« ARENA » ou…. »MOULYNETTE » ? Une salle qui pose question !

A Narbonne la nouvelle salle, voulue par le Maire Didier Mouly, se construit à grands pas, mais elle n'a pas attiré la foule des candidats pour son exploitation. Attirera-t-elle les spectateurs? On s'interroge". Ceux qui, parvenus au pouvoir rêvent de laisser une trace à la postérité sont nombreux, mais en définitive seul le peuple décide de qui il se souvient !

Ouf ! Fin de l’insoutenable attente…Narbonne va enfin jouer dans la cour des grandes villes..Elle aura sa salle multimodale…Voulue par son maire, approuvée par le Conseil Municipal.

Elle sort de terre et sa construction avance à grands pas, et devrait être opérationnelle en fin d’année 2019. Avant les élections. Nous connaissons même la société qui va l’exploiter, qui va nous proposer concerts et artistes.

Un appel d’offres a été lancé et la ville n’a pas eu l’embarras du choix…un seul candidat a posé sa candidature pour gérer cette salle..La convention d’exploitation peut être signée…tout va bien donc.. !

Quelques chiffres : l’emprise au sol de cette salle sera de 14 000 m², la Salle proposera 7745 m² de surface de planchers et offrira selon les configuration de 1500 à 4817 places. On la verra de très loin puisqu’elle aura 16 m de haut et coûtera aux narbonnais 23,5 Millions d’€uros

Une paille !

Je peux me tromper, mais ce projet m’inquiète, et j’avais mentionné cette inquiétude dans une longue lettre remise lors de la consultation du public.

Oui depuis que ce projet a été initialisé, il m’inquiète.

  • Sans doute parce ce que, ayant plus de 30 ans d’accompagnement d’entreprises dans leur création, dans leur développement, j’ai eu trop souvent l’occasion d’en voir plusieurs contraintes de déposer le bilan, notamment parce qu’elles avaient refusé d’étudier le marché, parce qu’elles en surestimaient la viabilité . Il est toujours bon de valider son optimisme !!

  • Et j’ai l’impression, pour ne pas dire la certitude, que ce projet de salle n’a pas été étudié. Il n’a pas fait semble t-il l’objet d’une étude circonstanciée de positionnement commercial par rapport à d’autres équipements tels que le Théâtre-Scène Nationale.

  • Jamais personne ne s’est demandé pourquoi cette salle serait rentable alors que d’autres, implantées dans les villes voisines et de tailles comparables sont épinglées par la Cour des Comptes du fait de leurs déficits structurels.

Il a été voulu par un homme, Didier Mouly, dont les motivations étaient vraisemblablement autres que la seule réponse à un besoin identifié. Certes Didier Mouly a été légalement élu. Mais ce vote lui a t-il donné la légitimité pour construire cette salle de son propre chef sans aucune précaution ?

  • Ce projet de salle Multimodale est un fait du prince, nous l’avons déjà dit dans ces pages, le fait d’un prince qui ne s’est appuyé sur aucune étude de faisabilité commerciale, ou en tout cas, ne l’a pas mentionné aux électeurs. En décidant de ce qui est bon pour le peuple, il a peut-être fait une erreur lourde de conséquences futures.

  • Il faut se rappeler également que près de 4 500 citoyens, soit presque un habitant sur 12 ont manifesté sans succès leur scepticisme au regard de ce projet.

  • Plus tôt, lors des élections municipales seulement 26,45% du corps électoral a voté pour la liste menée par Didier Mouly lors des élections municipales.

  • La confiance aveugle en notre maire ne s’est pas encore avérée

Sans compter que divers ratios de richesse de la population ne manquent pas de m’interroger :

  Narbonne France
Médiane du revenu disponible par unité de consommation en 2015 en €uros 17 745 € 20 750 €
Taux de pauvreté en 2015 en % 23,9 % 14,3%

Quand on consulte l’article : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/03/03/20002-20150303ARTFIG00182-quels-sont-les-departements-les-plus-pauvres-de-france.php, on apprend que l’Aude figure parmi les départements les plus pauvres de France aux cotés du Pas-de-Calais, des Pyrénées-Orientales, de La Seine-Saint-Denis plus touchée…

Malgré tout les grues sont là et le bâtiment monte rapidement…

Une convention d’exploitation a même, à la suite d’un appel d’offres, confié l’exploitation de cette salle à la Société S-PASS.

Cet appel d’offres a été publié dans les médias suivants

  • Journal officiel de l’Union Européenne du 23 mai 2018,

  • Bulletin officiel des Annonces de Marchés publics du 23 mai 2018,

  • Espace Tourisme et loisirs n° 342 et site Internet.

Malgré tout, UNE seule offre a été reçue à la date du 20 juillet 2018 ….

Le choix fut donc facile et malgré tout inquiétant.

Pourquoi en effet seule une entreprise a-t-elle pris le soin de se positionner ? Est-ce dû à la diffusion de l’appel d’offres qui n’a pas touché toutes les entreprises potentiellement concernées ? Ou bien faut-il y voir un désintérêt de ces entreprises pour cette salle, leur souhait de ne pas se positionner sur un équipement difficilement rentable du fait de sa taille, de sa localisation, d’un marché local insuffisant, d’une concurrence des villes voisines trop importantes…ou autre.

Bref quand on est commerçant, qu’on sait que tous ses concurrents proches ont des difficultés et qu’on ne voit qu’un seul client pousser la porte du magasin après une campagne de publicité, on s’inquiète…

Sauf à Narbonne !

Le choix fut donc facile… Faute de grives, on va peut-être manger un merle !

D’autres auraient considéré que cet appel d’offres était infructueux et en auraient tenté un second. Pas ici.

Donc le béton avance, les grues tournent, même si on a mis la charrue avant les bœufs.

Alors S-PASS gérera la Salle. Cette entreprise gère déjà 55 équipements dans la France entière dont :

  • Salles Zénith (Strasbourg, Dijon, Limoges, Nancy),

  • Salles polyvalentes de grande capacité,

  • Salles de spectacles de moyenne capacité( Marseille, Chambéry, Montbeliard, Le Havre, Le Mans),

  • Parcs d’exposition,

  • Centres de congrès équipements sportifs,

  • Centres aquatiques,

  • Patinoires.

S-PASS organise 3 500 événements par an qui reçoivent 12,5 millions d’utilisateurs et emploie 1 100 salariés !

Et là encore, je suis inquiet parce que ces salles, ces équipements sont principalement situés dans des villes plus importantes que Narbonne et surtout parce que S-PASS, qui va créer une société en Nom Collectif (SNC) au capital de 3200 €, exclusivement dédiée à l’exploitation de la salle, présente une structure financière qui n’est pas des meilleures.

Le site « Societe.com » fournit des informations extraites des documents publics sur toutes les entreprise immatriculées au Registre du Commerce et des Sociétés.

En ce qui concerne S-PASS, elle mentionne dans sa page https://www.societe.com/analyse-financiere/s-pass-315734202.html les informations suivantes:

  • Rating société : Défavorable

  • Equilibre bilan : Moyen

  • Rentabilité : Défavorable

Peut mieux faire donc !

Le site recommande par ailleurs à tous ceux qui veulent traiter avec cette société de :

  • « Commander sans délai une étude de solvabilité à jour »

  • « En fonction de l’analyse, prendre des mesures pour sécuriser votre créance (réduction des délais de paiement accordés, limitation de l’encours…) »

Je n’invente rien ! Je cite !

Pour mémoire, quand on souhaite traiter avec une entreprise et afin de se renseigner sur elle, consulter ce site permet d’obtenir gratuitement quelques informations de base, utiles afin de se faire sa propre opinion.

Bien d’autres informations, y compris des analyses plus fouillées peuvent être obtenues, moyennant quelques €uros, négligeables au regard des 24 millions d’ €uros de ce projet.

Ce qui n’a peut-être pas été fait dans le cas présent !

En tout cas, la Ville n’en parle pas.

Mieux même : dans son document « Rapport d’analyse de l’offre pour la commission de Délégation de Service Public », la Ville de Narbonne fournit les éléments financiers suivants :

  • S-PASS (SA)  au capital de 8 800 020 € – 1 actionnaire 3S ENTERTAINMENT détenant 99,99 % du capital

Chiffres clés S-PASS

Années 2015 2016 2017
Chiffres d’Affaires 10 601 676 € 6 646 737  € 7 721 248 €
Résultats nets – 1 184 062 € 171 280 € – 1 400 419 €
Capitaux propres – 346 625 € – 175 345 € 7 044 256 €

La ville savait donc que cette entreprise a du effectuer une augmentation de capital afin de couvrir des pertes antérieures ou récentes. Mais parmi toutes les activités de S-PASS évoquées plus haut, lesquelles sont à l’origine des pertes, les patinoires ou l’organisation de spectacles, dans quelles villes ? Mystère !

Faire face à une perte de 1,4 million d’€uros pour un chiffre d’affaires de 7,7 Millions n’est pas anodin… 18 % de perte… Ceci mérite une analyse poussée, surtout quand on veut contractualiser avec ce partenaire !

S-Pass a du procéder à une augmentation de capital indispensable, puisque les capitaux propres étaient négatifs . Ces chiffres n’ont amené aucune remarque dans le dossier remis aux élus, ni aucune analyse complémentaire. En tout cas les documents en notre possession n’en parlent pas !

Fonctionnement de la Salle

La ville de Narbonne va consacrer pour le fonctionnement au titre de la « Contrainte particulière pour service » (c’est le titre du document), une somme annuelle de 679 000 € à 728 000 € soit, entre 2019 et 2028 (date de fin du contrat avec S-PASS), la somme totale de 6 094 472 €, soit le quart du coût de la salle.

Une paille !

Et pourtant, le Maire Didier Mouly avait affirmé lors de la réunion publique du 20 septembre 2017 « Ce n’est pas la ville qui va financer le fonctionnement de la structure ».

Mais comment ?

On peut supposer que la « créativité municipale » trouvera les ressources, qui ne peuvent être que des hausses d’impôts locaux, des cessions d’actifs municipaux, ou une baisse des dotations sur d’autres postes budgétaires de la ville tels que réfection de voiries, voire des baisses des dotations aux associations…

Mais que va-t-on nous proposer dans cette salle ?

Nombre d’événements par an

Année partielle
2019

Années pleines
(2020 à 2026)

Année partielle
2027

Sports 9 20 11
Spectacles 13

27
(dont 12 co-produits entre S-PASS et la ville de Narbonne)

11
Événements économiques 2 5 5
Journées ville 3 8 5
Total 27 60 33

(Tableau extrait du document municipal « Rapport d’analyse de l’offre pour la commission de délégation de Service public)

Ce tableau confirme, si besoin était, que la salle se positionne clairement en concurrente d’autres équipement financés par nos impôts, et gérés par d’autres structures (Grand-Narbonne), notamment le Parc des Expositions.

En ce qui concerne le Théâtre / Scène nationale voisin, le dossier précise que la Salle ne proposera pas de spectacles prévus pour moins de 1000 personnes…

Mais rien n’est dit non plus en ce qui concerne la programmation des spectacles et la coordination des dates entre théâtre et salle… Le marché local est-il en mesure de recevoir sans déficit de l’un ou de l’autre, un spectacle au Théâtre et un autre dans la Salle à quelques jours d’intervalle ? Ne parlons pas de spectacles proposés dans les villes voisines de Carcassonne ou Béziers.

Le Club de Volley, qui jouera ses matches dans ces locaux, devra signer une convention avec S-PASS, qui définit la répartition des tâches….et des coûts.

Quid de l’avenir d’autres salles, comme par exemple le Palais du Travail. Que vont devenir sa grande salle et son gymnase ? Quelles seront les manifestions qui s’y dérouleront ? Pas d’information de la part de la Ville. Le grand vide! Aucune concertation non plus, mentionnée avec le Grand-Narbonne !

L’essentiel n’est pas là…il fallait cette salle, Didier Mouly en avait besoin ! Mais pourquoi ?

Tous les autres bâtiments implantés sur cette avenue l’ont été par la volonté d’autres maires:

  • le Théâtre a été voulu par papa Mouly, mais il est géré aujourd’hui par J. Bascou et le Grand-Narbonne,

  • le Parc des expositions a été voulu et créé par papa. J. Bascou et le Grand Narbonne le gèrent, parce que c’est la loi qui le veut,

  • l’Aspirateur a été voulu et créé par le successeur de papa, Michel Moynier. Certes, il a bâti ce bâtiment bien avant de construire le quartier nouveau, dont il devait traiter les ordures, mais ce quartier n’a pas vu le jour. Et ce bâtiment a été transformé en salle d’exposition par J. BASCOU alors qu’il était maire. Au moment de la décision de construction de la salle, l’Aspirateur était géré par Grand-Narbonne.

  • Papa a aussi beaucoup fait pour améliorer le stade et le faire vivre,

  • Et puis, la statue de papa est de l’autre coté du rond-point de l’avenue qui porte le nom de papa. Un boulevard de famille…

Bref, il fallait probablement marquer l’histoire ! S’affirmer ! Et rester dans l’histoire ! 

Même si l’espace disponible sur cette avenue n’a pas permis à ce bâtiment d’être comparable dans sa conception à d’autres d’autres bâtiments de même activité !

  • tous les autres sont implantés sur un parking dimensionné pour accueillir sans danger les spectateurs. Pas celui-ci,

  • où pourront stationner 2 000 voitures les jours où la salle sera comble (1 voiture pour 2 spectateurs) : à Narbonne ?

    • Sur le parking du parc des Expositions ?

    • Sur celui du Théâtre ?

    • sur celui de Muréna ?

    • le long de l’avenue Hubert Mouly ?

Dans tous les cas, à 23 heures, une fois les spectacles terminés, ce seront des centaines de personnes qui traverseront l’avenue, ou marcheront le long de celle-ci , franchiront des ronds points, et la 4 voies …dans tous les cas en prenant des risques.

Certes il ne pleut pas souvent à Narbonne…heureusement. Mais le vent y est souvent froid.

Comment l’autorisation de bâtir ce bâtiment sans parking a-t-elle pu être donnée ?

Et bien sûr, le jour où il aura un accident, toujours possible, tout le monde se défilera.

Il fallait sans doute que Didier Mouly laisse son nom sur une plaque « Inauguré le…. par Didier Mouly, Maire de Narbonne », dans un bâtiment encore plus imposant que les autres….sur le boulevard du père !

Pourtant n’y aurait-il pas tant de chantiers plus urgents à réaliser ?

Les rues peuvent se dégrader, les trottoirs peuvent encore être barrés par des poteaux interdisant la passage de fauteuils roulants, ou de poussettes. Tous les trottoirs ne sont pas équipés de bateaux permettant le passage de fauteuils roulants…Quant aux pistes cyclables …

Oui, mais qui se souviendrait d’un maire qui aurait refait ces trottoirs, qui aurait redonné vie par son travail, à un centre-ville à l’agonie ?

Je vais vous faire une confidence : j’ai souri quand j’ai vu la première photo de ce projet : avec son toit évasé monté sur un cylindre : il m’a fait penser à un presse-purée.

Est-ce voulu ?..est-ce pour nous faire un clin d’œil et nous dire.. « on va vous pressurer avec des impôts », à moins que Didier Mouly n’ait inconsciemment souhaité que les narbonnais surnomment la salle « Le Moulynex » ou « La Moulynette » ?

         

Subliminal !

Jean Pierre Vialle pour le Clairon de l’Atax le 20/02/2019

Print Friendly, PDF & Email

5 commentaires

Thierry Vidal

Hé oui, il y a certains visionnaires qui ne regardent que leur nombril.
Hé oui, il y a des bâtisseurs qui veulent toujours péter plus haut.
Et que devient la culture dans tout ça?
Reste que la région ne manque pas de salles polyvalentes.
Chaque village à sa salle des fêtes, Narbonne a déjà son magnifique théâtre, Espace liberté, de nombreuses petites salles, ses cabarets… Sans oublier les espaces naturels où se déroulent des festivités estivales.
Et il est aisé de constater que tous ces lieux sont rarement combles à chaque événement.
Alors, à quoi bon surenchérir?!

Effrayante cette analyse il serait souhaitable que l’ensemble des Narbonnais- meme ceux qui étaient favorables à ce projet- prennent conscience de son aberration et des coûts qu’ils supporteront pour cette aventure mégalomane. Je suis atterrée lorsque je vois les travaux nécessites par les routes, les rues et les pistes cyclables qui pourraient réalisés avec une partie de ces dépenses. Est ce la ce que perçoit de la culture le maire de NARBONNE ? C’est pathétique.

Simplement bravo, je partage de suite.

est-ce qu’il y a des aspects positifs dans cette création de salle plurimodale ?

Il y a déjà une dépense supplémentaire pour cette monstruosité : pour Défendre l’Arena contre les incendies, afin d’assurer la « défense extérieure contre l’incendie » de la future salle Narbonne Arena, une extension des réseaux de 780 m linéaires sera nécessaire. Une convention entre la Ville et l’Agglo a été conclue à cette fin : le Grand Narbonne sera maître d’ouvrage de ces travaux tandis que la Commune prendra en charge le coût de l’opération, estimé à 432 000 euros. L’opposition municipale s’est abstenue. (l’Indépendant du 20 février 2019).
Un complément à la pauvreté de notre beau département (extrait de la Cour régionale des comptes – finances de l’hôpital de Narbonne)
Cependant, le taux de pauvreté est le plus élevé d’Occitanie 21,4 % en 2013, contre 17 % pour la région et 14 % pour le pays. Avec également un taux de chômage de 18,1 % en 2013 pour la classe d’âge 15-64 ans. Alors la précarité n’a cessé de progresser ce qui n’est pas sans effet sur les besoins de santé de la population.
Cela ne va être évident de trouver des clients ayant les moyens d’assister aux spectacles, surtout que Narbonne se transforme en fête du Trône très régulièrement, ce n’est pas gratuit le tour de manège et les places de parking gratuites sont occupées par les forains….

Laisser un commentaire