Narbonne : une assemblée populaire réussie

l'implication politique ne se limite pas aux seules échéances électorales, mais elle doit doit se poursuivre de façon permanente.

C’est devant une salle pleine que s’est tenu le 25 novembre dernier au Palais du Travail de Narbonne, une assemblée populaire organisée conjointement par Narbonne Union Populaire  et Narbonne Insoumise. Ces 2 organisations avaient invité pour l’occasion la députée européenne LFI / NUPES, Marina Mesure ; c’était la seconde fois depuis juin 2022 qu’un député LFI participait à une assemblée à Narbonne. Le fil conducteur la cette réunion concernait le problème de la vie chère, particulièrement important en cette période d’inflation,

Une salle attentive et interactive (Photo UPN/NI)

C’est Bruno Montaigne qui a introduit la réunion au nom de ses camarades. Il rappelle tout d’abord les origines du mouvement qui rassemble Narbonne Union Populaire et Narbonne insoumise. Des militants et des sympathisants de la candidature de gauche, présentée par la NUPES lors des législatives de juin 2022, ont considéré que leur implication politique ne se limitait pas aux seules échéances électorales, mais devait se poursuivre de façon permanente. C’est ainsi qu’ils ont créé en juillet 2022 le mouvement qui réunit d’une part Narbonne Union Populaire  constituée de militants et sympathisants de toutes sensibilités de “gauche” et d’autre part Narbonne Insoumise constituée par un groupe de militants LFI. Ces deux instances sont partie prenante de la NUPES (Nouvelle Union populaire écologique et sociale).
B. Montaigne explique ensuite le déroulement prévu pour cette réunion : elle a été organisée  sur le mode d’une “agora ” afin que tout  le monde puisse s’exprimer dans le cadre d’un temps de parole limité et régulé.

Le débat, les échanges

La députée européenne Marina Mesure (photo RF)

Pour la députée européenne Marina Mesure
La pauvreté ne cesse de croître en France, dans le contexte actuel d’inflation, bien au-delà de ce qui est défini statistiquement comme seuil de pauvreté. Des pans entiers de la population basculent dans la misère. Pour faire face à leurs frais fixes (loyer, chauffage, transports, téléphonie, etc.) les ménages les plus pauvres y consacrent 60 % et plus de leur budget, contre 30% pour le reste de la population. De nombreux ménages n’arrivent plus à s’alimenter correctement. Mais cette situation dramatique rencontre le déni de la majorité au pouvoir et la politique menée par le gouvernement s’avère incapable faire face à la crise. La libéralisation de l’économie ne fait pas baisser les prix, mais les fait monter.  Dans le domaine de l’énergie la situation est particulièrement préoccupante : tandis qu’actuellement les énergéticiens se gavent de superprofits, le projet de refonte d’EDF dont les activités déficitaires seraient nationalisées et les bénéficiaires privatisées, implique des dépenses supplémentaires pour les contribuables et les usagers…Dans ce contexte général qui pénalise une majorité de gens, il est nécessaire de mettre en lumière le double jeu du Rassemblement National. Celui-ci il proclame son soutien au peuple, aux plus modestes, mais ses députés, lorsqu’ils ne font pas étalage de leur racisme, votent en faveur des lois qui renforcent la politique néolibérale du gouvernement.
La députée européenne termine son intervention sur une note optimiste en signalant que le mouvement social actuel en Europe est le plus important depuis 30 ans. Il mobilise massivement sur des problèmes communs à tous les pays de l’Union européenne : les salaires, la santé, les services publics.

Les réactions et interventions de la salle qui résument le débat
Le public, très actif, formule à la fois des constats, des critiques et esquisse des propositions. Le constat général est qu’il n’y a pas de dialogue avec le gouvernement, mais un monologue que celui-ci infligé aux Français.es. Cette absence d’écoute augmente encore la défiance envers l’exécutif. Il y a “urgence démocratique” : les 49/3 qui se succèdent sont des passages en force qui ne tiennent pas compte des revendications des citoyens, mais alimentent des mouvements sociaux qui se développent : occupations de facs, usines, lycées…Il s’agit maintenant de changer les institutions, afin d’élire d’autres représentants plus en phase avec les intérêts du peuple. Il nous faut une démocratie participative, mais aussi active. Il faut que le peuple prenne le pouvoir, mais pour cela il faut d’abord monter des actions pour informer et convaincre un plus grand nombre de citoyens actuellement démobilisés.
Reprendre le pouvoir c’est aussi « reprendre les outils du commerce et de l’économie », favoriser l’économie solidaire, développer les structures coopératives (ce qui est une tendance actuelle). Il faut redonner du poids à l’économie réelle face à la spéculation financière, et organiser la société selon l’ancien adage : « on travaille, on fabrique, on vend, on se paye ».
De nombreux scientifiques ont montré que l’efficacité du capitalisme est un mythe et que les seuls gagnants dans une économie de rente sont les détenteurs de capitaux. On a un travail important à faire : il s’agit d’expliquer et de casser ce mythe, montrer que ça va mal tourner si on continue sur notre lancée actuelle, montrer qu’on peut faire autrement. Alors : faisons-le !

La députée Marina Mesure revient sur le projet du gouvernement actuel de relancer la participation des salariés au capital des entreprises pour évoquer tous les risques que comporte une telle mesure d’intéressement  et souligner le caractère aléatoire que représente une telle participation : intéressement ne vaut pas salaire.

Il est proposé de continuer le débat par petit groupes associant réflexion et actions sur le terrain selon des modalités qui restent à définir.

Le débat se conclut par une invitation à poursuivre les actions du mouvement Narbonne Union Populaire / Narbonne Insoumise sur le terrain. Les militants sont invités à se retrouver sur le parking du Supermarché Leclerc de Narbonne le 3 octobre à 10 h pour manifester contre la vie chère dans le cadre de l’action nationale organisée par LFI.

A la fin de l’assemblée populaire, la députée européenne Maria Mesure entourée des militants (photo UPN & NI)

La rédaction du Clairon de l’Atax le 29/11/2020

Print Friendly, PDF & Email

Publié par La Rédaction du Clairon de l'Atax

Laisser un commentaire