Appel citoyen pour la création d’un Collectif Narbonnais de Réflexion

Je pense qu’après le confinement, les gens vont avoir envie de parler, d’échanger sur une nouvelle vision du monde, d’envisager et organiser autrement notre société… Sachons faire fructifier ces envies en créant un espace de liberté, de discussion avec une méthodologie ouverte, afin de mettre sur la table des propositions qui permettent de bâtir une autre vision du monde et déboucher sur des actions concrètes localement.

Dresde-Image par Peter Kraayvanger de Pixabay

Ce temps de confinement pose à chacun des questions sur la vie, notre vie, l’environnement proche, la société en général…

Je dois dire qu’aujourd’hui, certaines choses ont du mal à passer…
Alors que depuis tant des années je milite de diverses façons pour essayer de changer la société, en l’occurrence par l’éducation populaire, la vie associative, et bien d’autres formes de militantisme, je suis amer et en colère quand j’analyse les causes de notre situation actuelle …
J’ai ai de la rancœur envers des dirigeants que j’accuse de n’avoir pas eu, depuis 30 ans, une réelle motivation pour l’intérêt général, collectif… Il s’est établi au pouvoir une oligarchie qui s’est « gavée », faisait fi des inégalités grandissantes avec pour conséquences toutes les misères qui frappent les plus humbles. Même la partie pauvre des classes moyennes (les gilets jaunes) a été atteinte. Depuis deux ans, pratiquement tout le monde est passé dans la rue afin de manifester son désaccord…Avec en final, aujourd’hui, un système de santé, lui aussi victime de ces politiques, incapable de réagir au problème posé par la pandémie. Et s’il tient encore : merci encore à nos soignants et tous ces « petits métiers », tellement méprisés par le pouvoir.
Et n’imaginez surtout pas que les oligarques vont « lâcher leur morceau » …  Même si le coronavirus est le symptôme de leur faillite, ils se préparent, et ont même déjà les outils pour organiser la société de demain à leur main : loi de sécurité exceptionnelle passée dans la loi normale, tracking, nouvel ordre de social, etc. Et nous allons passer à un ordo-libéralisme… qui risque de devenir encore plus féroce pour les plus faibles…
Les oligarques, eux, ont compris que le monde de demain se prépare dès aujourd’hui.

Or, les gens que je côtoie sont complètement traumatisés, voire submergés par cette situation… Sans être conscients qu’elle est un élément de la « stratégie du choc » déployée par ce gouvernement dans l’intérêt de ces mêmes oligarques (1)
Comment aborder le monde de demain qui sera forcément différent alors que nous vivons aujourd’hui dans des conditions de peurs, d’angoisses ? La façon de travailler (télétravail ?), l’emploi (relocalisation ?) vont probablement changer, l’éducation (télé-éducation ?), la santé (numérique) aussi… Ainsi que beaucoup d’autres aspects de notre vie quotidienne… qui risquent, si on laisse faire nos gouvernants actuels, d’aller toujours dans le même sens, voire pire…

Beaucoup de gens souhaiteraient reconstruire le vieux monde… Ce que les oligarques et leurs affidés ont bien compris : les gens voudront garder leurs avantages… Et pour cela nos gouvernants utiliseront toutes les ficelles issues de la « fabrique du consentement » (cf. : Noam Chomsky) … Et beaucoup de nos concitoyens, encore conditionnés par cette fichue société de consommation et surtout n’ayant pas l’esprit critique et les capacités d’analyse suffisantes, se laisseront « embobiner » par les paroles et le conditionnement médiatique ambiant.

Oui, nous sommes devant un choix d’organisation de la société… Le néolibéralisme est ébranlé, mais loin d’être mort.
Alors allons-nous continuer à nous laisser guider par l’individualisme, l’égoïsme (moi d’abord), l’égocentrisme OU allons-nous reconstruire des solidarités sur la base de l’entraide (nous ensemble) dans une société plus humaine ? 
Pour formuler cela autrement. C’est le « Nous » qu’il va falloir reconstruire (les partageux), le camp de l’entraide…) contre les « Moi-je » … assistés, aidés par les « on ».
Le monde d’après, c’est maintenant que nous devons le préparer, et surtout ne pas attendre que l’oligarchie le fasse pour nous… Sinon nous serons encore une fois de plus « à la ramasse » dans un système qui sera de plus en plus inégalitaire, excluant.

C’est à partir de cette réflexion que je vous interpelle tous, chers lectrices et chers lecteurs

Dans ces circonstances, quel pourrait-être le rôle du Clairon ?
Le travail effectué depuis quelques années par tous et particulièrement Hubert et Jean, fait que nous disposons d’un très bon outil pour communiquer, organiser, « influencer » localement.
Les réflexions sont suffisamment pertinentes pour nous interpeller dans les domaines les plus divers, comme l’Éducation Populaire et POLITIQUE, l’Économie Sociale et Solidaire, le développement de l’économie de proximité, la démocratie locale… et bien sûr sur l’écologie… Ce qui constitue une sorte de ligne éditoriale sur laquelle nous pouvons « réunir les socio-écolos-citoyens » en vue des futures échéances élections (lesquelles peuvent arriver plus vite que nous pensons) et influencer, à notre échelle, localement. 

Pour cela il faut prendre une initiative.

Il faut bien que quelqu’un commence… C’est la raison pour laquelle je lance un appel pour nous réunir localement : nous réunir avec d’autres collectifs et / ou associations, ayant compris les enjeux et souhaitant aller dans le même sens.
Pour organiser des réunions avec pour thème principal : quelle société pour demain ?… Ou, si vous le souhaitez, en employant pour ce thème une formulation plus adéquate…
Peut-être s’agit-il de réfléchir avec d’autres à la création d’une instance particulière, comme par exemple un (CNR) Collectif Narbonnais de Réflexion (à voir). Ce serait aussi une façon de répondre ironiquement à la provocation de Macron qui a osé faire référence au CNR, dont il essaie avec acharnement de détruire les acquis…Cet homme ne sait que se payer de mots… (2) Le CNR (Conseil National de la Résistance) … reprendre cette abréviation ce serait aussi une manière de s’inspirer des résistants de la 2° guerre mondiale, considérés par le régime de Vichy comme des ennemis mais aujourd’hui comme des héros. Souvenons-nous que se sont eux qui ont établi, à la fin de la guerre, (il fallait y penser et oser !) le programme d’action nommé « Les Jours Heureux », avec au cœur une formule qui devrait nous inspirer aujourd’hui « Chacun selon ses moyens et chacun selon ses besoins ». Programme basé sur la prise en considération des biens communs, et concrétisé notamment par la mise en place de la Sécurité Sociale, soit la couverture maladie et retraite.

Je pense qu’après le confinement, les gens vont avoir envie de parler, d’échanger sur une nouvelle vision du monde, d’envisager et organiser autrement notre société…
Sachons faire fructifier ces envies en créant un espace de liberté, de discussion avec une méthodologie ouverte (à discuter), afin de mettre sur la table des propositions qui permettent de bâtir une autre vision du monde et déboucher sur des actions concrètes localement

Dans l’attente de vos réactions et commentaires à cet appel…  

            JF LAMBERT  pour le Clairon de l’Atax le 18 avril 2020

Print Friendly, PDF & Email
Notes:
  1. relire Naomi Klein ou voir sa vidéo : https://la-bas.org/la-bas-magazine/chroniques/naomi-klein-le-coronavirus-du-capitalisme
  2. Voir la chronique d’oncle JEF dans ce numéro du Clairon
1+

Publié par Jean-François Lambert

Laisser un commentaire