La distribution d’iode en cas d’incident nucléaire

Lorsqu’un évènement se produit dans une centrale nucléaire et qu’il y a risque de rejets radioactifs dans son environnement un dispositif d’alerte est déclenché par le préfet concerné, notamment pour informer les riverains et les inciter à prendre diverses mesures de protection et sauvegarde.
Dans un rayon de 20 km autour des centrales, un PPI (Plan Particulier d’intervention) prescrit un ensemble de mesures de sauvegarde destinées à la protection des populations.
Parmi ces mesures la prise, le cas échéant, de comprimés d’iode stable vise à protéger la thyroïde de la fixation d’iode radioactif, générateur de cancers.

Les zones « à risque »

Initialement définies par un rayon de 10km autour des centrales nucléaires elles ont été portées à 20 km en 2016.

Carte des centrales nucléaires (image distri.Iode)


Comment se propage l’iode radioactif ?

En cas d’accident nucléaire divers éléments radioactifs s’échappent dans l’atmosphère, notamment l’iode-131, produit de fission extrêmement radioactif qui constitue le principal danger de contamination à court terme sachant que sa demi-vie est de 8, 02 jours ; Il se volatilise un peu au dessus de 100 degrés sous forme de vapeur et se propage dans l’atmosphère, puis se dépose sur le sol et les végétaux dont il contamine les racines. Il est ingéré par les hommes et les animaux…

En ingérant des comprimés diode stable, avant l’arrivée de l’iode-131, on sature la glande thyroïde, empêchant ainsi l’iode-131 de se fixer. On se protège ainsi des cancers de la thyroïde particulièrement néfaste chez les enfants et les adolescents où l’hormone générée par la glande thyroïdienne est fondamentale pour  la croissance.

Comment se procurer de l’iode stable ?

Les comprimés sont fabriqués par la pharmacie centrale des armées et distribuées par l’EPRUS (Etablissement de préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires). Les stocks de comprimés sont gérées par les préfectures des départements en fonction des risques nucléaires existant localement. Ils sont dispatchés dans les pharmacies où le public informé par courrier préfectoral peut venir les retirer.
Lors de la campagne de distribution de 2016, 51% de la population concernée avait retiré les comprimés d’iode stable en pharmacie (soit une amélioration des retraits de 12% par rapport à la campagne de 2009).  Les personnes concernées qui ne les avaient pas retirées dans les pharmacies les ont reçues par la poste en janvier 2017.
Une nouvelle campagne de distribution est prévue fin mai 2019. Elle résulte du passe  des zones PPI de 10 à 20 km. L’envoi des courriers invitant les personnes concernées à retirer les comprimés en pharmacie est prévu pour le 21 mai 2019.

Comment prendre les comprimés d’iode stable ?

Le site http://www.distribution-iode.com/ donne les instructions à suivre en cas d’alerte nucléaire.
Il ne sert à rien de prendre des comprimés d’iode stable à titre préventif.

La dose d’iode stable doit être prise uniquement et immédiatement à la demande du préfet et en respectant la posologie suivante :

  • A partir de 12 ans (adulte, y compris les femmes enceintes) : 2 comprimés d’iode (130 mg) ;
  • Enfant de 3 à 12 ans : 1 comprimé d’iode (65 mg)
  • Enfant de 1 mois à 3 ans : ½ comprimé d’iode (30 mg)
  • Nourrisson (jusqu’à 1 mois) : ¼ de comprimé d’iode (15 mg).faire en cas d’alerte si on ne dispose pas de comprimés ?

Que faire en cas d’alerte si on ne dispose pas de comprimés ?

Les statistiques précitées indiquent que 49% des personnes concernées ne viennent pas retirer leurs comprimés en pharmacie. Ainsi en cas d’urgence des embouteillages, la cohue, peuvent dangereusement retarder le moment de leur prise, de plus ces comprimés peuvent être perdus ou mal rangés, etc.
Selon les informations du médecin référent du Clairon de l’Atax, une prise de comprimés 2 heures avant l’exposition au nuage radioactif diminue de 98% les chances d’irradiation de la thyroïde ; ces chances tombent à 50% entre 4 et 6 heures après le passage du nuage.

La rédaction du Clairon de l’Atax le 18/02/2019

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire