Les trains à Hydrogène : une réalité qui se concrétise

Que de progrès depuis le bus-autorail ! Image par Erich Westendarp de Pixabay

 

En  avril 2021 Carole Delga, présidente de la région Occitanie, annonçait que la région allait rouvrir la ligne Montréjeau – Luchon. Cette ligne serait dotée de trains fonctionnant à l’hydrogène. De fait, la région Occitanie testera divers types de propulsion destinées à équiper des trains qui remplaceront les rames TER : le bio GNV (Gaz naturel pour véhicule), l’hydrogène, le bimode (électrique sous caténaires et hydrogène), la pile à hydrogène alimentant des batteries.

Pour les trains à hydrogène, ce sont en tout 12 rames qui ont été commandées par 4 régions françaises pour un investissement total de 215 M€. Une subvention de 47 M€ viendra atténuer le coût qui s’élèvera à 14 M€ / rame soit 42 mm€ / région.

Les rames sont du type homologué « Regiolis » par la SNCF : longues de 72 mètres, elles comportent 4 voitures offrant 218 places assises. Elles seront bimode (hydrogène / électricité) pour pouvoir rouler sur le réseau électrifié. Elles pourront atteindre une vitesse de 120 km/h pour une autonomie en hydrogène seul de 400 à 600 km.

La technologie employée a été mise au point par Alstom dans son usine de Tarbes et ce sont 41 modèles de ce type de train qui ont été commandés à ce jour en France, Allemagne et Italie. Si les carrosseries et les aménagements des rames sont fabriqués sur le site de Reichshoffen en Alsace, c’est sur le site Alstom de Tarbes que sera construite la motorisation, ce qui constitue une bonne nouvelle pour l’emploi local.

En France la circulation commerciale de ces rames à hydrogène est prévue pour 2025.

Louise B. Velpeau pour le Clairon de l’Atax le 20/05/2021

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

dix + cinq =