5 G : la charrue avant les bœufs !

5 G (Image par Ria Sopala de Pixabay)

C’est avec une verve toute particulière que le président Macron, «  chef de la Start-up nation », avait brocardé à l’Elysée, le lundi 14 septembre 2020, devant un parterre  d’entrepreneurs et d’investisseurs de la « French Tech », les élus et les organisations qui réclamaient un moratoire ou exprimaient leur inquiétude sur le déploiement de la 5G, cette nouvelle évolution technologique des réseaux mobiles. Il a rassuré son auditoire en proclamant : «Oui, la France va prendre le tournant de la 5G». Ce faisant E. Macron reniait aussi la promesse qu’il avait faite de respecter et d’appliquer les recommandations de la Convention Citoyenne sur le Climat, instance qu’il avait crée en 2019 !

Le contexte et les enjeux :
L’enjeu de la 5G est présenté comme capital pour les opérateurs de réseaux mobiles : ils pourront offrir à leurs abonnés des débits à la fois plus importants et plus rapides ce qui permettra aussi l’accès à de nouveaux services.
Les enchères pour l’attribution de la 5G ont eu lieu fin septembre et le réseau a été lancé en novembre à Nice, d’autres grandes villes devraient suivre rapidement. Il s’agit d’un chantier de grande ampleur dont la mise en place devrait durer 10 ans !

Pour les partisans d’un moratoire on n’a pas assez réfléchi aux conséquences du lancement de la 5 G. Ce nouveau développement technologique pose de nombreux problèmes :

  • Cette nouvelle technologie sera énergivore
  • On ne connait pas son impact environnemental
  • On ne connait pas les effets directs des radiofréquences sur la santé et indirects par les changements induits par la 5 G sur l’environnement et sur les modes de vie
  • Le passage à la 5G aura des répercutions économiques du fait du changement de matériel (téléphones et matériel d’émission
  • Les capacités augmentées de la 5G pourront faciliter l’extension du contrôle social

A l’heure actuelle aucune de ces questions n’a fait l’objet d’études approfondie ou de débats publics et l’opinion reste très partagée sur l’utilité ou la nocivité de la 5 G.
Sur la question des effets sur la santé  ce n’est que fin octobre que l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a lancé un appel à projet de recherche sur la thématique « Radiofréquences et santé ». 4 questions devraient y être traités : les mécanismes d’action des ondes au niveau cellulaire, les effets psychologiques et sanitaires des radiofréquences, l’hypersensibilité électromagnétique et la caractérisation des expositions…
La sélection finales des candidatures à cet appel à projets sera publiée en septembre 2021 :  les études sur l’impact de la 5 G sur la santé pourront enfin commencer tandis que le réseau 5 G sera déjà bien installé dans certaines grandes villes.

Sans préjuger de la durée de la recherche et de ses résultats favorables ou défavorables à la 5G, celle-ci sera déjà tellement installée que de toute façon le retour en arrière ne sera plus possible.
C’est ainsi qu’on conçoit le progrès en Macronie : on fonce dans le brouillard, l’essentiel c’est d’aller vite…

Louise B. Velpeau pour le Clairon de l’Atax le 21/11/2020

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

sept − 1 =