La Rédaction du Clairon de l'Atax

Malvési : les déchets d’Areva enfin traités ?

Chaque année, l’usine AREVA de Malvesi traite le quart de la production mondiale d’uranium pour fabriquer le combustible des centrales nucléaires françaises. Les opérations de raffinage nécessaire à cette activité produisent un volume important de déchets (« effluents ») nitratés et radioactifs, environ 7 000 m3 par an, qui sont stockés sur place, dans des bassins à ciel ouvert.
Le risque d’accident majeur, confirmé par l’accident de 2004, au cours duquel la rupture d’une digne a provoqué le déversement de 30 000 m3 de boues toxiques dans les champs voisins, impose la mise en œuvre d’une solution de retraitement de ces déchets.
Dans cet article, la rédaction du Clairon présente la problématique soulevée et souligne la légèreté avec laquelle les acteurs de la filière nucléaire font l’impasse sur les risques pourtant majeurs induits par son activité.

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax dans Actualités Locales, Environnement, Nucléaire, 0 commentaire

Nucléaire – Incident à Malvési

Le 7 juillet 2016 à 15h10, lors d’une opération de maintenance, un salarié de l’usine de traitement de combustible nucléaire de Malvési a reçu des gouttelettes de nitrate d’uranyle sur le visage. Si la communication d’AREVA, relayée sans trop de recul par la presse, se veut rassurante, la rédaction du Clairon de l’Atax a cherché à en savoir plus sur la nature et les effets du nitrate d’uranyle.

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax dans Actualités Locales, Environnement, Nucléaire, 1 commentaire

Nucléaire – Embrouilles à Malvési, Fessenheim et Flamanville

En septembre 2015, l’usine AREVA du site Malvesi, à quelques kilomètres de Narbonne, a été condamnée pour la deuxième fois, pour non respect des prescriptions en matière de prévention des pollutions atmosphériques, des eaux et du sol et en particulier sur la surveillance des rejets d’oxydes d’azote. Une première condamnation avait eu lieu en 2011, pour pollution des eaux.
En parallèle, les atermoiements de l’exécutif dirigé par François Hollande depuis 2012, révèlent que la fermeture de la centrale de Fessenheim, promise par F. Hollande et demandée par de nombreux acteurs y compris outre-Rhin, pourrait être conditionnée à la mise en service de l’EPR de Flamanville, qui ne cesse d’accumuler échecs et retards.

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax dans Actualités Locales, Environnement, Nucléaire, 0 commentaire