Dossier Malvezy – AREVA

Cette page regroupe l'ensemble des informations portant sur le dossier "AREVA / Malvesi", rassemblées par le Clairon. Dans les différents "onglets" ci-dessous, vous trouverez une présentation synthétique du dossier, l'ensemble des articles publiés dans le Clairon, les différents événements rattachés à ce dossier, des vidéos et des liens vers d'autres sites traitant du même sujet.

N'hésitez pas à consulter régulièrement cette page qui sera enrichie au fil de l'actualité sur le sujet, et à nous faire part d'informations qui ne s'y trouveraient pas, en contactant la rédaction.

Malvési, c'est l'histoire d'une usine implantée à quelques kilomètres au Nord de Narbonne, dans les années 1950.

Point d'entrée de l'uranium en France, cette usine produit non seulement la quasi totalité du combustible nucléaire utilisé par l'ensemble des centrales électro-nucléaires de France, mais exporte environ 40% de sa production.

Fabriquer du combustible nucléaire entraîne la production de nombreux déchets, chimiques et radioactifs, présentant un très fort risque de pollution des eaux, du sol et de l'air. Ce risque est reconnu par les autorités, puisque l'usine est classée au niveau "SEVESO Haut".

A Malvési, ces déchets sont stockés dans plusieurs bassins, à ciel ouvert. Au cours du demi-siècle d'exploitation écoulé, les déchets accumulés représentent un volume d'environ 350 000 m3.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Posée depuis seulement 25 ans, la question du retraitement de ces déchets n'a que récemment (courant 2015) fait l'objet d'une proposition de la part d'AREVA, propriétaire et exploitant de l'usine, sous la forme du projet "THOR" (Thermal Organic Reduction) de combustion des déchets.

Cette proposition, soumise à enquête publique (5 septembre au 5 octobre 2016), a été dans un premier temps acceptée par les autorités locales. Cependant, après examen approfondi du dossier déposé par AREVA, les experts de l'association locale RUBRESUS ont fait valoir que, non seulement la solution de retraitement proposée par AREVA présente des risques de pollution démesurés pour toute la zone du Grand Narbonne, mais aussi qu'il existe d'autres solutions, évaluées dans le dossier présenté par AREVA, bien moins dangereuses sur le plan du risque environnemental et qui présentent, en outre, l'avantage de recycler une bonne partie des déchets, ce qui n'est pas le cas de la  solution retenue par AREVA.

La mobilisation des habitants de la zone concernée, appuyée par plusieurs associations, dont RUBRESUS et le collectif COVIDEM, a entraîné une sensibilisation plus approfondie des élus locaux, ainsi que deux "sursis à statuer" de la Préfecture de l'Aude, le premier jusqu'au 9 mai 2017, prolongé par un second, prenant fin au 9 août 2017. En particulier, un conseil municipal extraordinaire s'est tenu en avril 2017 à la mairie de Narbonne, à la demande des élus de la ville. Il a permis aux différents experts de faire valoir leur point de vue et d'exposer leurs arguments et propositions.
Seule, la société AREVA a décliné l'invitation. Faut-il s'en étonner ?

Au 9 juillet 2017, il semblerait que les élus d'une majorité de communes du Grand Narbonne aient demandé une expertise du dossier par un groupe d'experts indépendants. Précédemment, le 30 juin 2017, le Conseil Régional d'Occitanie adoptait en assemblée plénière un vœu à destination du Ministre de la Transition Écologique et Solidaire, pour un moratoire de suspension dans l'attente d'une expertise indépendante, ainsi que la prise en compte de solutions alternatives.

 Pour autant, comme le souligne l'association RUBRESUS dans un communiqué en date du 10 juillet 2017, il importe de rester vigilants et  mobilisés tant qu'aucune information officielle ne viendra confirmer l'abandon définitif du projet THOR.

Depuis 2015, l'équipe du Clairon de l'Atax est fortement impliquée sur le sujet : elle a publié de nombreux articles et relayé les événements créés autour de cette question cruciale pour l'avenir de la région, mais aussi celui, plus large de la prise en compte, par les autorités, locales et nationales, de la question du risque environnemental.

Dans les différents onglets de cette page, vous pourrez trouver l'ensemble des éléments collectés et publiés par le Clairon, afin de vous faire une idée plus précise de cette question et de son importance.

 

La Rédaction du Clairon de l'Atax, Juillet 2017

 

Les articles publiés par le Clairon sont présentés ici dans l'ordre chronologique, du plus ancien au plus récent.

AREVA - MALVESI : le décret du 20 juillet 2015 ne résoud rien

AREVA – MALVESI : le décret du 20 juillet 2015 ne résoud rien

Au cœur de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne, l’usine de traitement de minerai d’uranium de Malvesi, ouverte en 1971, accueille et traite actuellement 26% de la production mondiale d’Uranium. Au cours de ce traitement, elle produit des effluents liquides contenant des boues nitratées chargées en uranium naturel. Le projet ECRIN proposé par la société AREVA et visant à créer une structure d'entreposage de ces effluents, a été approuvé par l'ASN et sa mise en œuvre a été autorisée par un décret ministériel, publié le 22 juillet 2015. Or, ce projet présente de sérieux défauts ... Lire la suite
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Nucléaire – Embrouilles à Malvési, Fessenheim et Flamanville

En septembre 2015, l'usine AREVA du site Malvesi, à quelques kilomètres de Narbonne, a été condamnée pour la deuxième fois, pour non respect des prescriptions en matière de prévention des pollutions atmosphériques, des eaux et du sol et en particulier sur la surveillance des rejets d’oxydes d’azote. Une première condamnation avait eu lieu en 2011, pour pollution des eaux. En parallèle, les atermoiements de l'exécutif dirigé par François Hollande depuis 2012, révèlent que la fermeture de la centrale de Fessenheim, promise par F. Hollande et demandée par de nombreux acteurs y compris outre-Rhin, pourrait être conditionnée à la mise en service de l'EPR de Flamanville, qui ne cesse d'accumuler échecs et retards ... Lire la suite
Nucléaire - Incident à Malvési

Nucléaire – Incident à Malvési

Le 7 juillet 2016 à 15h10, lors d’une opération de maintenance, un salarié de l’usine de traitement de combustible nucléaire de Malvési a reçu des gouttelettes de nitrate d’uranyle sur le visage. Si la communication d'AREVA, relayée sans trop de recul par la presse, se veut rassurante, la rédaction du Clairon de l'Atax a cherché à en savoir plus sur la nature et les effets du nitrate d'uranyle ... Lire la suite
Malvési : les déchets d’Areva enfin traités ?

Malvési : les déchets d’Areva enfin traités ?

Chaque année, l'usine AREVA de Malvesi traite le quart de la production mondiale d'uranium pour fabriquer le combustible des centrales nucléaires françaises. Les opérations de raffinage nécessaire à cette activité produisent un volume important de déchets ("effluents") nitratés et radioactifs, environ 7 000 m3 par an, qui sont stockés sur place, dans des bassins à ciel ouvert. Le risque d'accident majeur, confirmé par l'accident de 2004, au cours duquel la rupture d'une digne a provoqué le déversement de 30 000 m3 de boues toxiques dans les champs voisins, impose la mise en œuvre d'une solution de retraitement de ces déchets. Dans cet article, la rédaction du Clairon présente la problématique soulevée et souligne la légèreté avec laquelle les acteurs de la filière nucléaire font l'impasse sur les risques pourtant majeurs induits par son activité ... Lire la suite
AREVA / MALVESI - Nouvelle Usine : serions nous déjà enfumés avant que le premier panache ne sorte de la cheminée ?

AREVA / MALVESI – Nouvelle Usine : serions nous déjà enfumés avant que le premier panache ne sorte de la cheminée ?

La société AREVA se propose d'investir 80 millions d'euros dans un projet visant à détruire progressivement les centaines de milliers de mètres-cubes d'effluents radioactifs, accumulés sur le site de Malvési au cours d'une cinquantaine d'années d'exploitation. Une enquête publique réglementaire vient de s’achever sur un avis plutôt favorable à ce projet, mais l’association RUBRESUS met en doute, dans un rapport très bien documenté, la fiabilité et la sécurité de l’installation prévue par AREVA ... Lire la suite
AREVA / MALVESI - L’opposition au projet d’une usine de traitement des effluents nitratés (TDN) se structure

AREVA / MALVESI – L’opposition au projet d’une usine de traitement des effluents nitratés (TDN) se structure

Le projet de l’opérateur nucléaire AREVA, qui se propose de construire sur le site de Malvési une usine de traitement des effluents nitratés issus du raffinage du minerai d’uranium destiné au fonctionnement des centrales nucléaires, rencontre une opposition de plus en plus forte des habitants de la Narbonnaise et du milieu associatif. Cette opposition à décidé de s’organiser : c’est ainsi que le jeudi 16 janvier 2017, 25 personnes dont les représentants de 8 associations locales et régionales se sont réunis pour jeter les bases d’une nouvelle association visant au exercer une vigilance citoyenne sur les projets d’AREVA sur le site de Malvési ... Lire la suite
Traitement des nitrates par Areva  Malvési/Narbonne : une réunion d’information passionnante !

Traitement des nitrates par Areva Malvési/Narbonne : une réunion d’information passionnante !

Le jeudi 16 février 2017, le Collectif de Vigilance sur les Déchets de Malvési (Covidem) (*) a tenu à la Médiathèque de Narbonne une réunion publique d’information sur le projet de traitement des effluents nitratés (TDN) issus du raffinage du minerai d’uranium dont ¼ de la production mondiale est traité à l’usine de Malvési. La solution retenue par AREVA, parmi une vingtaine de procédés possibles, consiste à réaliser un traitement thermique de ces effluents, qui sont transformés d’une part en gaz, d’autre part en déchets solides. Les rejets gazeux issus de ce procédé sont diffusés par une cheminée de 30 mètres de haut au cœur de l’agglomération narbonnaise à moins de 800 m des premières habitations de la ville de Narbonne ! Ce projet TDN d’AREVA a été analysé par l’association Rubrésus (**) et relayé par le collectif Covidem. C’est le résultat de ce travail qui a été exposé lors de la réunion publique. Deux intervenants experts, le Dr Mariette Gerber et le Dr André Bories ont mis en évidence, devant une salle comble, la complexité du processus TDN retenu par AREVA, ainsi que le caractère particulièrement toxique des rejets gazeux qui menacent directement une population d’environ 80.000 habitants (pour le seul Grand Narbonne) ... Lire la suite
AREVA / MALEVSI : en matière de santé publique ce n’est pas l’entreprise qui commande !

AREVA / MALEVSI : en matière de santé publique ce n’est pas l’entreprise qui commande !

A la suite de la réunion publique d'information q ui s'est tenue le 16 février 2017 à Narbonne sur les dangers de la solution "THOR" retenue par AREVA pour éliminer les déchets nucléaires, la direction de l'usine AREVA/Malvési exprime son point de vue dans une tribune publiée par le Midi Libre. Cet article fournit une synthèse de la réponse d'AREVA et publie la réaction des citoyens du Narbonnais ... Lire la suite
AREVA / Malvési : une intéressante réunion d’information des élus et du public à Narbonne

AREVA / Malvési : une intéressante réunion d’information des élus et du public à Narbonne

Suite aux alertes répétées concernant le projet TDN d'AREVA, alertes lancées par l’association narbonnaise RUBRESUS et le collectif COVIDEM, le maire de Narbonne a décidé d’organiser, le 6 avril 2017, une réunion d’information du conseil municipal, ouverte au public. Le Dr André Bories pour l’association Rubresus, l’ingénieur Yves Lenoir, expert en énergie nucléaire, Maryse Arditi présidente de l’association ECCLA et le Dr Mariette Gerber étaient invités à développer leurs arguments ... Lire la suite
AREVA / Malvési : Traitement des effluents nitratés, quelle solution choisir ?

AREVA / Malvési : Traitement des effluents nitratés, quelle solution choisir ?

Les 350 000 m3 d’effluents nitratés stockés au cœur de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne, mais aussi les effluents produits actuellement et à venir par l’installation nucléaire de Malvési, présentent d’importants risques de pollution dans une aire urbaine de 130.000 habitants dont la population s’accroît en continu. Le traitement de ces résidus s’avère urgent et indispensable. Après un quart de siècle de recherches et de tergiversations, AREVA projette un traitement de ces effluents par pyrolyse, selon un procédé breveté aux USA et dénommé THOR (Thermal Organic Réduction). Ce projet THOR d’AREVA a passé toutes les étapes de la procédure réglementaire relative à ce type d’installation, lorsque RUBRESUS, une association citoyenne de protection et desauvegarde de l’environnement, lance l’alerte : le procédé THOR produit plus de pollution qu’il n’en traite et présente un danger supplémentaire en matière de santé publique. Dans le même temps RUBRESUS expose une solution alternative plus simple et plus efficace ... Lire la suite
Contre le projet TDN d’AREVA / Malvési : manifestation réussie !

Contre le projet TDN d’AREVA / Malvési : manifestation réussie !

Le samedi 13 mai 2017, à l’appel des associations COVIDEM et RUBRESUS, 1 500 à 1 800 habitants de Narbonne et des communes environnantes se sont rassemblés, place de la mairie à Narbonne, pour exprimer leur refus du projet de traitement thermique des effluents nitratés (350 000 m3) stockés dans des bassins à ciel ouvert depuis plus de 50 ans par l’usine d’AREVA à Malvési ... Lire la suite
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Malvési : quel rôle pour un député ?

Lors de la conférence de presse organisée par Narbonne Insoumise lors de l’inauguration de son local de Campagne à Narbonne, le candidat à la députation Jean-Hughes Silberman et sa suppléante Nadine Sanchez expliquent leur conception du rôle d’un député La rédaction du Clairon de l’Atax ... Lire la suite
Malvési : la prise de position de Narbonne Insoumise

Malvési : la prise de position de Narbonne Insoumise

Face à la menace de sur-pollution présentée par le projet de traitement thermique "THOR" des effluents nitratés stockés à l'usine AREVA / Malvési, les candidats de France Insoumise aux élections législatives on pris position dans un communiqué de presse publié par "Le Clairon de l'Atax" ... Lire la suite
AREVA / Malvési : l’Empire contre attaque !

AREVA / Malvési : l’Empire contre attaque !

Après le succès de leur manifestation du 13 mai 2017 place de la mairie à Narbonne, les opposants au projet AREVA / TDN –THOR de retraitement thermique des effluents produits par l’usine de traitement d’uranium de Malvési ont décidé de remettre ça. Une seconde manifestation a eu lieu le 9 juin 2017 devant la mairie de Narbonne et c’est un public encore plus nombreux, d'environ 2 500 personnes, qui a manifesté son opposition à ce projet jugé dangereux pour la santé et la sécurité des habitants de la Narbonnaise. Au cours de cette manifestation pacifique, des participants ont été abordés par des personnes se présentant comme des employés de l’usine AREVA / Malvési qui distribuaient un tract non signé, intitulé « L’Heure est grave !! », ainsi qu’un « quatre pages » polychrome publicitaire émanant d’AREVA, qui vantait les mérites et le sérieux de son établissement de Malvési… ... Lire la suite
José Bové en visite à Malvési au soutien des opposants au projet TDN AREVA

José Bové en visite à Malvési au soutien des opposants au projet TDN AREVA

(Communiqué de Familles Papillons, RUBRESUS et COVIDEM) Sur cette photo : André Bories (RUBRESUS), Mariette Gerber (COVIDEM), Bruno Hoarau (Les Familles Papillon), José Bové (Député européen), Pierre Martinez et Nathalie Gras (Les Familles Papillon) Alerté sur les impacts du projet de traitement des effluents radioactifs et nitratés des bassins d’AREVA Malvési, le député européen José Bové est venu lundi 10 juillet à la rencontre des  collectifs et associations qui s’opposent au projet TDN de destruction des nitrates en four à charbon. Déjà familier du site Malvési pour sa précédente visite, après le déversement de 30 000 m3 de boues radioactives suite à la rupture de la digue des bassins de décantation en 2004, José Bové, accompagné de son assistante parlementaire Anne Lacouture et des représentants des collectifs et associations (Familles Papillons, RUBRESUS, COVIDEM), a découvert cette fois le site AREVA depuis l’oppidum de Montlaurès. La vue saisissante des dizaines d’hectares de bassins contenant les effluents accumulés depuis plus de 50 ans, jouxtant l’énorme stock de boues classé Installation Nucléaire de Base, au milieu des vignobles, champs de céréales et d’horticulture et aux abords immédiats de l’agglomération narbonnaise dominée par la cathédrale Saint Just et des villages de Moussan et Cuxac, a parfaitement  illustré les problèmes des rejets du traitement TDN, tant vis à vis de la pollution atmosphérique que des impacts sanitaires. La crainte d’une installation rejetant des fumées chargées en oxydes d’azote, en quantités supérieures à celle d’un incinérateur d’ordures ménagères pour 200 000 habitants, en COV, benzène (cancérigène), phtalate (perturbateur ... Lire la suite
AREVA / Malvési :  l’opposition au  projet THOR s’amplifie…

AREVA / Malvési : l’opposition au projet THOR s’amplifie…

Mais pour autant il ne faut pas baisser la garde ! Vendredi 30 juin 2017, une manifestation de citoyens et de représentants des associations COVIDEM et RUBRESUS, faisait pacifiquement le siège de la sous-préfecture de Narbonne afin de remettre à Madame la sous-préfète Béatrice OBARA, une pétition signée par près de 10 000 habitants de la Narbonnaise qui s’opposent au dispositif de traitement thermique «THOR» qu’AREVA NC projette d’installer dans son usine nucléaire de Malvési, située aux portes de Narbonne, afin de traiter 350 000 m3 d’effluents et de boues nitratées, issus de son activité passée et présente. Une délégation fut reçue dans l’après midi par Madame la sous-préfète : chacune des parties exposant son point de vue lors de cet entretien… Photo JFL Le traitement de ces déchets participe de la problématique, toujours pas résolue, qui concerne l’ensemble de la filière nucléaire : que faire des déchets produits ? Cette question semble avoir été longtemps éludée, voire ignorée, par les concepteurs et acteurs de cette filière; une réponse sensée et fiable devient urgente compte tenu du volume des déchets accumulés, mais aussi des futurs déchets issus du démantèlement prochain des réacteurs en fin d’activité… Le procédé THOR vise à transformer par combustion une partie des effluents stockés à Malvési en fumées, réputées inoffensives en termes de santé publique, et de les disperser dans l’atmosphère autour de son usine. Le reliquat solide, issu de cette combustion, serait de moindre importance et donc plus facile à stocker… C’est suite à un processus réglementaire de consultation ... Lire la suite
AREVA / MALVESI - RUBRESUS réagit aux informations sur le projet TDN diffusées par AREVA et relayées par la presse locale

AREVA / MALVESI – RUBRESUS réagit aux informations sur le projet TDN diffusées par AREVA et relayées par la presse locale

Face à l'imposante campagne publicitaire déployée par AREVA auprès des habitants de la région de Narbonne, à travers les media locaux, l'association RUBRESUS, très impliquée depuis le début dans une dénonciation argumentée des conséquences prévisibles et désastreuses de la mise en œuvre du procédé TDN/THOR, demande à la presse locale de bien vouloir publier des communiqués contradictoires à des informations qu'elle estime erronées et tendancieuses. Le présent article publie la lettre envoyée par RUBRESUS aux media locaux, ainsi que le contenu du premier communiqué dont elle demande la diffusion ... Lire la suite
Img1

Areva-Malvési : la résistance au projet d’incinérateur s’amplifie !

Vendredi 13 octobre, près de 200 habitants de la Narbonnaise se sont déplacés à Carcassonne pour manifester devant la préfecture leur opposition au projet TDN d'un incinérateur des déchets nitratés sur le site AREVA de l'usine de Malvési, située au cœur de l’agglomération Narbonnaise. Cette opposition, qui ne cesse de rallier de nouveaux participants, repose à l’origine sur une analyse technique approfondie du projet faite par l’association RUBRESUS soutenue par les associations et collectifs Covidem, Les Familles Papillon, le Réseau Sortir du Nucléaire, TCNA, etc. Par leur présence, les manifestants entendaient signifier leur détermination aux membres du CODERST (COnseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques) réuni à la préfecture pour donner son avis sur ce projet qui pose de graves questions en matière de santé publique et d’environnement. Après avoir entendu l’exposé de l'association RUBRESUS et les avis de deux experts « indépendants » commis par le préfet, le CODERST a émis un avis favorable par 12 voix pour, 6 contre et 5 abstentions. Le résultat de ce vote est ainsi commenté par André Bories, Président de RUBRESUS : « Le vote de 11 membres (48%) non favorable au projet TDN contre 12 est un désaveu cuisant d'un projet à fort impact polluant pour les habitants et l'environnement, qui affectera le développement économique (tourisme, agriculture). Ces votes non favorables au TDN émanent d'élus et représentants du département. Ils s'ajoutent aux 10 000 signatures de la pétition et aux milliers de narbonnais qui manifestent leur refus du projet ... Lire la suite
Projet Thor / Areva/Malvési : des élus s'en mêlent

Projet Thor / Areva/Malvési : des élus s’en mêlent

Communiqué de presse d’Agnès Langevine Agnès Langevine et José Bové demandent le gel du projet TDN-THOR (Malvési – Aude) > > A la veille du CODERST (*) sur le projet TDN-THOR, José Bové et Agnès Langevine ont demandé à Nicolas Hulot de se positionner sur l’installation de Malvési et la gestion des déchets stockés aux abords de l’usine. Les deux élus s’insurgent contre ce projet d’un autre temps et en appellent au ministre de la Transition Ecologique et Solidaire pour qu’il prononce le gel du projet. > > Pour José Bové, député européen : > > « Le site de Malvési, premier site européen de traitement du minerai d’uranium, est une menace majeure pour l’environnement aux portes de Narbonne. On ne compte plus les accidents de gestion, comme en 2004, lorsque la rupture de la digue des bassins de décantation avait entrainé le déversement de 30 000 m3 de boues radioactives hors du site. Nous ne pouvons pas attendre un nouvel accident. Le préalable indispensable avant quelconque nouvel aménagement qu’un audit soit réalisé sur le site et qu’il soit enfin traité comme le site nucléaire dangereux. Il est incompréhensible que le site ne soit pas encore classé Installation Nucléaire de Base. » > > Pour Agnès Langevine, Vice-Présidente de la région Occitanie déléguée à la transition écologique et énergétique, Biodiversité, Economie Circulaire, Déchets > > « Nous ne pouvons accepter une solution de traitement des déchets qui s’avèreraient toute aussi ou plus nocive pour la population. Notre Région est fortement ... Lire la suite
TCNA : pollution radioactive des eaux Narbonnaises ?

TCNA : pollution radioactive des eaux Narbonnaises ?

L’association TCNA (Transparence des canaux de la Narbonaise) s’est constituée suite à l’inquiétude de nombreux riverains des cours d’eau de la Narbonnaise qui constataient qu’il s’y développait une importante pollution associée à un manque d’entretien. Cette situation est d’autant plus préoccupante que ces cours d’eaux se situent dans la proximité de l’usine Areva / Malvési qui traite 1/4 du combustible nucléaire mondial. Devant le manque de réaction des pouvoirs publics (élus locaux et services) et l’opacité des informations disponibles, l’association TCNA a saisi un laboratoire indépendant, la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la RADioactivité), pour effectuer des analyses de la qualité de l’eau et des sédiments de ces cours d’eau. La CRIIRAD vient de rendre son rapport consultable par le public. Le communiqué de presse de TCNA que nous publions « in extenso » en résume les points principaux et fournit le lien pour accéder au rapport de la CRIIRAD. La rédaction du Clairon de l’Atax _________________________________________ Communiqué de presse et Rapport CRIIRAD Analyses de radioactivité TAURAN NARBONNE 2017 PUBLIÉ LE 12 OCTOBRE 2017 PAR TCNA URANIUM DANS LE TAURAN, LES ANALYSES PARLENT A l’heure où le préfet de l’Aude s’apprête à prendre une décision lourde de conséquences pour l’avenir du territoire de la Narbonnaise, le résultat des analyses indépendantes de radioactivité dans le Tauran, affluent du canal de la Robine, est tombé. Les résultats sont sans appel. La CRIIRAD (*) a mis en évidence dans les sédiments, un excès d’uranium trahi par un déséquilibre avec son descendant le ... Lire la suite

AREVA / Malvesi – L’acteur Pierre Richard prend position contre le projet TDN/THOR

Citoyen de la Narbonnaise et propriétaire du domaine viticole de l’Evêque à Gruissan, l’acteur Pierre Richard a fait parvenir un communiqué de soutien à l’action des collectifs et associations de la région contre le projet TDN/THOR de retraitement des déchets de l’usine AREVA de Malvési. Nous reproduisons ci-dessous le texte de ce communiqué, qui nous a été transmis par André Bories, président de l’association RUBRESUS. « A ma grande surprise, j’ai découvert, comme nombre de Narbonnais, l’ampleur des quantités et natures des déchets radioactifs et nitratés stockés à Malvési depuis plus de cinquante ans. Mais le projet de traitement des bassins m’inquiète encore plus par la pollution atmosphérique qu’il va produire pour les dizaines d’années à venir et qui va concerner tout le territoire de la Narbonnaise. J’ai noté qu’environ un million de mètres cubes de fumées nocives seraient émises chaque jour et représenteraient une pollution supérieure à celle d’un incinérateur. Je pensais qu’un tel projet aussi polluant et antagoniste par ses impacts sanitaires, environnementaux et économiques serait naturellement rejeté par les autorités et les élus. Ma déception est grande de voir le débat public terni par l’opacité de l’instruction du dossier. J’observe que les expertises diligentées par le préfet n’ont pas été menées dans la transparence et la contradiction souhaitables. J’apprends, via les instances professionnelles vinicoles, que des expertises indépendantes, confiées aux meilleurs spécialistes, contredisent les conclusions officielles. J’espère que les autorités et les élus réagiront à temps. J’y suis d’autant plus attentif et sensible au double titre de citoyen ... Lire la suite
Faut-il mourir pour AREVA ?

Faut-il mourir pour AREVA ?

Le nucléaire civil ne va pas bien en France : vétusté, accidents, pannes à répétitions dans les centrales existantes, perte de savoir-faire et malfaçons constatées sur des équipements vitaux de certaines centrales en activité, mais aussi sur des pièces fournies aux deux centrales de «nouvelle génération» construites en France et en Finlande. Contrairement au discours optimiste répété pendant de longues années, le nucléaire civil s’avère de plus en plus dangereux et coûteux. Pire encore : il n’existe toujours pas de solution fiable pour traiter et neutraliser les déchets produits par cette industrie. Ce problème avait été sous-estimé il y a plus d’un demi-siècle alors que, dans l’euphorie de l’époque, l’essor du nucléaire civil était vécu comme un progrès bénéfique à l’humanité ! Qu’ils soient faiblement ou fortement radioactifs, les déchets nucléaires ne sont pas inertes et leur période de radioactivité toxique peut durer, selon les cas, de quelques années à plusieurs millions d’années. Faut-il mettre en péril la santé des habitants de l’agglomération narbonnaise et des environs pour traiter à moindre coût des déchets nucléaires encombrants ? Le contexte AREVA / Malvési La cathédrale St Just de Narbonne vue depuis Malvési – Au premier plan, les bassins de stockage des déchets L’usine AREVA de Malvési, située au cœur de l’agglomération Narbonnaise et à moins de 3 km de la cathédrale Saint Just, traite près de ¼ de l’uranium mondial destiné à l’alimentation en combustible des centrales nucléaires. En plus de 50 ans de fonctionnement, l’usine de Malvési a accumulé et ... Lire la suite
Nucléaire : danger sur Narbonne !

Nucléaire : danger sur Narbonne !

Les bassins de l’usine nucléaire AREVA / Malvési et la Cathédrale de Narbonne… Le préfet de l’Aude vient d’autoriser le 8 novembre dernier la mise en service d’un incinérateur transformant partiellement en gaz et fumées des effluents radioactifs, produits par la transformation du minerai concentré d’uranium, en base du combustible nécessaire au fonctionnement des centrales nucléaires. De quoi s’agit-il ? L’usine d’AREVA / Malvési, située au cœur de l’agglomération narbonnaise, à moins de 3 km du centre ville, transforme ¼ du minerai d’uranium mondial destiné à la filière nucléaire française, mais aussi à d’autres pays. Cette activité de transformation du minerai, vieille de plus de 50 ans, à laquelle s’est ajouté pendant un temps le recyclage du combustible nucléaire usagé, a produit et continue à produire des déchets nitratés faiblement radioactifs (TFA). Ces déchets sont versés, sous formes d’effluents, dans des bassins d’évaporation à ciel ouvert et dans des bassins de stockage. Leur volume représente selon les estimations entre 350.000 m3 et 1 million de m3 (*1). Pour résoudre les problèmes posés par le stockage de ces déchets de plus en plus importants et diminuer les risques de contamination de l’environnement (*2), AREVA a retenu une solution de traitement thermique des déchets nitratés (TDN) : le procédé américain THOR (Thermal Organic Reduction) qui consiste à chauffer ces effluents à 850° pour les transformer d’une part en gaz, d’autre part en déchets solides stockables dans des fûts. Un procédé qui pose question : L’installation située sur le site d’AREVA / Malvési, ... Lire la suite

« Le Monde » parle tardivement de Malvési – Quels intérêts sert-il ?

Le lundi 6 novembre 2017, sous la plume de Viviane Thivent, le quotidien "Le Monde" publiait deux articles sur l’usine AREVA de Malvési, faisant suite en cela à la manifestation du 5 novembre dernier, qui a rassemblé près de 2 500 personnes à Narbonne contre le projet TDN / THOR de retraitement des déchets nucléaires de l’usine AEVA de Malvési ... Lire la suite
Malvési : un préfet est-il compétent pour procéder à l’évaluation environnementale d’un projet ?

Malvési : un préfet est-il compétent pour procéder à l’évaluation environnementale d’un projet ?

Le Conseil d’Etat (CE) a jugé dans une décision du 6 décembre 2017 (*1) que le préfet de région n’avait pas qualité d’autorité compétente pour procéder à l’évaluation environnementale de certains projet sur la base du principe – on ne peut pas être à la fois juge et partie -. Cette décision a annulé une disposition du décret du 28 avril 2016 (*2) sur la réforme de l’autorité environnementale qui prévoyait cette possibilité. La décision du Conseil d’Etat peut de ce fait entrainer l’annulation d’autorisation de certains projets pour des raisons d’irrégularité de procédure. De quoi s’agit-il : La directive européenne du 13 décembre 2011 (*4) impose que l’évaluation environnementale des projets, avant leur mise en œuvre, soit exercée par : « une entité interne disposant d’une autonomie réelle… » à l’égard du préfet lorsque celui-ci à la responsabilité de l’élaboration ou de la conduite d’un projet au niveau local ou lorsqu’il est compétent pour l’autoriser. Or l’article R. 122-6 du code de l’environnement, fondé sur le décret du 28 avril 2016, prévoyait au contraire que le préfet de région joue le rôle d’autorité environnementale lorsque cette autorité n’était ni le ministre chargé de l’environnement, ni l’Autorité environnementale (Ae) (*5) du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), ni la mission régionale d’autorité environnementale (MRAe) du CGEDD. Le Conseil d’Etat avait déjà reconnu l’illégalité des textes français qui régissaient l’évaluation des plans et programmes : le décret du 28 avril 2016 réglait cette question mais ne se prononçait ... Lire la suite
Malvezy - Quelques nouvelles des actions en cours

Malvezy – Quelques nouvelles des actions en cours

L’actualité sur le projet TDN / THOR d’ORANO (AREVA) s’était un peu tarie après la décision de la préfecture de l’Aude, en novembre 2017, d’autoriser AREVA à exploiter le procédé, malgré les nombreuses critiques argumentées de ce projet aux impacts autant prévisibles que calamiteux, tant pour l’environnement que pour la santé des populations environnantes. Depuis, les associations et les riverains ne sont pas restés inactifs: les associations RUBRESUS et COL.E.R.E ont déposé, le 30 mars 2018, un recours au tribunal administratif de Montpellier (voir ici) et rappellent qu’une marche silencieuse est organisée à Narbonne le premier dimanche de chauqe mois (prochain rendez-vous le 5 mai 2018), l’association TCNA projette aussi de déposer un recours, mais a besoin d’un financement pour ce faire (voir ici), le collectif audois « Sortir du Nucléaire » (SDN 11) a organisé, le 24 mars 2018, une réunion d’information à laquelle plusieurs centaines de personnes éraient présentes. En suivant ce lien, vous pourrez retrouver les diverses présentations qui ont été faites autour de ce sujet. De plus, le mensuel en ligne CQFD a publié un article sur le sujet (« Déchets nucléaires près de Narbonne : Les cobayes de Malvési« ). Étant donnée l’attitude des élus et de la puissance publique sur ce dossier, il ne tient qu’à nous tous de faire en sorte que la mobilisation ne s’éteigne pas. La Rédaction du Clairon de l ‘Atax, 30 avril 2018 ... Lire la suite
Usine nucléaire de Malvési : est-ce le rôle d’une sous-préfecture de faire la communication d’Orano ?

Usine nucléaire de Malvési : est-ce le rôle d’une sous-préfecture de faire la communication d’Orano ?

Dans le but très probable de redorer une image vigoureusement écornée par les expertises indépendantes de son projet THOR de retraitement des déchets nucléaires, ORANO (ex AREVA) fait campagne pour inciter collégiens et lycéens de la région à visiter le site nucléaire de Malvézy. Cette initiative est déjà choquante en soi, par le caractère évidemment manipulateur qu'elle revêt, ainsi que par le cynisme d'une posture qui consiste à utiliser des adolscents pour véhiculer auprès de leurs parents et de leurs proches une image positive qu'ORANO n'est pas en mesure de promouvoir par elle-même. Mais il y a plus choquant encore : la sous-préfecture de Narbonne est intervenue auprès des établissements scolaires pour les engager à répondre positivement à l'invitation d'ORANO. Le rôle d'une sous-préfecture est-il d'assurer la sécurité des populations ou de contribuer à fausser leur discernement en assurant la promotion d'opérations visant à manipuler leur jugement ? ... Lire la suite
Orano / Malvési : "opération.com"

Orano / Malvési : « opération.com »

Les 12 et 13 juin derniers, l’usine de traitement de minerai d’uranium Orano / Malvési, ex AREVA, organisait des journées portes ouvertes. Il s’agissait de rassurer le public sur l’innocuité de cette usine nucléaire classée INB (Installation Nucléaire de Base) et ICPE / SEVESO (*), située à moins de 3 km du centre de Narbonne. Ces journées « portes ouvertes », s’inscrivent dans un contexte de forte opposition à un projet de traitement par incinération (THOR) des effluents accumulées par l’usine au cours d’une cinquantaine d’années de fonctionnement, mais aussi des effluents issus de son fonctionnement actuel. Des associations narbonnaises, des collectifs d’habitants, des familles se sont fortement émus des dangers supplémentaires constitués par ce procédé inédit de traitement thermique. Une enquête publique mal conduite a encore augmenté les craintes du public, tandis que de nombreux scientifiques à l’expertise reconnue en soulignaient les dangers. Des recours en justice contre ce projet sont actuellement en cours. Il était donc important qu’une information complète et transparente du public soit faite. Cela n’a pas été le cas : ces journées n’ont pas laissé la possibilité aux adversaires du projet de traitement thermique de s’exprimer. Il s’est en fait agi d’une classique opération de « com », employant les ingrédients promotionnels habituels : sécurité des installations vantée par le personnel salarié, technicité et modernité des « process » industriels, perspectives d’emplois à haute technicité, retombées économiques sur la Narbonnaise, jeux « éducatifs » pour les plus jeunes, etc. Un public de scolaires et de jeunes étudiants ... Lire la suite

Les événements sont présentés ici dans l'ordre chronologique, du plus ancien au plus récent.

Manifestation contre Thor/AREVA – Malvési

Les familles manifestent contre le projet THOR AREVA / Malvésy Rendez-vous à 12h devant l’Hôtel de Ville de Narbonne Pique-Nique sur place possible ... Voir l'événement

Contre le projet AREVA THOR – TDN / Malvesi – Manifestation

Les familles manifestent contre le projet THOR AREVA / Malvésy Rendez-vous à 19h00 devant l’Hôtel de Ville de Narbonne Message du collectif diffusé lors du rassemblement du 13 mai la signature du préfet pour TDN est repoussée au 9 août 2017 selon les experts proches du dossier, ce déali semble très court pour faire une nouvelle expertise sérieuse du projet AREVA TDN THOR et de son alternative EDN le choix de la date du 9 août facilite la signature du fait de la période de congés. le papillon se reformera donc le 11 juin à 11h30 afin de montrer le ... Voir l'événement

Rassemblement pour dire NON au projet Thor d’Areva

Un grand rassemblement est prévu le 9 juin à Narbonne pour dire NON au projet Thor d’Areva qui serait une catastrophe sans précédent d’un point de vue sanitaire, écologique et économique sur notre région. Il s’agit d’un nouveau procédé de traitement des nitrates de l’usine Aréva Malvési située à 2 km du centre ville, pour vaporiser près de 400 000 m3 d’effluents nitratés radioactifs stockés dans des bassins. Pour chauffer ces déchets à 850°C, Areva veut brûler 5 700 tonnes de charbon par an et produire des gaz chimiques toxiques : oxydes d’azote, particules fines, oxyde de soufre, ammoniac, COV, benzène, ... Voir l'événement

AREVA / Malvési : appel à mobilisation

Bonjour, Le Covidem a adressé par deux fois une demande de rendez-vous à la sous–préfecture de l’Aude à Narbonne, sans obtenir de réponse. Nous vous appelons donc à nous rejoindre devant la sous-préfecture  (37, boulevard du Général de Gaulle à Narbonne) Vendredi 30 juin à 11 h afin de nous faire entendre. Nous remettrons aux autorités la pétition de refus du projet TDN/THOR qui a récolté à ce jour près de 10 000 signatures. Apportez de quoi faire du bruit : instruments, sifflet, casserole… Merci encore une fois pour votre soutien sans faille ... Voir l'événement

TDN / AREVA / Malvési – Conférence & discussion sur le projet

Pour tou-te-s celles et ceux qui se sentent concernés par le projet TDN d’AREVA, il est très important d’assister à cette conférence afin de bien comprendre les ENJEUX et les RISQUES portés par ce projet ... Voir l'événement

Rassemblement à la préfecture de l’Aude contre le projet THOR d’AREVA / Malvési

AREVA / Malvési Décision imminente de la préfecture de l’Aude sur l’autorisation ou le rejet du projet TDN / THOR de retraitement des déchets de l’usine AREVA de Malvési Rassemblement vendredi 13 octobre 2017 à 15h, devant la préfecture de l’Aude pour manifester à nouveau notre opposition à ce projet. Nous n’acceptons pas qu’AREVA tente de vider les bassins de l’usine nucléaire de Malvési en mettant en danger la population Narbonnaise et au-delà. Pour les habitants de Narbonne et des environs, un covoiturage est prévu. Départ à 14h du parking du théâtre de Narbonne Prendre casseroles, banderoles, tee shirt à ... Voir l'événement

Rencontres d’été antinucléaires internationales 2018 à Narbonne / Armissan

Le collectif « Sortir du nucléaire Aude » (SDN11) organise en partenariat avec « Nuclear Heritage » des rencontres d’été antinucléaires internationales du 6 au 12 août 2018 à l’Olivette de Langel, domaine situé à 7 km à l’est de Narbonne sur la commune d’Armissan. Ces rencontres d’été porteront sur quatre thèmes en particulier : 1) L’usine de Malvesi-Areva – désormais renommée Orano – près de Narbonne où l’on traite le Yellow Cake (concentrés d’uranium brut) provenant de plusieurs pays du monde afin de le transformer en uranium à enrichir comme “carburant” pour les centrales nucléaires.  Il nous semble important d’apporter notre soutien aux ... Voir l'événement
 

Documents à consulter / télécharger

 

Vidéos

 

Conférence "De la Mine aux Déchets", de Bruno Chareyron (CRIIRAD)
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
1/5 - Présentation
2/5 - La Matière Première
3/5 - Impact du transport des matières radioactives
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
4/5 - Les déchets radioactifs produits par l'usine
5/5 - Risques chimiques - Risque liés aux rejets

 

Présentation COVIDEM - Médiathèque de Narbonne, le 16 février 2017
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
1/3 - Introduction COVIDEM
2/3 - M. André Bories - Impacts environnementaux
3/3 - Dr Mariette Gerber - Impacts sanitaires

 

Conseil Municipal extraordinaire - Mairie de Narbonne, le 6 avril 2017
Les élus de la ville de Narbonne, sensibilisés par la démarche et les analyses de RUBRESUS, ainsi que par les mobilisations citoyennes, ont invité toutes les parties à venir débattre devant le conseil municipal. La société AREVA était la seule absente, ayant décliné l'invitation "par respect des règles de la procédure en cours".
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
1/6 - M. Didier Mouly, maire de Narbonne
2/6 - M. André Bories, président de RUBRESUS
3/6 - M. Yves Lenoir, asso. "Enfants de Tchernobyl"
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
4/6 - Mme Maryse Arditi (association ECCLA)
5/6 - Dr Mariette GERBER (INSERM)
6/6 - Questions des élus

 

AREVA, champion du respect des normes et de la santé ? La publicité aura toujours du mal à résister aux faits...
Entre la présentation flatteuse, par AREVA, de son projet COMHUREX II et le dernier témoignage qui affirme que le personnel d'AREVA considère l'usine de Malvési comme une poubelle, savourez le test de la CRIIRAD qui détecte un rayonnement gamma 20 fois supérieur au maximum admissible, aux abords de l'usine, sur des voies ouvertes au public.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
1/4 - Présentation AREVA
du projet COMHUREX II
2/4 - Rayonnement gamma aux abords de
l'usine de Malvési (CRIIRAD)
3 et 4/4 - Témoignages de deux anciens sous-traitants d'AREVA sur le site de Malvési, atteints de maladie et victimes de manœuvres dilatoires par AREVA

 

Association RUBRESUS (site internet) Association de protection et sauvegarde de l’environnement des Basses Plaines de l’Aude. Elle est à l'origine des expertises menées sur le dossier AREVA Malvesi. Sur son site, vous pourrez retrouver de nombreux articles ayant trait au dossier AREVA Malvesi.
Collectif COVIDEM (page Facebook) COmité de VIgilance des DEchets de Malvesi, créé au début de l'année 2017. Courriel: covidem@gmx.fr
Association ECCLA (site internet) Écologie du Carcassonnais, des Corbières et du Littoral Audois Contrairement à RUBRESUS et au COVIDEM, cette association, présidée par Mme Maryse Arditi, ne s'oppose pas au projet THOR/TDN, même si elle émet quelques réserves.
Réseau "Sortir du Nucléaire" (page Malvesi) Le Réseau "Sortir du nucléaire", réseau citoyen antinucléaire, agit depuis 1997 contre l’industrie nucléaire, pour la défense de l’environnement. Fort de plus de 900 groupes, il travaille quotidiennement à créer en France un véritable rapport de force citoyen, pacifique et déterminé, face à un puissant lobby nucléaire. La page consacrée au dossier Malvési contient de nombreux articles.
 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Afin de faciliter votre utilisation de notre site, le "Clairon de l'Atax" utilise les "cookies", qui sont des données stockées sur votre appareil au cours de votre navigation. Notre site a recours à ces informations exclusivement pour votre confort d'utilisation et ne transmet aucune information à un quelconque site tiers. En cliquant sur "J'accepte", vous déclarez consentir à ce mode de fonctionnement. Votre acceptation vous sera redemandée au bout d'un mois. Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter l'administration du site, soit par le formulaire de contact, soit en adressant un courriel à l'adresse "admin@le-clairon-nouveau.fr"

Fermer