Il faut sauver le soldat de Rugy

Grâce à la SNCF, nous savons depuis longtemps qu'un train peut en cacher un autre. Au terme d'une enquête sans concessions, Le Clairon est aujourd'hui en mesure de révéler à ses lecteurs que d'inoffensifs homards géants peuvent masquer une réalité dont les tenants et aboutissants se sont révélés dramatiques pour le destin de François Goullet de Rugy (FDR pour certains), redevenu simple député après avoir été président de l'Assemblée Nationale puis Ministre de la Transition Ecologique sous la présidence jupiterreuse d'Emmanuel Macron.

Peu de gens ignorent l’image ci-dessous, révélée par l’excellent travail de journalisme d’investigation du journal en ligne Mediapart. On y découvre les désormais fameux homards géants servis lors de dîners organisés à l’hôtel de Lassay (1) par François de Rugy, alors président de l’Assemblée Nationale, et son épouse, en l’honneur d’invités dont l’ex-locataire des lieux a refusé de fournir la liste.

Hélas pour notre valeureux et talentueux confrère, nous devons à la vérité de faire savoir qu’il y a erreur !! En effet, Le Clairon de l’Atax, flairant une affaire dans l’affaire, a soumis cette photographie à un puissant logiciel d’analyse spéculative dont nous avons récemment fait l’acquisition, en bons élèves de la start-up nation chère à notre président. Et la réponse de ce coûteux mais puissant logiciel est formelle :

cette photo ne montre pas des homards !!!

 

 

                                      Soi-disant homards géants et grillé                                                      En cliquant sur l’image ci-dessus, vous pourrez découvrir la vérité, en exclusivité !

La vérité est tout autre, mais François de Rugy ne pouvait et ne peut toujours pas la révéler. Et ses propos, que d’aucuns ont cruellement qualifiés d’embarrassés, témoignent du combat qu’il a mené pour ne pas dire la vérité : car il s’agit de l’avenir de la France !

Rappelons que François de Rugy était ministre d’Etat et protocolairement 2ème personnage du gouvernement Philippe. À ce titre, on ne peut exclure qu’il ait pu être destinataire d’informations susceptibles de relever du registre confidentiel, voire même, comme pourrait le dire Madame Florence Parly, notre chaleureuse et truculente ministre des armées, du SECRET DEFENSE !

Avec héroïsme F. de Rugy a poursuivi et poursuit encore la noble et dure ligne de conduite qu’il s’est assignée : leurrer les ennemis de la nation en rugissant des démentis qui les égarent sur de fausses pistes. Non chers lectrices et chers lecteurs, Monsieur de Rugy n’a pas à rougir : il n’a fait que son devoir ! Si ce qui lui est reproché était vrai, croyez-vous qu’il serait resté une seule seconde, le 14 juillet dernier, dans la lumineuse proximité du chef de l’État passant les troupes en revue, lequel chef de l’État a été ensuite surpris par sa soudaine démission ? Bien sûr que non !

Alors, face à cette admirable abnégation, il appartient au « Clairon » de franchir le Rubicon et de soulager, par ses révélations, notre courageux ex-ministre de la trop forte pression médiatique qui s’exerce sur lui.

La vérité, la VOICI ! (2)

En réalité, la photo que tout le monde connaît ne montre pas des homards, mais des maquettes des nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque SNA !

inauguration du SNA « Le Suffren »
capture d’écran @julian2lamancha / twitter

En effet, une série de 6 nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque a été récemment mise en chantier par la France et d’ailleurs, comme le montre notre photo, le Président Emmanuel Macron, chef des armées, a assisté au lancement du premier exemplaire, le vendredi 12 juillet 2019, à Cherbourg.

Mais que l’on ne s’y trompe pas ! Ce que l’on voit sur la photo est un leurre, un camouflage destiné à tromper les ennemis de la France : le vrai sous-marin nucléaire d’attaque est caché par cette enveloppe trompeuse où la cocarde rouge blanc bleu contraste avec la couleur sombre du reste !

On n’allait tout de même pas montrer notre force de frappe à n’importe qui !

 

 

Sous le camouflage voici, en exclusivité mondiale et pour nos seuls lecteurs, le véritable Sous-marin Nucléaire d’Attaque !

Le SNA en plongée d’affût, photographié depuis un drone par temps de brouillard

Grâce à une opiniâtreté qui n’est plus à démontrer, le Clairon est en mesure de révéler à ses lecteurs quelques caractéristiques ultra-secrètes de cet engin futuriste qui fait désormais partie de notre présent !

  • le SNA est articulé : la partie arrière est formée d’anneaux emboîtés qui permettent à l’engin de se dresser sur sa queue quand il est à l’affût derrière des rochers, pour voir ce qui se passe de l’autre côté. Cette prouesse mécanique a pu être réalisée grâce à un ensemble innovant de joints classés « Secret défonce » !
  • le SNA est multimodal : il peut se déplacer en surface, sous l’eau, mais aussi sur terre grâce à 4 sortes de pattes latérales articulées et 2 formidables bras orientables, terminés de cisailles polyvalentes qui servent aussi de palpeurs de route en cas de panne des instruments électroniques de guidage. En milieu marin, il peut atteindre la vitesse pharamineuse de 40 nœuds et sur terre 130 km / h, ce qui lui permet d’exécuter des missions d’appui comme, par exemple, récupérer des missiles américains réformés dans des oasis libyennes.
  • en mode « attaque », le SNA devient tout rouge avant de foncer sur l’ennemi, mais en mode furtif il devient tout bleu ce qui lui permet, si nécessaire, de se confondre avec son environnement marin.

SNA en mode furtif

  • le SNA est propre : il ne pollue pas ; tous les déchets produits par la vie du bord sont triés dans 3 bacs distincts qui, une fois pleins, sont envoyés en surface pour être recyclés en cibles pour les exercices de tir de notre flotte de surface !
  • le SNA n’a pas de périscope : il peut rester très longtemps en immersion profonde. Le monde sous-marin est passionnant, alors pourquoi vouloir savoir à tout prix ce qui se passe en surface ? Surtout si l’atmosphère est irradiée : ce serait morbide ! On est bien sous l’eau, non ?
  • le SNA est quasi opérationnel : il reste quelques réglages à faire, mais surtout à trouver la devise qui, traditionnellement dans la marine de guerre, orne en lettres d’or le poste de commandement des navires. Les sous-mariniers ont trouvé cette devise enthousiaste : «Avec Macron on touche le fond». Cependant, du côté du gouvernement, on exprimerait quelques réticences au prétexte, pour le moins étrange, que cette formulation recèlerait une certaine ambiguïté…

Voici donc, révélé par le « Clairon » à ses lecteurs, le terrible secret que François de Rugy garde encore et toujours par devers lui ! Qu’il sache que le jour approche où son courage et sa «probitude» seront enfin reconnus par les masses, à défaut de l’être par ses chefs et ses collègues et qu’il sera réhabilité et réinstallé dans toutes ses prérogatives et avantages !

Trebuh Syer, pour le Clairon de l’Atax, le 14 juillet 2019

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, nous recommandons l’excellent et prémonitoire film réalisé en 1959 par Blake Edward, «Operation Petticoat», avec Gary Grant et Toni Curtis.

Notre jeu concours d'été avec des lots exceptionnels à gagner
Le 1er SNA nouvelle génération a été baptisé « Suffren » : il reste à trouver les noms des 5 prochains exemplaires. A 1,5 milliard € pièce, on peut faire un effort !
Les lecteurs du « Clairon » qui auront proposé les noms les plus judicieux seront récompensés !

1er, 2ème, et 3ème prix : une photo du ravissant mini rond-point réalisé par le maire de Cuxac d’Aude au chemin des Olivettes, ou au choix, une photo des gazons synthétiques posés par le même maire, en remplacement des pelouses, le long du boulevard François Mitterrand…

Print Friendly, PDF & Email
Notes:
  1. résidence du président de l’Assemblée Nationale
  2. et tant pis pour Gala – ndlr

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire