Conférence de presse des Comités -défense sécurité sociale- de Narbonne/Coursan & Sigean

Les Comités de défense et de reconquête de la Sécurité sociale de Narbonne-Coursan et Sigean ont tenu ce matin 16 janvier une conférence de presse sur la réforme des retraites.

Le gouvernement, dans le contexte de protestation lié aux Gilets jaunes, a repoussé au 2e semestre sa réforme des retraites. Dans les sujets évoqués pour le « Grand débat »  ce projet de réforme ne figure pas. Cela veut dire clairement que le gouvernement entend poursuivre ses réformes sans les soumettre au débat des citoyens.

Le Comité de défense et de reconquête de la Sécurité sociale a l’intention d’ouvrir justement ce débat, pour préparer la riposte des citoyens. Nous organisons à cet effet une réunion publique d’information et d’échanges le samedi 1er février à 18 h à la Bourse du Travail de Narbonne, salle Elie Sermet (et non salle Lacroix comme prévu au départ).

Réforme des retraites : 1er février, bourse du travail de NARBONNE, débattons et agissons.

Du projet concernant la réforme des retraites on connaît les grandes lignes mais pour l’instant rien d’officiel. Toutefois, tout laisse à penser que le gouvernement veut suivre le modèle de la réforme des retraites complémentaires (Agirc et Arrco), adopté en octobre 2015, qui s’appuie sur une retraite à points.

Le montant de la retraite ne dépendrait plus du nombre de trimestres cotisés et du salaire des 25 meilleures années (dans le privé) mais des points acquis.

On peut craindre une manipulation de la valeur du point, par exemple en estimant, au moment du départ à la retraite, que le point vaut tant en fonction des ressources disponibles à ce moment.

Actuellement, le montant de la retraite dépend non seulement des trimestres validés et du revenu, mais aussi de possibles compensations (les droits collectifs), attribuées dans des cas précis : périodes de chômage, de maladie, de maternité, nombre d’enfants élevés, pénibilité du travail.

Ces droits collectifs, ainsi que les pensions de réversion, sont menacés de suppression.

Le résultat, ce serait des retraites plus faibles, surtout pour les personnes en précarité (chômeurs, travail à temps partiel…) et en particulier les femmes.

Par ailleurs, sans reculer officiellement l’âge de départ à la retraite, qui resterait à 62 ans, le gouvernement envisage de soumettre le montant de la retraite à 62 ans à une décote qui obligerait à travailler plus longtemps pour avoir le taux plein, ce qui reviendrait dans ce cas à repousser le départ à 63 ans, voire jusqu’à 67 ans.

L’un des buts de la réforme est de permettre à l’État de réaliser « des économies ». L’autre est de permettre au patronat de prendre sa revanche sur les principes de la Sécurité sociale, mis en place en 1945. Ils basaient le financement des retraites (comme celui de la santé, des allocations familiales et des accidents du travail) sur la richesse économique, donc sur l’entreprise. Et ils instauraient le principe : de chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins.

Désormais on individualiserait les retraites, chacun ne touchant, au mieux, que ce qu’il a cotisé.

Le résultat global risque d’être un affaiblissement général du montant des retraites, plus encore pour les personnes en précarité, et un allongement de la durée de travail pour essayer d’améliorer ce montant.

En savoir plus : Dossier réforme des retraites, chapitre 1 à 6 :
https://comitesdrss.wordpress.com/2018/10/11/dossier-reforme-de-la-retraite-par-le-gouvernement-macron-realise-a-partir-dinformations-cgt-montreuil-chapitre-1-la-retraite-avant-la-reforme-telle-quelle-existe-aujourd/

Les Comités de défense et de reconquête de la Sécurité sociale de Narbonne-Coursan et Sigean

Site internet : https://comitesdrss.wordpress.com/theme1/

 

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

2 commentaires

rafararano patrick

Bonjour,
Je suis content de voir un article de cette facture.
Surtout pour évoquer des sujets qui concerne l’ensemble des populations quelle qu’elles soient.
Il devient rare de pouvoir en bénéficier, continuer comme cela.
Bonne continuation, Patrick

Merci de cette appréciation positive, nous tacherons de ne pas décevoir et de faire mieux encore. La question du démontage de la sécurité sociale au profit du privé fait partie des objectifs des différents gouvernements néolibéraux qui se succèdent depuis une vingtaine d’années : il n’est pas question qu’ils réussissent.

Laisser un commentaire