Agenda

Oct
10
jeu
2019
Narbonne : nouvelle expo à la Galerie « Vue sur cours » @ Galerie Vue sur Cours
Oct 10 – Déc 28 Jour entier

Ciel !

Thomas Darnell nous fait l’honneur de présenter ses toutes dernières toiles. Ses ciels du minervois. Des peintures à l’huile à couper le souffle, mais non, bien au contraire…

Outre sa dimension esthétique, sa façon de traiter ces paysages picturaux nous restitue les émotions que procure la contemplation de la nature. Il nous ressource, nous oxygène, nous amène à un regard sur la beauté, l’esthétisme.

Mais au-delà de tout sujet, la véritable protagoniste de l’œuvre est ici la peinture à l’huile, dans la richesse infinie de ses possibilités, celle de se montrer elle-même dans l’évidente jubilation de sa matière : glacis, transparences, opacités… La beauté s’y livre encore par un équilibre chromatique, une certaine relation avec l’espace…

La galerie vous accueille du mercredi au samedi de 11h00 à 18h00 ou sur rendez-vous au 06.52.68.48.20

A très vite,

Claude Bauléry

 

 

 

Oct
30
mer
2019
Cinéma Narbonne-Plage : programme de novembre @ Salle Dominique Baudis
Oct 30 – Nov 24 Jour entier

Nov
23
sam
2019
MRAC Sérignan : expositions « Fata Bromosa » d’Abdelkader Benchamma et « La mesure du monde » @ Musée Ragional d'Art Contemporain
Nov 23 2019 @ 18:30 – Avr 19 2020 @ 19:00

2 expositions à la MRAC du 23 novembre 2019 au 19 avril 2020

Samedi 23 novembre 2019  18h30  : Gratuit

Vernissage gratuit et ouvert à tous pour découvrir les nouvelles expositions temporaires

 

Abdelkader Benchamma. « Fata Bromosa« 

Né en 1975 à Mazamet (France), Abdelkader Benchamma est diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Montpellier et de Paris (2003). Invité par le Drawing Center de New York à inaugurer leur nouveau programme de dessin mural, il y a présenté Representation of Dark Matter, une pièce monumentale et immersive réalisée in situ (2015-2016). Abdelkader Benchamma a été choisi comme lauréat de la 1ère édition du Prix Occitanie – Médicis en février 2018. L’artiste a bénéficié d’un accueil de 3 mois en résidence à la Villa Médicis à la fin de l’année 2018 et d’une bourse octroyée par la Région Occitanie. Son exposition au Mrac Occitanie vient compléter ce soutien inédit aux artistes vivant dans la région.

Commissariat : Sandra Patron & Clément Nouet

Pour sa première exposition personnelle dans un musée français, Abdelkader Benchamma investit trois salles du Mrac Occitanie dans une installation immersive qui opère un réseau d’échos et de résonances avec sa résidence à la Villa Médicis, réalisée à l’automne 2018 dans le cadre du premier Prix Occitanie – Médicis*.

Depuis une dizaine d’années, Abdelkader Benchamma s’est fait connaitre en développant une pratique virtuose du dessin, dans une conception élargie qui se déploie à l’échelle des lieux qui l’accueillent. Inspirés autant par la littérature et l’astrophysique que par la philosophie et l’ésotérisme, les dessins d’Abdelkader Benchamma donnent formes à l’informel, créant le doute sur la réalité de nos perceptions. Des univers instables, faits de tourbillons, de collisions et de sédimentation, évoquent tour à tour un vortex, une grotte en transformation ou un cosmos que l’on tenterait de déchiffrer à la manière d’un test de Rorschach. L’exposition devient le terrain de matières en tension, empruntant au champ de la physique son lexique et son réseau de forces : mouvement, conflit, résolution, évaporation, solidification, disparition.
Un des enjeux de son travail semble alors de rendre le visible invisible, le figuratif abstrait et l’évidence énigmatique. Mais ce qui frappe de prime abord dans son travail, c’est la puissance avec laquelle il convoque le spectateur, sa rétine, son corps et ses émotions. Ce travail nous happe littéralement, l’oscillation du dessin devient partie intégrante de notre relation à elle, alors même que, bousculés, emportés, on ne sait si nous sommes plongés dans l’infiniment grand ou l’infiniment petit. Ce trouble est matériellement rejoué par l’artiste dans un rapport très spécifique à l’espace d’exposition. Il est en cela inspiré par la théorie de la genèse des formes d’Albert le Grand au XIIIe siècle, dans laquelle le philosophe fait le postulat que les formes ne se contentent pas d’habiter un lieu mais qu’elles sont produites par lui. C’est dans le lieu que se manifeste la puissance de la matière, son appétit à se déterminer comme forme. Les dessins muraux d’Abdelkader Benchamma jouent avec cette puissance, ce génie du lieu et dans la mesure où ils sont amenés à disparaitre à l’issue de l’exposition, ils créent également une analogie avec le caractère fugace et insaisissable de l’existant.

« La mesure du monde »

L’exposition collective, La mesure du monde s’attache à dresser un inventaire sensible et poétique du monde et de ses lois physiques. Prendre la mesure du monde, de ses reliefs, de sa texture, de ses flux et contre flux, opérer un temps de pause et d’immersion dans le paysage, s’attacher au «détail du monde» pour reprendre le titre du très beau livre de Romain Bertrand*, telles sont les intuitions qui ont présidé à l’élaboration de cette nouvelle exposition du Mrac Occitanie.

Dove Allouche, Marie Cool & Fabio Balducci, Caroline Corbasson, Attila Csörgo, Edith Dekyndt, Hugo Deverchère, Julien Discrit, Roberto Evangelista, Anne-Charlotte Finel, Mark Geffriaud, Joan Jonas, Pierre Malphettes, Masaki Nakayama, Otobong Nkanga, Elisa Pône, Linda Sanchez, Stéphane Sautour, Daniel Steegmann Mangrané, Batia Suter, Francisco Tropa, Keiji Uematsu, Capucine Vandebrouck, Adrien Vescovi, Maya Watanabe, Lois Weinberger.

 

* Le détail du monde, l’art perdu de la description du monde, Romain Bertrand, collection Seuil, 2019 

Commissariat : Sandra Patron & Clément Nouet

 

Nov
28
jeu
2019
Narbonne / théâtre-scène nationale : « La clairière du Grand n’importe quoi » – Création @ Théâtre scène nationale de Narbonne
Nov 28 @ 20:00 – 21:30

Alain Béhar  conteur

  1. Catastrophes, conflits, exodes : Sur une Terre qui tourne à l’envers, les gens migrent vers l’imaginaire et se retrouvent sur un bateau en papier devenu l’arche de tous les métissages. Alain Béhar nous emporte dans un conte un peu dingue où l’absurde et le burlesque se jouent de la tragédie en cours.

Durée : 1h10  Salle Cinéma / Tarif D : de 6€ à 12€

Déc
7
sam
2019
Narbonne : assemblée générale de l’Assoc’epicée @ Assoc'épicée
Déc 7 @ 9:30 – 12:00