantir à tous l’accès à la culture, enjeu essentiel de la société, à la fois porteur d’émancipation des citoyens et de cohésion de notre pays, parce que le désir de culture  se construit dès le plus jeune âge, parce que  l’éducation artistique et culturelle participe à cet écueil et nourrit l’ensemble du processus éducatif  »

Néanmoins, si nous avons apprécié les paroles politiques de la matinée et les témoignages de l’après midi, il nous a semblé qu’une multitude d’acteurs étaient oubliés de ces assises : toutes les personnes qui agissent au quotidien dans des territoires oubliés, parfois reculés, parfois désertés, et qui, sans moyen, développent des trésors d’imagination pour enseigner avec passion une pratique artistique et culturelle… ce que d’aucun appelle le champs (chant) de l’Education Populaire.

Ces acteurs avec leur qualité pédagogique mériteraient reconnaissance en poussant plus avant l’état des lieux réalisé  et un conventionnement.  Pourquoi ne pas imaginer un fonds régional d’intervention artistique et culturel  qui serait sollicité facilement sur des objectifs précis ? Ce fond serait abondé par les ministères impliqués dans cette politique Et par les collectivités (communes, et Agglo, départements, région)

Ou l’Art et la manière d’inter-agir ensemble pour co-construire du « NOUS »  ou comment faire société !

Joël Raimondi  pour le Clairon de l’Atax le 12/10/2018

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire