Politique européenne : maïs /soja et pêche en mer, même combat !

 

A l’approche des élections européennes on nous promet une nouvelle PAC (Politique agricole européenne). Espérons que cette nouvelle PAC ne soit pas comme celle de 1992, qui sur la production de mais/soja à préféré subventionner le capital plutôt que le travail en fonctionnarisant les gros céréaliers français qui ont pu, avec leur prime octroyée par Bruxelles, racheter les terres des Paysans roumains, polonais…
Même politique européenne sur la pêche qui permet à 4 pêcheurs en méditerranée de s’accaparer 90% de la pêche au détriment de la petite pêche artisanale côtière. (Voir cash-investigation d’Elise Lucet France3-régions : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/sete/sete-cash-investigation-enquete-peche-au-thon-rouge-ca-remue-merde-rien-1619925.html )

À terre le résultat de cette agriculture pétrolière productiviste qui a détruit nos sols, c’est que pour nos assiettes nous importons 70% de nos protéines consommées sous forme de soja d’Amérique du sud. Ces 70% de soja / Ogm soit 4,7 millions de tonnes contiennent 4 fois plus de glyphosate que le soja produit et traité en France et détruisent le puits de carbone de la forêt Amazonienne ! 

Argentine du nord : la forêt brûle pour laisser la place aux champs de soja

Ces 4,7 millions de tonnes sont importés par la France pour un coût de 5 milliards de dollars qui impactent négativement  notre balance commerciale….Et pour l Europe c est pire !
A quand la révolution du Lupin jaune plus riche en protéines que le soja ? Il est adapté aux sols méditerranéens dont il est issu et s’adapte aisément  aux méthodes de la permaculture pour éviter que nos friches viticoles, soit 30% de nos surfaces arrachées avec des primes de Bruxelles, nous menacent dans 15 ans d incendies comme en Californie ! 

Pour la pêche même logique de productivisme et de puissance pétrolière au profit de quelques uns qui, à l’image de nos céréaliers, vivent aussi plus des subventions que des poissons!

Même résultat commercial que pour nos protéines soja, nous importons 70% du poisson que nous mangeons qui vient le plus souvent d’aquaculture installée en Asie que nous avons aidé à se construire là bas plutôt que chez nous en respectant la complémentarité des trois écosystèmes poissons / algues /  coquillages (AIMT comme disent les scientifiques) et comme nous voulons le faire avec de l Aquaponie et de la permaculture sur friche dans notre démarche Paysans Terre / Mer située en Narbonnaise.

Carole Delga, présidente de la région Occitanie va proposer à Perpignan au Palais des congrès 28, 29, 30 mars au salon organisé par l’ONG « Le Monde Nouveau » (https://www.lemondenouveau.fr/), « une révolution alimentaire durable et juste pour tous, pour associer transition énergétique et écologique avec circuits courts et paysages comestibles.». (Cf. : journal « L’indépendant » du 3 mars 2019). Ce formidable lieu d’information de réflexion et d’échanges sur notre habitat, nos transports, notre alimentation nos modes de vie n’est à manquer à aucun prix !
Le moment n’est-il pas venu de transformer notre paysage agricole grâce à plus de souveraineté et de sécurité alimentaire, d’autant plus qu’avec le soja nous importons aussi pour 4 milliards d’euros de légumes ? Il s’agit, ici et maintenant en Languedoc, d’inventer avec les jeunes générations une nouvelle agriculture paysanne Terre / Mer, résiliente au réchauffement climatique et bonne pour notre santé !

D’ici là réfléchissons à comment transformer ce rêve en réalité localement et à Bruxelles, puisque global et local sont reliés par ceux qui, en créant l’argent qui finance les politiques agricoles, créent aussi les acteurs qu’ils veulent privilégier :

– soit nous privilégions la séparation des acteurs de l’agriculture, de l’alimentation transformée, de la santé, de l’environnement… parce que l’âge d’or du pétrole qui est derrière nous nous permettait jusqu’à présent de le faire ? (Quand pour produire une calorie alimentaire dans l’assiette nous consommions 12 calories de pétrole, toute logique de puissance était bien venue ! Chacun sa filière, sa logique, sa maison syndicale …en ignorant les autres !)
– soit nous prenons en compte les exigences du réchauffement climatique pour réagir aux inondations l’hiver et aux incendies l’été, et nous développons des circuits courts plus riches de liens sociaux, en adoptant un modèle alimentaire méditerranéen ou crétois qui nous éloigne du cancer et qui se fonde sur des pratiques agricoles, peu gourmandes en arrosage que nous devrons faire face d’ici 2050 à un manque d’eau douce (avec 50% de population mondiale en plus dont 4 milliards au sud de la Méditerranée! Surpopulation qui nécessite 30 % d’eau en plus !)

Alors comme le dit la Présidente de la Région Occitanie, nous aurons besoin de « paysages nourriciers » grâce à une révolution alimentaire, écologique et énergétique. Je rajouterai une autre manière économe et joyeuse de produire, de consommer et de vivre ! C’est là toute notre idée concrétisée par une démarche ouverte, plurifonctionnelle, comme l’étaient autrefois les pratiques des paysans, d’expérimenter et d’explorer un nouveau métier de «  paysan terre-mer » .

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce projet de nouvelle agriculture paysanne terre / mer, nous serons présents à Perpignan à ce salon « Le Monde Nouveau » avec notre tortue maraichère flottante alimentée en eau par distillation solaire

François Plassard (*) pour le Clairon de l’Atax le 04/03/2019

 

(*) : Francois Plassard, ingénieur agronome de formation et docteur en économie est l’initiateur et le président de l’association Paysans Terre Mer. Il, est l’auteur de deux livres prémonitoires  publiés avant l’AN 2000 : «  la Vie rurale, un enjeu écologique et de société ? » Edit Yves Michel et « Crise écologique et/ou crise sociale ? Vivre ensemble autrement » leseditionsovadia.com …qui lui ont permis de contribuer à un groupe interdisciplinaire de co- écriture «  agriculture, alimentation santé ; environnement » à la demande de Nicolas Hulot et de sa fondation.

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire