Sorry we missed you

U.K./ Belgique/ France – 1h40 – 2019
Un film de Ken Loach avec Kris Hitchen, Debbie Honeywood, Rhys Stone.

 

« Vous qui entrez ici abandonnez toute espérance »          

                                                     (Dante)

Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Abby travaille comme aide-ménagère auprès de personnes âgées. Ricky vit de petits boulots en espérant toujours mieux. Tous les deux rêvent de devenir propriétaires d’une maison mais ils sont loin du compte.

Enfin une opportunité se présente, Ricky postule pour devenir chauffeur-livreur à son compte grâce au développement du e-commerce. Abby doit vendre sa voiture pour que Ricky achète un camion de livraison ; il n’a pas de contrat et sa tournée de livraison est ponctuée par un boîtier/mouchard informatique plus exigeant qu’un négrier, qui ne lui laisse que 2 minutes pour souffler entre deux courses.

Et c’est le début de la descente aux enfers…… Ni Ricky, ni Abby n’ont le temps  et l’énergie pour se consacrer à leurs enfants, Seb le garçon adolescent dérive lentement vers l’absentéisme et la délinquance et la petite fille, Lisa Jane touchée de plein fouet par la déshumanisation de la famille régresse doucement. Abby s’épuise à courir entre les  transports en  commun et les domiciles des personnes âgées, toujours en demande de considération et d’affection. Ricky ne peut plus assumer son rôle de père, pris dans le cercle infernal de la mise en concurrence des chauffeurs livreurs.

Ken Loach a encore une fois atteint son objectif en nous montrant les conséquences de l' »ubérisation » du monde du travail qui exige toujours plus et qui broie les humains dans une exigence de science-fiction. C’est le « Meilleur des Mondes », la série « Trepalium », un monde sans concession,  sans solidarité dans la concurrence la plus acharnée où les plus faibles doivent mourir.
Il nous touche assurément face au désarroi d’Abby qui est la bonté même et la gentillesse face aux personnes âgées et qui ne supporte pas poussée aux extrêmes par le patron négrier de Ricky d’avoir été amenée à jurer.
Et que dire de cette fin de film qui laisse supposer une fin plus tragique encore puisqu’il n’y a plus d’espérance et plus de choix possible.

Patricia Renaud pour le Clairon de l’Atax le 06/11/2019

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire