« Crimes sans châtiment » – un livre de Jean Balan

Presque 16 ans de combats acharnés de la part de cet avocat pour tenter d’identifier des coupables, des donneurs d’ordre, 16 ans qui auraient dû trouver leur épilogue judiciaire devant la Cour d’Assise de Paris le 17 mars 2020…..le confinement nous obligera à attendre encore pour connaître enfin la vérité…Si nous arrivons un jour à la connaître…
Tout remonte à ce triste 6 novembre 2004, jour où 9 soldats français intervenant en Côte d’Ivoire, dans le cadre d’un mandat de l’Onu sont tués à Bouaké dans le bombardement d’un lycée. 39 autres seront blessés.
Deux avions ivoiriens de fabrication russe, pilotés par des pilotes slaves lâchent leurs bombes sur un lycée français ou étaient stationnés les soldats..Commencent alors une longue suite de bavures, de coups tordus, d’ignominies. Jean Balan, avocat, est choisi par plusieurs familles afin de les défendre.
Et quand Jean Balan a un os à ronger, il ne laisse rien, il fait feu de tout bois, envisage toutes les hypothèses, jusqu’aux plus monstrueuses, jusqu’aux plus ignobles…
Les questions ne manquent pas : pourquoi les familles n’ont-elles pu vois les corps, mais seulement quelques photos, pourquoi pas d’autopsies des corps, pourquoi des familles se sont-elles rendu compte que les photos qu’on leur présentait n’étaient pas celles de leurs fils…ce qui imposa que quelques cercueils soient rouverts.
Stupeur ! les soldats ont été mis en bière sans que les corps soient nettoyés, en treillis souillés, avec de l’argent et leurs clopes dans les poches !
Pourquoi les pilotes arrêtés par l’armée française ont-ils été relâchés sur ordre de MAM, (Michèle Alliot-Marie), Ministre des Armées…les « pourquoi » se suivent, portant notamment sur deux autres ministres du gouvernement, Dominique de Villepin et Michel Barnier. Pourquoi MAM offra-t-elle de l’argent aux familles afin qu’elles n’attaquent pas l’État ?
La pandémie de la Covid 19 fut leur alliée, elle empêcha leur procès. Ce n’est sans doute que partie remise.
Jean Balan frappe fort, très fort, allant jusqu’à envisager face aux mensonges sous serment – et qu’il démontre – de certains de ces ministres, des hypothèses qui font froid dans le dos, des hypothèses révoltantes. Il ne cache rien, le livre reprend les mensonges de leurs dépositions et chacune des interventions successives de cet avocat de plusieurs parties civiles. Il nous parle de coup d’état, de coups tordus pour déboulonner Gbagbo…..et des autres coups tordus qu’il affronta. La vieille expression « Mystère et boule de gomme » prend toute son importance : Mystère : c’est celui de ce « sacré » secret défense. Boules de gomme : ce sont tous les moyens utilisés pour contrarier l’enquête, brider la justice et retarder voire empêcher l’avènement de la vérité. » (P. 195)
On n’est plus sur du billard à 3 bandes, mais à bien plus.
Le livre ne peut laisser indifférent, loin de là.
Malheureusement, il se présente sous la forme d’une reprise chronologique du combat de l’avocat, de ses différentes interventions depuis sa désignation comme avocat, jusqu’aux plus récentes.
On est donc appelé à relire plusieurs fois les mêmes faits, les mêmes rappels.
Ce livre aurait gagné à être moins juridique, mais plus historique.
En tout cas, Jean Balan est obstiné, étayant chacune de ses interventions par des documents, par des preuves….plus de 15000 pièces au dossier !
Y-a-t-il des vérités qu’il faut taire pour raison d’État ?
Éditeur : Max Milo – 2020 – 343 pages

Jean Pierre Vialle pour le Clairon de l’Atax le 22/07/2020


Print Friendly, PDF & Email
0

Laisser un commentaire

seize − 10 =