Barrage sur le rec de Veyret : l’opposition ne faiblit pas

Communiqué

Le projet du SMDA de construction d’un énorme barrage écrêteur à Montredon démontre au fur et à mesure des analyses toute son aberration par ses multiples conséquences néfastes: environnementales, écologiques, patrimoniales, financières.
Malgré une lourde campagne de propagande (réunions publiques, plaquettes, interventions auprès des élus, articles presse et radio, …), le SMDA se garde bien de dévoiler publiquement les dessous du projet et ne livre au public que des informations très superficielles, minimalistes. Serait-ce la crainte de montrer l’énormité, l’absurdité d’un projet inutile à tout de même 15 millions € qui va impacter irrémédiablement tout un territoire du Narbonnais.

 

COPAREC, le collectif Montredonnais, RURESUS avec maintenant le groupe local Greenpeace Narbonne ont mené une enquête sur les coûts de ce projet pharaonique et vous présentent aujourd’hui les chiffres non publiés par le SMDA dans le document ci-joint et consultable avec le lien suivant : http://www.rubresus.org/actualites/le-barrage-smda-grand-narbonne-smmar-a-montredon-un-pognon-de-dingue/

30 millions € : c’est l’ardoise exorbitante du projet 2021 d’aménagement du rec de Veyret (ruisseau sec) du SMDA et du (nouveau) Grand Narbonne. Des millions € comme s’il en pleuvait à seaux !

Le barrage écrêteur à Montredon des Corbières (1,5 million m3) engloutira à lui seul 15 millions €, la moitié des dépenses totales. Cet ouvrage dispendieux ne retiendra que 12% d’une crue centennale, d’où son mauvais ratio efficacité/coût.

L’élargissement de la section urbaine du Veyret pour la protection des quartiers Maraussan, Mayolle, 3 fois moins cher que le barrage (4,5 millions €), est pour nous ultra prioritaire car il doit évacuer 80% d’une crue centennale. Or, le SMDA ne le réalisera qu’en toute fin du programme (années 2030 ?) au risque de continuer à mettre en péril la population narbonnaise.

L’examen des postes de dépenses du barrage à Montredon révèle l’aberration du projet :

  •  Le barrage lui-même : digue en remblais (240 m long, 100 m d’épaisseur, 17 m de haut) avec ses
    annexes (vidange, …) coûtera 2,8 millions €, moins du quart du total des travaux (22%).
  • Le déversoir de crue, chenal de 30 000 m3 de béton armé (200 m de long) coûtera plus que la digue elle-même : 4,5 millions € (36%). Ce déversoir ne sera utilisé qu’en cas rarissime de crue supérieure à centennale (≥1 fois sur 200) ; le barrage alors plein n’écrêtant plus rien. Ubuesque.
  • La reconstruction de la route des Corbières à flanc de collines sur 2 km qu’impose ce barrage est le
    plus gros poste de dépense : 5,3 millions € (42%), près de 2 fois le prix de la digue.
  • La dévastation des sites de la vallée du Veyret par des travaux pharaoniques de terrassement
    (450 000 m3) induit des frais supplémentaires d’aménagements paysagers pour 1 million €.
    Le mauvais choix du site du barrage provoque des surcoûts extravagants.

Le projet SMDA-Grand Narbonne-SMMAR de barrage à Montredon ne doit pas être le projet d’un grand n’importe quoi, ni d’un quoi qu’il en coûte déraisonnable.

Des solutions bien moins onéreuses dont certaines validées par le SMDA existent pour éviter le gouffre financier et le saccage environnemental par le barrage à Montredon, tout en assurant la protection optimale des populations. Entériné sous la présidence de M. J. Pociello, le projet SMDA-Grand Narbonne gagnerait à être révisé par le successeur du président démissionnaire M. X. Bélart et le nouveau bureau.
Le coût exorbitant du barrage SMDA monopolisera une part prépondérante des fonds du Plan d’Actions de Prévention des Inondations du SMMAR, qui seraient plus utiles et en solidarité à la protection de sites audois où les risques sont réels et plus élevés et qui ont payé un lourd tribut lors des inondations de 2018, 1999.

______________

Ce projet de barrage est surdimensionné, destructeur et inutile. Le SMDA et la SMMAR avaient validé en 2018 un autre projet de protection centennale, qui ne comprenait pas le barrage de Montredon. Le barrage de Montredon fait exploser le budget de 10 à 30 millions €.
Cette surenchère de dépenses publiques est le fruit de la collaboration d’élus soucieux d’afficher des travaux pour faire oublier des responsabilités passées dans l’urbanisation en zones inondables et de sociétés d’ingénierie qui répondent en proposant des aménagements toujours plus grandioses et coûteux, à contre sens de la situation actuelle qui impose sobriété, économies, solidarité.

Pour appuyer notre action d’opposition au barrage SMDA à Montredon, vous êtes déjà nombreux à avoir signé la pétition en ligne. Vous pouvez lui apporter encore plus de soutien en incitant tous vos contacts, vos proches à la signer.
Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

2 commentaires

Un grand merci d’avoir publié dans votre journal le communiqué de l’Association Rubrésus.
Nous apprécions ce soutien dans notre lutte pour la défense de notre environnement, notre biodiversité, notre patrimoinE historique. d’autant plus qu’il existe des alternatives beaucoup moins impactantes et qui protégeraient beaucoup mieux la population narbonnaise. Claudine Chassagne, Nicole Marhuenda membres de COPAREC

Merci de votre commentaire, nous partageons le même combat. La rédaction

Laisser un commentaire

deux + dix-neuf =