Noureev : un film éblouissant !

Un film de Ralph Fiennes avec Oleg Ivenko, Adèle Exarchopoulos, Raphaël Personnaz. U.K. – 2h07 – 2018

Personne ne peut dire  » Noureev, connaît pas  » même si la personne n’est pas une passionnée de danse classique. Ce danseur a marqué toute une époque, a fait progresser la danse. Son enthousiasme, son dynamisme et sa fougue l’ont classé comme le meilleur danseur  du 20e siècle.

Pourtant personne n’aurait sans doute misé sur lui en découvrant son parcours. Né dans le Transsibérien en 1938 (selon la légende !), il découvre la danse à 6 ans et cette passion ne le quittera jamais. Tardivement, à 17ans, il entre à l’Académie de Ballet Vaganova de St Petersbourg.

Il est évident qu’il manque de technique  puisqu’il a plutôt fait des danses folkloriques à Oufa où il vivait avec sa mère et ses trois sœurs, mais la fougue était déjà là et ce quelque chose qui lui a donné son caractère unique. Il passe 3 années à l’Académie de Ballet de Saint Petersbourg nommé le  » Kirov de Leningrad « .

Mais Rudolf Noureev n’est pas qu’un danseur au caractère bien trempé c’est aussi une personnalité. En 1961, il découvre Paris « la Ville Lumière » et ses nuits magiques, il découvre l’art, les peintures et les sculptures et il est ébloui. Guidé par Clara Saint, compagne d’un des fils de Malraux, il découvre la vie parisienne « capitaliste » comme dira l’un des sbires du KGB qui le surveille. Alors qu’il attend un avion pour Londres  à l’aéroport du Bourget avec la troupe du Kirov, il apprend que lui seul est rappelé à Moscou et il pressent que ses frasques ne sont pas du goût du Kremlin. Il se rue alors vers les policiers français en demandant l’asile politique qui lui sera accordé et sera considéré comme une trahison par les politiques soviétiques. Bien lui en a pris, car en 1991, on apprend que pour le calmer de son engouement pour l’Ouest, et pour l’exemple, le KGB avait prévu de lui briser les jambes.
Son histoire retracée par Fiennes dans ce biopic est abordée sous forme de puzzle ou plutôt de mosaïques où par petites touches nous découvrons le vie de Rudi. Ce va-et-vient entre sa vie passée à l’Est et son arrivée à l’Ouest ne nous perd pas, elle éclaire l’avenir à l’aide du passé et explique le présent grâce à son histoire.
Un danseur et un homme hors du commun, Rudolf Noureev a revisité la danse classique. Frondeur, hâbleur, colérique, il s’impose grâce à sa force de caractère, sa puissance, son travail et son énergie inépuisable.

Fiennes a traduit tout cela dans son film. On savoure la beauté des images, on est avec Noureev au Louvre devant le « Radeau de la Méduse », on admire avec lui les sculptures de Rodin et par dessus tout on se remplit les yeux de sa présence sur scène.
Magistral !

Patricia Renaud pour le Clairon de l’Atax le 25/06/2017

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire