Les travailleurs du nucléaire sont de plus en plus exposés aux rayonnements ionisants

L’IRSN fait chaque année un bilan des doses de rayonnements ionisants reçues par les travailleurs confrontés à des sources radioactives. Dans le secteur de l’industrie nucléaire la dose individuelle moyenne est en hausse de 9% entre 2017 & 2018 et les personnels qui travaillent au démantèlement des installations sont particulièrement impactés par les produits radioactifs absorbés.

L’IRSN fait chaque année un bilan des doses de rayonnements ionisants reçues par les travailleurs confrontés à des sources radioactives. Dans le secteur de l’industrie nucléaire la dose individuelle moyenne est en hausse de 9% entre 2017 & 2018 et les personnels qui travaillent au démantèlement des installations sont particulièrement impactés par les produits radioactifs absorbés.

Infographie IRSN : Bilan 2018 de l’exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France

Notions de base 
En matière de radioprotection les doses de radioactivité reçues sont calculées en millisieverts. Le millisievert (mSv) est une unité qui mesure la quantité de rayonnements reçus soit depuis des sources radioactives, soit par d’autres sources (comme l’imagerie médicale). Tout le monde est exposé à la radioactivité, nos corps sont radioactifs et sont exposés à une radioactivité naturelle dont la dose moyenne est de 2,4 mSv / an en France mais qui varie selon les endroits. En matière d’exposition des personnes aux rayonnements ionisants on distingue :

  • l’exposition interne qui concerne les doses que l’on reçoit par inhalation, ingestion, blessure ou pénétration transcutanée de produits radioactifs
  • l’exposition externe qui concerne l’exposition des personnes à un champ de rayonnements ionisants extérieurs (rayons gamma, bêta, X, neutrons…

Quelques constats
En dehors du cas particulier de l’aviation, c’est dans le domaine du nucléaire que les travailleurs reçoivent en exposition externe les doses les plus élevées (1,40 mSv)
L’IRSN recense une dizaine de cas tous secteurs d’activité confondus ou la dose limite règlementaire d’exposition externe de 20 mSv /an a été dépassée.
Par contre les résultats des travailleurs du secteur du démantèlement nucléaire posent question : pour les 3 sites (CEA de Fontenay-aux-Roses, centrale EDF de Chooz et ateliers Orano de La Hague) si doses en exposition externe sont faibles, pour les expositions internes 28% des travailleurs ont absorbé des doses dépassant la norme soit une augmentation de 2% depuis 2017.
Il ressort que les travailleurs des entreprises sous-traitantes du nucléaire sont les plus exposés et présentent une dose individuelle moyenne de 1,81 mSv qui monte à 2,59 mSv dans le secteur de la fabrication du combustible.
Selon l’IRSN : « les travailleurs prestataires les plus exposés en moyenne sont ceux en CDI qui exercent dans la spécialité de maintenance en tant qu’itinérant« . En 2018 la dose individuelle la plus forte enregistrée est de 15,2 mSv chez les techniciens électriciens/électroniciens itinérants de maintenance en CDI.

La rédaction du Clairon de l’Atax le 16 /09/2019

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire