On ne badine pas avec l’amour !

Au festival de Théâtre de Ségure

Compagnie Julienne & Julienne

Adaptation et mise en scène Marie CANTIN ; comédiens :  Marie CANTIN, Charles CABON, Mathilde CAILLAVET, Camille THOEAS, Aurélien GOLAS ; lumières : Jade SEGARD ; chorégraphies Suzanne DIDIER ; conception costumes C. THOMAS & M. DESIRE ; assistante mise en scène : Alexandra GRUBER ; conseil en scénographie : Joanna GOURDIN ; réalisation sonore : M CAILLAVET et W. MAGRIT

Ce spectacle a été travaillé en résidence à Ségure et représenté pour la première fois le vendredi 26 août au 6ème festival de théâtre de Ségure

« On ne badine pas avec l’amour » n’est pas une pièce facile : il s’agit au départ d’une commande de comédie. Mais cette pièce a été écrite par Musset dans un contexte particulier : celui de la fin de sa liaison passionnée avec George Sand. Cela se retrouve dans l’écriture du texte et la fin est particulièrement dramatique pour une comédie.

Couple…trouble (Photo Christian Haerrig)

Marie CANTIN qui a adapté le texte, a pris le parti d’en atténuer les effets dramatiques et d’opter pour une mise en scène renforçant le côté comique, un peu à la manière de la Commedia Del Arte. Elle escamote certains personnages et situations de la pièce originelle, tout en créant un nouveau personnage celui de Simone la soubrette forte en gueule. Les contenus traités par Musset comme l’anticléricalisme, le machisme, la violence sociale, le statut de la femme, restent très modernes et sont bien repris dans cette adaptation de Marie CANTIN qui atténue cependant la charge anticléricale faite par Musset tout en en conservant la portée. La manière dont elle termine la pièce est particulièrement bien trouvée. Cette adaptation est incontestablement une réussite.

Un fils, un espoir (Photo Christian Haerrig)

D’ailleurs tout est une réussite dans ce spectacle mené à un train d’enfer ! Les comédiens font preuve d’un tonus et d’un enthousiasme contagieux, la chorégraphie fonctionne avec la précision d’une horloge, les effets lumineux et sonores rythment les courses et déplacements ou accompagnent des sortes de « mises en boite » telles ces diablotins à ressort qui jaillissaient jadis des boites surprises. La partie musicale fonctionne dans un juste équilibre entre romantisme et modernité et les costumes épousent avec finesse les caractères des personnages

L’amour est fugitif (Photo Christian Haerrig)

A l’issue du spectacle 5 comédiens sont venus saluer un public enthousiaste et contaminé par leur dynamisme qui avait franchi la scène. Mais les spectateurs les plus observateurs avaient remarqué que le spectacle comportait 6 personnages. Imaginer qu’un ou une comédienne interprétait 2 personnages est une solution trop simple, laissons le lecteur dénouer cette énigme….

Ciel mon bonheur ! (Photo Christian Haerrig)

Nul doute que ce spectacle a de beaux jours devant lui : la Compagnie Lucienne & Lucienne compte le présenter l’an prochain au festival d’Avignon et travaille sur un projet de création.

Il ne nous reste plus qu’à souhaiter longue vie et beaucoup de succès à cette compagnie et à tous ces artistes que le festival de Ségure est particulièrement heureux d’avoir présenté au public.

Hubert Reys pour le Clairon de l’Atax le 28/08/2022

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

dix-sept − neuf =