Feux de forêt, Macron a la solution : privatiser

Alors que les forêts continuent à brûler en Gironde et que 21.000 hectares ont été détruits, l’omniscient et omni-président de tous les Français a trouvé la solution : démanteler le service public et faire appel au privé. On connait les réussites de cette méthode largement appliquée par notre premier de cordée et ses prédécesseurs sur l’hôpital public, les postes et télécommunications, la SNCF, etc.

Feu de forêt (Image par Ylvers de Pixabay)

De quoi s’agit-il ?

En visite le 20 juillet en Gironde à la Teste de Buch,  lors de sa rencontre avec des pompiers qui combattaient les méga-feux de forêt, E. Macron a annoncé le lancement d’un « grand chantier national pour replanter », « « On va tout de suite lancer des travaux. (…) Il faut qu’on rebâtisse, en l’espèce qu’on resème (sic), qu’on fasse repousser, mais avec des règles différentes et des règles de prévention ».
Mais tandis que le président berçait son bon peuple de ces belles paroles, admirablement relayées par les médias de formatage, le ministre de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire (!!) Marc Fresneau présentait en Conseil des ministres un projet de loi ratifiant une ordonnance du 1er juin 2022 qui facilite le recrutement de contractuels privés au sein de l’ONF (Office national des forêts), cela en remplacement de ses agents publics. Il s’agissait selon le gouvernement « d’assouplir la gestion de l’établissement » tout en renforçant son action…Cette argumentation, si souvent employée par nos gouvernants néolibéraux, a été dénoncée par les syndicats des personnels de l’ONF qui protestent contre la suppression de 500 emplois supplémentaires programmés par l’ONF d’ici 2025 et qui signalent qu’en 20 ans l’ONF a subi près de 5000 suppressions de postes, soit près de 4 emplois sur 10. L’établissement est ainsi passé de 12.800 personnels en 2000 à 7963 en 2020. Cette diminution des moyens s’opère alors même que les besoins augmentent en raison du dérèglement climatique et du dépérissement des forêts ce qui exigerait au contraire un suivi sanitaire plus important et des actions massives de repeuplement forestier.

Une fois de plus les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat qui visaient à pérenniser et renforcer l’ONF , propositions qu’E Macron avait juré respecter et mettre en œuvre, sont bafouées, alors qu’en plus ce même 20 juillet la Fédération nationale des communes forestières (FNCofor) et l’Association des maires ruraux de France (AMRF) avaient également fait part à nos gouvernants de la nécessité de renforcer les services publics forestiers !

Face à ces demandes insistantes le gouvernement et ses soutiens politiques se retranchent derrière l’argument que les forêts gérées par l’ONF ne représentent que 25 % de la forêt française, le reste étant privé. C’est oublier que des agents publics assermentés peuvent avoir un rôle de conseil et de contrôle règlementaire sur ces 75 % de forêts privées. Cette action de conseil et de contrôle est d’autant plus nécessaire que les différents dispositifs visant à inciter les propriétaires privés à une meilleure gestion de leur patrimoine forestier s’avèrent peu efficaces (obligation de documents de gestion, débroussaillement, limitation du morcellement).
Des plans de préventions des risques incendies de forêts (PPRIF) au nombre de 200 ont été élaborés, tous ne sont pas mis en œuvre ou respectés. Celui de la Teste de Buch, prescrit par la préfecture depuis 15 ans, « est resté dans les cartons ».
Des missions d’inspection se sont succédées début 2022 afin de mettre à jour la politique de prévention des incendies et inciter les propriétaire privés à respecter leurs obligations mais les applications et les moyens de cette politique se font attendre.

Une fois de plus le mantra macronien d’une meilleure efficacité du privé se trouve démenti par les faits. C’est au contraire d’un renforcement de l’intervention des agents publics dans un rôle de conseil et contrôle qu’il faut attendre la solution. Combien de temps devrons nous encore subir les discours incantatoires de ce président à l’idéologie périmée ?

Louise B. Velpeau pour le Clairon de l’Atax le 22/07/2022

 

Print Friendly, PDF & Email

1 commentaire

Tout à fait d’accord avec le camarade Joël !!!!

Laisser un commentaire

3 × 2 =