Une croissance qui fait plaisir : celle du vélo en France

Voici une croissance qui réjouit et qui apporte plus de bienfaits que de torts : en France le vélo connait un essor phénoménal. En 2020 la vente de vélos a augmenté de + 25% et ce malgré la crise sanitaire, ou peut être grâce à elle ?

Vélo / Train Image par donations welcome de Pixabay

Actuellement l’utilité du vélo est reconnue par de nombreux responsables politiques. Il ne s’agit plus seulement d’encourager une activité physique bénéfique, mais de promouvoir un mode de déplacement « doux », qui permet aussi de résoudre certains problèmes d’urbanisme et d’aménagement (étranglement de la circulation automobile), particulièrement dans les villes et dans le périurbain. Enfin la croissance de filière « vélo » est créatrice d’emplois.

Un marché dopé par le vélo électrique.

En 10 ans le chiffre d’affaires de ce secteur a connu une progression de 50%. Si la part du vélo classique reste prépondérante avec un prix moyen de 550 € pour un vélo neuf, près de 25% des vélos vendus sont électriques pour un prix variant entre 1500 et 2000 €. (1)

Une dynamique soutenue par des politiques publiques

Qu’il soit national (2), régional ou local, ce soutien, direct sous forme de primes à l’achat, ou indirect sous forme de financement d’infrastructures et notamment la création et  l’extension de pistes cyclables et voies vertes, a provoqué une forte augmentation de la pratique régulière du vélo comme moyen de déplacement. Ainsi à Bordeaux  cette augmentation a été estimée à + 50% entre 2015 et 2019.
Ce soutien des collectivités locales qui porte actuellement ses fruits s’est parfois produit sur le long terme : ainsi à Strasbourg, ville championne des meilleures villes cyclables de France et 5ème au classement européen de « Copenhague 2019 », cet effort date de plus de 30 ans !

Mais le développement de la pratique du vélo pose un problème industriel

Ce secteur d’activité emploie actuellement 80.000 personnes et ses retombées économiques sont estimées à 10 Mds €. Mais les usines françaises font surtout de l’assemblage de pièces importées d’Asie. La crise de la Covid 19, mais aussi des accidents et incidents dans l’acheminement des pièces détachées, ont provoqué des problèmes d’approvisionnement aux entreprises françaises. Cette situation qui constitue une menace au développement de la filière appelle à la relocalisation en France de la production de certains composants actuellement importés…

Louise B.Velpeau pour le Clairon de l’Atax le 12/09/2021

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Notes:
  1. Source : Club des villes et territoires cyclables
  2. cf. la loi « mobilité et résilience du 24 août dernier

Laisser un commentaire

cinq × trois =