Un triomphe

France – 1h48 – 2019

Un film de Emmanuel Courcol avec Kad Merad, David Ayala, Lamine Cissokho, Pierre Lottin, Sofian Khammes, Marina Hands, Wabinlé Nabié, Aleksandr Medvedev, Saïd Benchnafa, Laurent Stocker.

Un grand moment et du vrai théâtre au cinéma !

répétition-Image par Mauricio Keller Keller de Pixabay

Un acteur sur le déclin accepte d’animer des ateliers théâtre en prison. Certains détenus vont l’étonner par leur capacité à se mettre dans la peau du personnage. Fort de cette constatation,
Etienne a un projet ambitieux, venir dans la prison pendant six mois et monter avec 5 détenus la pièce de Samuel Beckett « En attendant Godot ». Et c’est le début d’une grande aventure pour Alex, Jordan, Kamel, Moussa, Nabil et Patrick.

Qui est déjà entré dans une prison et a senti les portes se refermer dans son dos, connaît déjà la signification du mot « attendre ». C’est ce que Etienne s’efforce de faire comprendre à ces détenus peu ou pas ou mal dégrossis; avec force gestes et conviction, il essaie de démontrer le parallèle avec la pièce absurde de Beckett. Ce montage pour lui est un long combat avec d’abord la directrice de la prison puis la juge mais aussi avec ces détenus,  qui tout d’abord ne comprennent pas le sens du texte puis doivent lutter contre leurs mauvais penchants et enfin contre ce que la société a fait d’eux: des humains déshumanisés,  des hommes méprisés doutant de tout et surtout d’eux-mêmes.

Etienne s’attaque alors à un « gros morceau » mais parce qu’il est convaincu de réussir, et surtout, et peut-être parce qu’il le veut pour lui-même et pour les détenus ensuite, il est « une force qui va ».
Alors, il lutte, il explique, il vitupère, il se fâche, il fâche, bref il secoue son monde pour faire émerger le talent qu’il a pressenti en chacun. Et nous voyons, Jordan bafouillant, bégayant et dans les larmes accoucher d’une tirade, nous voyons Patrick poussant son gros ventre en avant éructer et vociférer avec emphase, nous voyons Moussa, un peu philosophe, avec ses petites lunettes sur le bout de son nez énoncer de façon sentencieuse son texte, nous voyons Kamel pleurer en tenant son fils dans ses bras et Alex, « le grand bébé » de la troupe développer sa grande taille et trouver sa place dans l’espace.

Ce film a été réalisé à partir de l’histoire vraie d’un metteur en scène suédois qui monta la pièce de Beckett en 1985 avec des détenus qui s’évaderont le jour de la première publique à Göteborg.

Patricia Renaud pour le Clairon de l’Atax le 12/09/2021

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

cinq × trois =