LETO

Russie/France – 2h06 – 2017 – Sélection Officielle Cannes 2018
Un film de Kirill Serebrennikov avec Roman Bilyk, Irina Starshenbaum, Teo Yoo.

Leningrad, un été des années 80.

« Leto » veut dire « été » en russe et c’est l’été que tout explose, la nature, les sentiments, la création, la musique en particulier, sur cette plage où se retrouvent des jeunes qui boivent du vin, jouent de la musique et se jettent nus dans la mer. Nous sommes encore en URSS et la censure sévit, tandis que les musiciens se tournent vers l’Ouest pour s’inspirer du rock. Quand ils jouent dans des salles pleines, personne ne bronche sous les regards perçants des apparatchiks, seuls les pieds battent la mesure.

Le projecteur éclaire trois jeunes gens, Mike Naumenko, Viktor Tsoï et Natasha.

Ce sont les débuts de Tsoï (devenu par la suite une légende en Russie), parrainé par Mike qui a déjà beaucoup de succès. Natasha, mariée avec Mike dont elle a un enfant, se pose en muse dans le groupe.

Kirill Serebrennikov a choisi de porter au devant de la scène ces musiciens qui ont voulu s’affranchir de la pesanteur technocratique de la Russie soviétique et qui ont transformé et élevé leur musique au niveau d’un symbole de combat.

Et puis, c’est l’ambiance russe, la fête où l’on boit, l’on fume, l’on danse, l’on s’éclate au milieu de considérations philosophiques et littéraires. Et puis, c’est la sensualité de certaines scènes entre Natasha et Viktor où l’on ne dévoile pas grand-chose mais où l’on ouvre la porte sur un infini.

Viktor, qui fonda le groupe « Kino » et Mike sont restés des emblèmes de la musique rock, aussi parce qu’ils sont morts jeunes au début des années 90. La tombe de Viktor au cimetière de Saint Petersbourg a été de tout temps vénérée.

Ce film remarquable, plein de créativité qui pulse avec énergie et qui explose de dynamisme, a été sélectionné pour être présenté à Cannes. Malheureusement Kirill Serebrennikov n’a pu se déplacer à Cannes : il est assigné à résidence en Russie où il est accusé de détournement de fonds.

Patricia Renaud pour le Clairon de l’Atax le 12/01/2018

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire