Élection municipale 2022 à Cuxac d’Aude : un entretien avec Gregory Delfour

Suite à une crise de gouvernance, des élections municipales sont prévues les 9 et 16 janvier à Cuxac d'Aude

Suite à la démission de plusieurs adjoints au maire de Cuxac d’Aude, ainsi que celle de nombreux conseillers municipaux, le conseil municipal en place a été invalidé conformément à la loi. De nouvelles élections municipales sont prévues les 9 et 16 janvier 2022. Alors que la campagne officielle débute le 20 décembre 2021, le maire sortant qui n’a manifestement pas renoncé à se représenter, s’affiche dans la presse locale à la moindre occasion, puisqu’encore maire jusqu’aux prochaines élections. Cette possibilité n’est pas donnée à l’opposition qui pourtant a majoritairement entraîné l’invalidation de son mandat, c’est pourquoi il a semblé équitable au « Clairon » de donner la parole à Gregory Delfour, tête de liste de cette opposition.

Le Clairon de l’Atax : La commune de Cuxac d’Aude se trouve actuellement en situation de crise. Des élections vont avoir lieu les 9 et 16  janvier 2020, vous présentez votre candidature à la tête d’une liste d’opposition au maire actuel : qui êtes-vous Grégory Delfour ?

Gregory Delfour ; J’ai 46 ans, je suis né à Narbonne, mes grand parents étaient de Cuxac d’Aude, et quand mon père qui travaillait à la SNCF à été muté en 1981 dans la région, nous nous sommes installés à Cuxac. Après mon service militaire, j’ai occupé plusieurs emplois dans la vente et je me suis formé à la rénovation de logements. Je me suis ensuite installé à mon compte dans cette activité et aussi comme marchand de biens. La crise économique de 2007/2008 a fortement réduit ces activités. Compte tenu de mes responsabilités familiales, j’ai alors postulé pour un emploi au Grand Narbonne. J’ai été tout d’abord embauché à titre précaire au Grand Narbonne, puis titularisé. Par ailleurs j’étais pompier volontaire depuis 9 ans et j’ai été blessé en 2012 lors d’un incendie C’est alors qu’en raison des contraintes liées à ma convalescence et ma rééducation, j’ai demandé à changer de poste au Grand Narbonne, tandis que je passais des concours de l’administration territoriale. Je suis actuellement technicien principal de 2ème classe et je travaille au service « transition énergétique » et au service « habitat », particulièrement sur les questions d’économie d’énergie.

Cl. ATX. : Comment concevez-vous votre rôle de maire ? 

G.D. :  je ne crois pas au maire qui « sait tout et qui fait tout, tout seul ». Il s’agit de déléguer les responsabilités : il y a dans mon équipe des personnes tout à fait capables d’exercer des responsabilités d’adjoints et je compte leur déléguer réellement ces responsabilités. Je pense que le maire est tout d’abord  un animateur d’équipe, c’est comme cela que nous travaillons déjà actuellement dans les différents groupes de ma liste qui construisent notre programme d’actions. Bien sûr quand il faut trancher je tranche, mais pour moi le maire c’est surtout un arbitre qui fédère les énergies des uns et des autres.

Cl. ATX. : Puisque vous parlez de vos colistiers, comment avez-vous choisi les membres de votre liste et comment en cas de victoire allez vous répartir les responsabilités et les postes d’adjoints ?

G.D. : On a pris le temps qu’il fallait pour faire une liste solide dont l’efficacité ne se limite pas au seul moment des élections. Nous avons essayé de faire en sorte que tous les quartiers soient représentés, mais aussi des femmes et des hommes qui représentent les différents aspects de la vie communale : salariés, commerçants, viticulteurs, jeunes, personnes âgées, etc.…Ils pourront nous apporter leur vécu, leur expérience, mais aussi le cas échéant relayer les demandes et aspirations de tel ou tel groupe de Cuxanais… Le travail de réflexion sur notre programme, que nous avons mené depuis plusieurs mois, a permis de mettre en évidence ceux qui étaient susceptibles de prendre des responsabilités d’adjoint.

Cl. ATX. : Être à l’écoute des habitants, ça veut dire quoi pour vous ?

G.D. : Tout d’abord c’est de faire en sorte que tout un chacun puisse s’adresser au maire ou à ses adjoints et être assuré d’avoir des réponses à ses questions. Pour cela des horaires et des lieux d’accueil des Cuxanaises et des Cuxanais seront mis en place. D’une manière générale je tiens à  ce qu’on puisse interpeller facilement tous les élus, soit pour demander des informations soit pour en faire remonter.
Ensuite, pour connaître et débattre des besoins et demandes des personnes qui vivent et travaillent dans  la commune, mais aussi pour les informer de l’action et des projets de la mairie, des commissions extra-municipales seront associées au travail des élus. Par ailleurs des conseils de quartier seront mis en place…

Cl. ATX. : Qui fera partie des conseils de quartier ?

G.D. : Leurs membres ne seront pas choisis par le maire. Nous ferons appel au volontariat pour constituer des listes de Cuxanaises et Cuxanais, dans lesquelles seront tirés au sort les conseillers de quartier. Compte tenu de la durée du mandat, les conseils de quartier ne seront pas changés pendant les 4 ans. Nous mettrons à leur disposition, d’une part les moyens matériels et techniques nécessaires, mais aussi les toutes les informations dont ils auront besoin. D’une manière générale, lorsqu’il s’agit de projets importants et structurants pour la commune, il nous parait indispensable, pour leur réussite, d’associer les habitants tout au long de la réflexion et de les consulter avant la prise de décision.

Cl. ATX. : Quels sont, par ordre d’urgence, les problèmes que vous traiterez si vous êtes élus ?

G.D. : Tout d’abord il faudra apaiser les tensions et parfois les conflits qui ont provoqué la situation de crise actuelle. Si nous sommes élus nous travaillerons sans distinction avec toutes les personnes de bonne volonté au redressement de la commune. Certaines personnes de l’ancienne équipe du maire sortant ont fait du bon travail, leur aide nous sera précieuse.
Par ailleurs, en ce qui concerne les travaux effectués par la municipalité sortante, il est hors de question de détruire ce qui a été fait. Nous sommes comptables de l’argent public dépensé, il ne s’agit pas de le jeter par les fenêtres. Mais nous améliorerons certaines réalisations autant que possible, en prenant le temps qu’il faudra.
Pour les projets à venir, on est sur un mandat de quatre ans seulement : si ce temps permet de réfléchir à de grands projets structurants pour la commune, c’est un délai trop juste pour les faire aboutir. Et puis il faut mettre en place les moyens politiques, techniques et financiers nécessaires.
Dans l’immédiat nos objectifs  sont de compléter l’offre du complexe sportif, d’achever la réhabilitation du centre historique et aussi d’améliorer l’offre médicale, car nous ne considérons pas la situation actuelle comme satisfaisante. Il s’agira aussi de déplacer la police municipale et le CCAS dans de nouveaux locaux, hors mairie, pour les rapprocher des habitants. Pour la police municipale, un effectif de 4 policiers municipaux et 2 agents de surveillance de la voie publique nous parait indispensable. Nous améliorerons les liaisons entre les quartiers, notamment en développant des pistes cyclables ; à ce propos nous achèverons la liaison Cuxac / Raonel, afin de mieux relier notre village au réseau cyclable du Grand Narbonne. Par ailleurs nous continuerions les travaux de voirie, l’amélioration de l’éclairage public et la désimperméabilisation des sols. D’une manière générale nous chercherons pour le fonctionnement des installations existantes, comme pour les réalisations nouvelles, à mettre en place des solutions permettant d’optimiser les économies d’énergie…Bien entendu tout cela sera fait dans le souci de maintenir notre commune en bonne santé financière.

Cl. ATX. : Dans l’idéal, supposons que vous êtes devenu maire et que vous et votre équipe réussissez vos projets, comment imaginez-vous Cuxac d’Aude dans une dizaine d’années ? Dites-le nous comme ça vous vient à l’esprit.

G.D. : On a réussi à trouver une solution pour la coopérative viticole qui s’est développée et qui reste sur la commune ; on a réussi à recréer du lien social et à changer l’image de Cuxac :, la fête du village dure 3 jours et attire du monde ; on a augmenté la population ; à l’école de nouvelles classes ont été créées ; les problèmes de circulation automobile et de stationnement sont maitrisés, on a laissé une place à d’autre modes de déplacement, le village est très aéré et végétalisé ; on a des rues apaisées où les enfants peuvent jouer ; le dialogue est facile entre les élus et les habitants : on sait que lorsque l’on pose une question on aura une réponse correcte ; on a de bonnes liaisons jusqu’à la mer : de nouveaux commerces se sont créés ; des travaux  ont rendu la halle du marché plus visible et attractive : à côté des stands locaux, de nouveaux commerçants animent cet espace ; la place Salengro s’est développée avec entre autres des restaurants ; on a une offre médicale complète ; on a pu rapprocher la maison de retraite du village et de nouveaux services de maintien à domicile sont assurés ; l’extension de la cave coopérative, les nouveaux commerces, les entreprises de la zone artisanale ont créé de nouveaux emplois… 

Cl. ATX. : Merci Gregory Delfour pour cet entretien, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter, à vous et à votre équipe, bonne chance et que vos projets se réalisent !

La Rédaction du Clairon, le 10/12/2021

 

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire

cinq + quinze =