Théâtre de Ségure : Passions et raison l’emportent…

Le festival d’été 2021, cinquième du nom, aura ainsi lieu entre les 18 et 22 Août, ainsi que d’autres manifestations prévues la saison prochaine.

Photo association Théâtre de Ségure

Ce théâtre à la campagne, à quelques encablures de Tuchan, mené par une bande de hardis fêlés de culture, a déjà fait l’objet de nombreuses lignes dans le Clairon. Ce n’est pas un hasard. Il participe avec vigueur à une forme de résistance opiniâtre à un système qui souvent manque de souplesse, particulièrement lorsqu’il s’agit de défendre l’exception culturelle française.

EN REGLE… ET PUIS NON…

Car ils en ont eu des soucis, les bénévoles de Ségure. Un permis de construire leur théâtre fut accordé en 2016 à la troisième tentative, puis annulé deux ans et demi plus tard par le tribunal administratif de Montpellier pour cause de zone inondable, alors qu’il fonctionnait parfaitement avec deux saisons pleines déjà à son actif. La sentence était dure puisqu’elle était due à l’unique requête d’une grincheuse ne supportant pas l’idée d’avoir un théâtre pour voisin. Elle avait alors su trouver ce talon d’Achille, un PPRI du Verdouble (plan de prévention des risques d’inondation) qui ne l’inquiétait pas pour elle-même pareillement exposée, mais bien pour tous les pauvres spectateurs du théâtre, qui allaient infailliblement se noyer dans d’inexorables flots déchaînés.

L’appel alors pertinemment déposé contre ce jugement n’a malheureusement pas su convaincre la cour administrative d’appel de Marseille qui a confirmé la première décision : le théâtre est en zone inondable (enfin juste au bord), son permis reste annulé et l’ERP en conséquence (établissement recevant du public) est zappé par ce fait de justice.

SAUF QUE !…

Sauf que les bénévoles de Ségure ainsi que de courageux élus du département de l’Aude, de la commune de Tuchan et d’ailleurs, accompagnés par le public local devenu fidèle du lieu, se sont montrés particulièrement tenaces. Si personne n’a envisagé de discuter plus avant (en Conseil d’Etat par exemple) une décision de justice prise pour confirmer ce PPRI englobant le théâtre, alors que ce dernier (une ancienne et magnifique forge) n’a jamais été (et ne sera sans doute jamais) inondé, nombreux sont ceux qui ont cependant ressenti avec cette opposition brutale faite à leurs envies de culture, de fortes raisons de ne pas baisser les bras.

Car chacun le sait, la culture émancipe. C’est une lapalissade mais à ne jamais oublier. La culture est le bien de tout le monde, y compris dans des villages parfois reculés. La culture éduque et distrait à la fois. La culture au travers du spectacle vivant, alternative si nécessaire face au monde des écrans, reste essentielle à l’équilibre et si utile lorsqu’il s’agit de faire preuve de discernement. Sans oublier qu’en France, la culture qui rapporte plus que le secteur automobile, est une composante économique non négligeable. Il n’était donc pas possible de la laisser tomber comme cela.

Renoncer à ce lieu, goutte d’eau nourricière d’un secteur géographique où la scène culturelle conventionnée la plus proche se trouvait jusqu’alors à plus d’une heure de route, c’était tout simplement impensable, d’autant que ce lieu a très rapidement été plébiscité par le public local, lequel ne demande d’ailleurs qu’à s’élargir et le prouve à chaque occasion.

Il fallait donc réagir avec d’autres armes. Répondre à l’interdiction administrative pour cause de sécurité publique par l’expression du besoin fondamental de nourriture culturelle, ce qui peut se plaider comme étant tout aussi essentiel. Entendre le verdict des juges administratifs, soit, ne pas le contester sur sa signification, mais affirmer aussi qu’en le respectant et en annulant tout, on ne fait pas le boulot ! Qu’on démissionne. Bref, qu’on ne peut pas en rester là, dès lors qu’il s’agit aussi du bien commun, du vivre ensemble, si important aujourd’hui.

La maire de Tuchan et le premier vice-président du Conseil Départemental de l’Aude, après en avoir discuté avec l’association gérant le lieu, ont donc pris leurs responsabilités d’élus : savoir faire des choix quand un problème se pose. Ainsi le théâtre ne fonctionnera bien entendu jamais en périodes de fortes pluies pouvant tourner à l’inondation. Mais en dehors de ces périodes, entre les mois d’avril et d’octobre, quand le danger est au loin, autorisation municipale exceptionnelle sera donnée aux organisateurs de proposer leurs spectacles dans ce lieu parfaitement équipé mais redevenu administrativement hangar agricole, sous réserve qu’il respecte les conditions d’accueil afférentes à sa jauge, comme tout établissement recevant du public.

J’AI LE CŒUR AUSSI GRAND…

Le festival d’été 2021, cinquième du nom, aura ainsi lieu entre les 18 et 22 Août, ainsi que d’autres manifestations prévues la saison prochaine : accueil de compagnies pour un travail de résidence et sans qu’il n’y ait de public, travail de répétitions pour les créations locales et représentations programmées en dehors de tout danger, tout cela en collaboration étroite avec la ville de Tuchan.

Lautréamont, quand il souligne le plaisir, l’émotion, l’espoir qu’exsudent les arts du spectacle vivant, parle de « l’aimable et sensuel théâtre ». Ce théâtre des Idées dont parlait aussi Antoine Vitez, qui démontre « la terrible complication de l’existence, dès lors qu’elle cherche à s’orienter dans la pensée, au lieu de se laisser aller à la monotonie des pulsions, des intérêts et des rivalités» a du brutalement courber l’échine ces derniers temps, accepter fermetures prolongées et interdictions diverses et sévères en faisant le dos rond. Il était indispensable que des voix s’élèvent ici aussi, en Corbières, pour faire entendre un autre son, une autre musique, un autre point de vue : oui, avoir un accès régulier au bonheur culturel est non seulement indispensable mais également absolument essentiel à la sécurité (intérieure, mentale) des citoyens que nous sommes.

Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’à l’heure où la France se divise sur les droits de chacun (vaccin obligatoire ou non etc…) personne ne le fait sur l’idée d’empêcher quiconque de se cultiver, sauf bien entendu des apprentis dictateurs en herbe (ou déjà confirmés) qui connaissent les bienfaits à attendre pour eux du fait de garder le peuple dans l’ignorance.

La sérénité l’emportera donc, le théâtre de Ségure qui ne gêne personne et ne présente aucun danger pour quiconque n’est peut-être qu’un acteur modeste de la vie culturelle, mais il doit encore et toujours être défendu pour son utilité publique, son désintéressement, vertu essentielle dans une société fortement marchande, son dévouement sans relâche à l’idée « d’élargir le cercle des initiés » comme le disait Jean Vilar, car il y a en effet tant à faire. 7% seulement des français vont au théâtre, mais ceux qui y vont sont en général mordus, parce que la « musique » qu’ils y entendent sonne fort à leurs oreilles.

Les organisateurs du festival de Ségure d’Août 2021 ont fait leur ce message et proposent du coup un programme parsemé de rires et de larmes, d’émotion et de poésie rassemblées sous le vocable « J’ai le cœur aussi grand qu’une place publique ». Les vedettes en seront Manu Galure en tournée avec son nouveau spectacle, Arsène Folazur l’irrésistible bafouilleur tendre et plusieurs hommages à de grands noms de la poésie : Jacques Prévert, Bernard Dimey, Philippe Delerm, le belge Toon Tellegen et l’allemande Helga Novak.

Le détail des spectacles est à découvrir en tapant : www.theatre-de-segure.fr

Un restaurant de plein air fonctionnera les cinq soirs du festival de même qu’une buvette durant toute la journée. Rajoutez-y une expo de peinture, un petit bal intime à l’accordéon et laissez-vous mollement aller à la douceur de cet été occitan.

Patrick Chevalier, pour le Clairon de l’Atax le 19/07/2021

 

Print Friendly, PDF & Email

1 commentaire

Super bonne nouvelle !!! : ) À côté de ça, à Narbonne, voilà 2 ans qu’on n’entend plus parler du festival de théâtre amateur qui avait lieu fin juin ds la Cour de La Madeleine. Même pas pour annoncer son annulation !… C’est comme si il n’avait jamais existé… : (

Laisser un commentaire

onze − huit =