La Vérité

France/Japon – 1h47 – 2019-

Un film de Hirokazu Kore-eda avec Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke.

Fabienne, grande actrice de cinéma a publié ses mémoires; la sortie de son livre a poussé Lumir sa fille, scénariste à New York à revenir en France avec son mari et sa fille.
La mère et la fille vont se confronter et régler leurs comptes et ce avec d’autant plus de virulence que Fabienne joue dans un film de science fiction une fille plus âgée que sa mère.

Un film d’autant plus savoureux qu’en tant que fille, on a peut-être connu ce jeu d’égratignures où n’importe quelle phrase pourra avoir son interprétation en fonction de celle qui l’entend et de l’histoire qu’elle a vécu avec sa génitrice. Et ce sont des échanges aigre-doux entre une femme de 73ans qui vit les derniers moments de sa carrière et sa fille qui s’insurge devant l’histoire de son passé réécrite par sa mère.

Tout est faux ou plutôt enjolivé par l’écrivaine qui souhaite se montrer sous son meilleur jour. Dans tous les moments de sa vie elle joue faux et Catherine Deneuve a un rôle finement ciselé, tellement travaillé qu’on ne peut plus savoir ce qui est réel. Cerise sur le gâteau et pour complexifier le jeu, elle joue dans un film le rôle d’une fille plus âgée que sa mère qui pour des raisons médicales voyage dans l’espace et reste éternellement jeune. Sa mère ressemble étrangement à une actrice que le couple mère-fille a beaucoup aimée et qui s’est suicidée.
Un étrange marivaudage avec les hommes en arrière-plan qui font de la figuration. Une réflexion sur la vérité, le jeu, le rôle, le jeu de rôle. Deneuve fait vibrer les sentiments comme les cordes d’un violon et même lorsqu’enfin mère et fille semblent se trouver, il est encore question de rôles.
Le personnage de Fabienne colle à la peau de Catherine Deneuve qui l’interprète avec tellement de naturel que l’on peut croire à une seconde nature. Juliette Binoche lui donne la réplique avec émotion et incarne la souffrance d’une fille qui ne s’est jamais senti aimée par sa mère.
Tout est dit lorsque Lumir écrit pour sa mère (qui n’arrive pas à s’excuser) un texte que celle-ci devra dire à son homme à tout faire, qui las de ne faire que de la figuration pendant 40 ans auprès de Fabienne la quitte pour s’occuper de ses petits enfants.

Reste toujours une grande question, quand disons-nous la vérité et quand jouons nous un rôle pour paraître toujours plus à notre avantage ?

Patricia Renaud pour le Clairon de l’Atax le 01/01/2020

Print Friendly, PDF & Email
0

Laisser un commentaire