Nucléaire : une nouvelle consultation sur la prolongation du fonctionnement de réacteurs

Allemagne tuyauterie centrale nucléaire de Lubmin (Image par 2427999 de Pixabay)

Cette fois il s’agit des 20 réacteurs de 1300 MV : une nouvelle concertation publique est lancée. Il s’agit de débattre de leur prolongation après leur quarantième année de service.
Une concertation identique avait eu lieu il y a 6 ans pour les 3é réacteurs de 900 MW encore en service.
Il est difficile de comprendre le sens de cette concertation puisque les objectifs de relance du nucléaire et la stratégie impliquent en l’état actuel la poursuite du fonctionnement de ces 20 réacteurs. S’agit-il d’une tentative de modération de la politique de relance, d’une simple opération de ″com″ désormais habituelle à la gouvernance macroniste, ou plus machiavélique, d’obtenir le consentement du public pour se prémunir de porter seul le chapeau en cas d’accident sur ce type de réacteur à la vie prolongée ?

En tout cas cette concertation est lancée par la présidente du HCTISN (Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire) qui proclame : « Le public doit être informé et pouvoir donner son avis sur si et comment la prolongation de nos réacteurs, au-delà de quarante années d’activité, doit être abordée ». La démarche sera pilotée par le  HCTISN sous le contrôle de 2 représentants de la CNDP chargés de garantir la bonne marche des débats.

La concertation se déroulera du 18 janvier au 30 juin 2024. Pour y participer : (1)

Ce sera à l’ASN de décider de la prolongation de vie des réacteurs. Celle-ci ne s’obtient qu’après la réalisation de travaux de confortement et de mise aux normes des installations.Selon Julien Collet, directeur général adjoint de l’ASN ″gendarme du nucléaire″ : « Seul un réexamen périodique complet et favorable à la poursuite de l’activité [d’un réacteur] peut le conduire à être autorisé à fonctionner pendant au moins dix années supplémentaires ».

La démarche de concertation mobilise les principaux acteurs du nucléaire :

  • EDF en tant qu’opérateur responsable des examens périodiques de sécurité
  • L’ASN chargée de se prononcer sur les améliorations de sureté proposées par EDF
  • L’IRSN chargée de l’expertise des propositions d’EDF
  • L’ANCCLI (Association nationale des comités et commissions locales d’information) et les 7 commissions locales d’information (CLI) concernées**.

Le public sera invité à s’exprimer pendant toute la durée de la concertation sur la Note de réponse (NRO) réalisée par EDF à l’occasion du 4ème réexamen périodique (2) qui décrit l’ensemble des dispositions de sureté proposée par EDF pour les 8 centrales concernées par les réacteurs de 1300 MW.
En sus de la plateforme numérique dédiée à la concertation (3),    des rencontres seront proposées sous forme  de réunions publiques, d’ateliers thématiques, webinaires, etc.

Curly Mac Toole pour le Clairon de l’Atax le 20/01/2024

Print Friendly, PDF & Email

 


Notes :

  1. Accéder à la plateforme de la concertation publique :  https://concertation.suretenucleaire.fr/
  2. examen décennal règlementaire
  3. http://concertation.suretenucleaire.fr

Laisser un commentaire