Sale temps pour le Glyphosate ?

Le mardi 15 janvier 2019 le tribunal administratif de Lyon a annulé l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360 (décision TA Lyon Glyphosate) Cet herbicide contenant du glyphosate avait été autorisé en mars 2017 par l’ANSES, mais dès mai 2017 la justice avait été saisie par le Criigen, (Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique), un comité apolitique et non-militant, d’expertise, de conseil, indépendant des industries de l’agro génétique.
Cette décision condamne pour la première fois en France la diffusion commerciale d’un produit à base de glyphosate mais elle met aussi en cause l’ANSES qui avait accordé son feu vert au produit.

Le tribunal administratif de Lyon a considéré que l’ANSES avait commis « commis une erreur d’appréciation » en passant outre le principe de précaution inscrit dans la constitution, alors que le glyphosate contenu dans le Roundup Pro 360 avait été classé –cancérogène probable- par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) qui est une extension technique de l’OMS. Ce jugement remet donc fortement en cause le rôle de l’ANSES qui, non seulement n’a pas évalué le caractère cancérogène du Roundup Pro 360, mais qui n’a pas non plus tenu compte de l’expertise de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) qui suspecte le produit d’être toxique pour la reproduction humaine.

Pour la présidente du Criigen, l’avocate Corinne Lepage : « La décision d’annuler l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360 est très importante. C’est potentiellement une décision qui devrait s’appliquer à tous les produits de type Roundup et de manière générale à tous les produits à base de glyphosate. »

Suite à la décision du tribunal l’ANSES a interdit la vente, la distribution et l’utilisation du Roundup Pro 360 à dater du 15 janvier 2019. On ne connait pas encore les réactions de l’industriel Bayer, nouveau propriétaire des marques commerciales à base de glyphosate.

Vignes traités au glyphosate

L’union européenne a prolongé de 5  ans l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate sur la base d’une étude truquée au bénéfice de Bayer / Monsanto !

Après la condamnation de Monsanto en 2018 par un tribunal californien établissant la responsabilité du glyphosate dans le cancer contracté par un agent d’entretien, après les polémiques sur les méthodologies des expertises réalisées sur la dangerosité du glyphosate, cette décision de justice vient à point alors qu’éclate un nouveau scandale : pour éclairer sa décision de reconduire l’autorisation du Glyphosate en 2017, l’Union Européenne avait chargé l’Institut Fédéral allemand d’évaluation des risques BfR, d’une expertise. C’est sur la base de cette expertise que le glyphosate a été autorisé pour une nouvelle période de 5 ans (*) ; or un rapport commandité par les députés européens vient d’établir que BfR dans son expertise de 4000 pages avait recopié à plus de 70%  le dossier d’homologation du glyphosate déposé par Monsanto et ses alliés.

Dans ces conditions ne faudrait-il pas revoir l’autorisation de l’UE sans attendre la fin de la période de prorogation de 5 ans ? En tout cas on peut espérer que la justice aura désormais plus de facilités à passer.

L’équipe de rédaction du Clairon de l’Atax le 17/01/2019

 

(*)  5 ans ramenés à 3 ans dans le cas de la France selon la promesse du gouvernement mais comment ? Les autorisations de mise sur le marché sont de compétence communautaire : elles ne peuvent donc être suspendues ou supprimées que dans le cadre communautaire !

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire